Jeudi 11 mai, c’était au tour de Marthe Ogoundélé Tessi d’officialiser sa candidature aux prochaines élections législatives. Membre du conseil territorial aux côtés du leader MJP, Madame Ogoundélé espérait une investiture En Marche pour pouvoir briguer l’assemblée nationale mais celle-ci est revenue à Inès Bouchaut-Choisy qui s’était mise en marche de bien plus longue date. A défaut, elle pourra peut-être obtenir celle du moribond PS que son leader, Louis Mussington, avait obtenue en 2012 ou se présenter sans étiquette autre que celle du MJP.

Quoiqu’il en soit, l’ancienne vice-présidente de la Collectivité appuie sa candidature sur son expérience politique en face de “nombreux candidats peu expérimentés.” Elle députée, elle entend notamment créer une université et un vice rectorat à Saint-Martin, rapatrier les saint-martinois fonctionnaires dans l’Hexagone et modifier la loi organique. Mais avant même d’en arriver là, il va d’abord lui falloir trouver un suppléant pour lequel des pourparlers sont en cours avec Saint Barth. Si ceux-ci n’aboutissaient pas, cet “honneur” reviendrait à Frantz Gumbs dont on avoue avoir du mal à comprendre tant d’abnégation… Les mauvaises langues diront qu’il s’agit sûrement là d’un retour d’ascenseur des évènements de 2008 et 2009 lorsque Marthe Ogoundélé et Frantz Gumbs se sont affrontés, parfois avec virulence, autour de la présidence du conseil territorial. Souvenez-vous, suite à l’invalidation de Louis-Constant Fleming, Madame Ogoundélé avait contesté le choix de Frantz Gumbs comme successeur arguant du fait que la place lui revenait dans la mesure où elle était numéro 2 sur la liste et lui 7, et s’était présentée contre lui à deux reprises dans le cadre de l’élection du président du conseil territorial. Après la victoire de Frantz Gumbs, Marthe Ogoundélé Tessi avait perdu son portefeuille.

C’est donc la quatrième candidature issue de l’ancienne Union pour le Progrès (après Jacques Hamlet, René Arnell, Claire Javois) qui est proposée aux électeurs de Saint-Martin et Saint Barth pour prendre la suite de Daniel Gibbes, lui-même membre de l’UP à une époque aujourd’hui révolue. A se demander si Louis-Constant Fleming ne mériterait pas le titre de “fournisseur officiel de députés”…


Marthe OGOUNDELE TESSI

Profession : Enseignante

2001 – 2007 :  Maire adjoint en charge de l’éducation et des transports

2007 – 2008 :  Vice présidente UP en charge de l’éducation, la formation, la jeunesse et la culture

2008 : Quitte la majorité UP qui lui a préféré Frantz Gumbs (#7) pour la présidence du conseil territorial, suite à la destitution de Louis-Constant Fleming

2012 :  #1 liste Saint Martin pour tous propulsée par Jean Paul Fischer

2017 : #2 liste MJP de Louis Mussington – Conseillère territoriale Alliance MJP / Hope

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here