Ce n’est pas réellement une surprise puisque nous l’avions nous même rencontrée en Guadeloupe aux côtés de celui qu’il faut désormais appeler le Président Macron et qu’elle soutient officiellement de longue date : Inès Bouchaut-Choisy a donc reçu jeudi dernier l’investiture de la République en Marche pour les élections législatives de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, l’investiture de fait la plus attendue au regard de la déconfiture vécue par Les Républicains et le PS.

Inès Bouchaut-Choisy est une professionnelle du tourisme qui représente aujourd’hui la Collectivité de Saint-Barthélemy dans les strates parisiennes du CESE dont elle préside la commission Outremer. Pour l’instant seule candidate déclarée à Saint Barth, IBC peut pourtant se revendiquer des racines à Saint-Martin qui lui permettent de briguer les + 6600 voix (exprimées en 2012) saint martinoises.

Soutenue dans son effort local déployé au bénéfice du Président Macron par Frantz Gumbs notamment, ce dernier semble avoir pyramidalement respecté la base de ses engagements en privilégiant la suppléance de Marthe Ogoundélé et du MJP plutôt que de confirmer son soutien au Président par l’entremise d’une suppléance IBC.

Il reste maintenant à Inès Bouchaut-Choisy pour pouvoir participer à la majorité présidentielle et afficher le soutien local aux marcheurs à s’affranchir du grand écart St-Barth/St Martin et à incarner la soif de renouveau de ceux qui par choix ou par absence d’autre choix ont porté Emmanuel Macron à la Présidence de la République localement. La première étape de ce travail de mise en cohérence du double-local et du national passera en premier lieu par le choix de sa suppléance.

Sur un autre plan, et pendant que les les vieilles mécaniques s’attellent ou à survivre ou à se recomposer au sein de l’Assemblée Nationale, la candidate La République En Marche va devoir affronter certains archaïsmes pour que le positivisme présidentiel et l’espoir en demain soit à ce point contagieux qu’il supplante l’évidente problématique de sa représentativité locale entre St Barth et St Martin, au point pourquoi pas, de ramener les électeurs vers les urnes. Quoiqu’il en soit, dans la logique de la start up En Marche, Inès Bouchaut-Choisy a su convaincre et passer les “critères” de sélection en incarnant notamment la volonté de renouveau d’une classe politique qui ne sait plus mobiliser le citoyen.


Pour rappel : l’intérêt suscité par les élections législatives locales en 2012 avaient su porter l’abstention au premier tour à 69,93%, au second tour à 64,14%.

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here