Temps de lecture estimé : 6 minutes

Malgré les virulents démentis, les tentatives de trompe l’oeil et d’omerta sur le sujet, les velléités extérieures, c’est donc bien Claire Javois qui hérite de l’investiture du député sortant Daniel Gibbes comme le laissait entendre son intervention sur le podium de la Team Gibbs le 25 mars dernier et que nous relayions dans notre édition du 30. Tentons de faire un peu de lumière sur cette soupe législative déjà très riche en composants.

Et c’est donc bien sous l’étiquette Les Républicains que l’ancienne vice-présidente 2007 de la majorité UP (de Louis-Constant Fleming) officialisera localement mardi son investiture déjà publique sur le site du parti. C’est un ticket strictement féminin qui se présentera au suffrage législatif puisque la suppléante choisie par Daniel Gibbes est Micheline Jacques, 3ème vice-présidente de Saint Barth. Est-ce à dire que le président Bruno Magras, qui sait aussi compter, a finalement rejoint la ligne du parti et renoncé à l’alternance promise dans le cadre de cette élection ? Rien n’est moins sûr dans la mesure où il avait marqué son total désintérêt pour ce scrutin lors de la décision de ne pourvoir Saint Martin et Saint Barth que d’un seul siège. Il a d’ailleurs récemment déclaré “Daniel Gibbs m’avait d’abord demandé d’être, moi, candidat aux élections législatives. Mais je ne suis pas intéressé par le poste de député. En l’état actuel des choses, Claire Javois semble donc être sa candidate.” Or, sans consigne de leur leader historique, les électeurs de Saint Barth qui eux se déplacent largement, conscients des limites du poste de suppléant, accepteront-ils de voter pour Saint-Martin ?

Quoiqu’il en soit, au-delà de ces projections, si l’on peut aisément comprendre la force de conviction que contient un fauteuil à l’assemblée nationale, le choix du député sortant à de quoi surprendre, en tous cas ceux qui n’ont pas la mémoire courte.

Tout d’abord, l’on peut s’interroger sur le fait que Daniel Gibbes n’ait pas spontanément puisé dans son vaste entourage fourni par l’UD, d’autant plus que les territoriales n’ont pas de prime abord offert de sièges aux plus anciens (ou plus méritants diront certains) fidèles. La réponse tient ici au fait que les partisans UD ne sont paradoxalement que peu représentatifs des LR et même si les permanences physiques sont géographiquement fusionnelles, les adhérents aux deux partis menés localement par Daniel Gibbs sont bien distincts.

Alors, pourquoi ne pas avoir puisé dans la fédération territoriale LR ? Même si les réunions publiques ne sont pas suffisamment nombreuses pour s’en rendre compte, il s’avère que le socle LR local a été réduit à une peau de chagrin composée principalement d’une ancienne garde métropolitaine historiquement RPR puis UMP, qui dénote avec la couleur que Daniel Gibbes a souhaité donné à sa reconquête du territoire. Et en ce qui concerne le bureau lui-même, il n’était pas question d’ouvrir quelque porte à la trésorière, Anne Karine Fleming, malgré sa fidélité au poste puisqu’elle n’est autre que la fille du meilleur ennemi (depuis 2010) de Daniel Gibbes. A cet égard, on reste en attente de la position de l’ex-suppléante annoncée de Christophe Beaupère depuis que celui-ci a décidé de se retirer de la course en avril au profit d’un ralliement plus qu’opportuniste à un Nicolas Dupont Aignan qui ne sera décidément pas 1er Ministre de Marine.

Certains justifieront ce choix par le fait que Claire Javois ait été en son temps (lorsque Louis-Constant Fleming présidait la fédération territoriale) adhérente UMP/LR au même titre que tous les autres élus de la majorité UP et elle l’est certainement de nouveau depuis son rapprochement avec Daniel Gibbes l’année dernière. Certes, mais ce dont l’on se souvient plus aisément, c’est de la loyale proximité de Claire Javois avec Frantz Gumbs, notamment soudés dans la lutte contre le 1er vice président dissident en 2010 comme il le dénoncait alors lui-même par voie de communiqué “Il n’est pas dans mon habitude de croire aux rumeurs, mais dans le cas de la dernière voulant que le Président Gumbs, appuyé de Louis Jeffry et de Claire Javois, chercherait à me démettre de mes portefeuilles du pôle économique, je tiens à rassurer les Saint-Martinois.”

C’est à la lumière de ce passé que le député sortant va maintenant devoir, sinon justifier son choix, au moins rassurer les électeurs, en particulier LR car même s’il est d’usage de croire que les partis nationaux n’ont pas de poids localement, c’est pourtant bien leur investiture qui est recherchée lors de telles échéances électorales. Or, il se dit déjà dans les rangs de la fédération LR de Saint-Martin qu’il est “hors de question de voter pour une syndicaliste.” En effet, le fait d’arme le plus notoire de Claire Javois et qui a su créer d’elle cette image de femme forte, reste son action menée dans le cadre de la reprise de l’hôtel Méridien par le Radisson où elle a su oeuvrer pour la sauvegarde des emplois locaux. Son mode de gouvernance en tant que vice-présidente en charge du pôle social (2007-2012) a d’ailleurs, d’après les témoignages, porté la marque d’une personnalité combattive, habituée à la résolution des conflits et à imposer sa volonté.

Quoiqu’il en soit et plus largement, le choix de Claire Javois par Daniel Gibbes n’a vraisemblablement pas été posé sur les traditionnels canons des partis nationaux et est le signe évident que le député sortant compte sur l’inertie de son incontestable victoire aux territoriales pour assurer celle de sa candidate aux législatives.


 Claire JAVOIS, une grande professionnelle de l’hôtellerie :

  • • Sous Directrice de l’Hotel Riu Palace à Saint-Martin de décembre 2014 – Aujourd’hui (2 ans 6 mois)
  • • Directrice de l’hébergement Meridien – Radisson – Riu entre janvier 2002 et novembre 2014 (12 ans 11 mois)
  • • Gouvernante Generale de l’Hotel Le Meridien d’août 1994 à décembre 2001 (7 ans 5 mois)
  • • Chef De Reception de l’Hotel Le Meridien de juin 1993 à août 1994 (1 an 3 mois)
  • • Assistante Chef De Reception Hotel Le Meridien d’avril 1992 à juin 1993 (1 an 3 mois)
  • • Responsable De Reservation L’Habitation De Lonvilliers d’avril 1986 à avril 1992 (6 ans 1 mois)
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.