Temps de lecture estimé : 2 minutes

Ils sont mariés, n’ont pas d’enfants ensemble, ne s’entendent plus du tout, mais vivent toujours ensemble. Il ne la supporte plus, lui reproche de crier tout le temps et en a assez de tout payer.

Le 6 mars 2016, une énième dispute le voit descendre dans sa voiture, y prendre une machette et remonter avec l’arme dans l’appartement, pour en menacer sa femme. Le fils et le neveu de cette dernière le désarment, mais elle porte plainte trois jours plus tard.

Entendu par les gendarmes, le fils atteste que son beau-père est violent et qu’il l’a vu tenter d’étrangler sa mère. L’affaire aurait pu se terminer en composition pénale avec 50 euros d’amende et l’obligation de suivre un stage de citoyenneté, mais s’est retrouvée au tribunal correctionnel parce que le mari n’a pas suivi le stage, qui est payant.

Le procureur a qualifié de violences sans contact le fait de s’approcher de son épouse avec une machette à la main et le prévenu a écopé d’un mois de prison avec sursis. Il devra également verser 150 euros de dommages et intérêts à sa conjointe.

”À chacun de vous d’en tirer les conséquences, si vous ne vous entendez plus, il faut mettre fin à la vie commune,” leur a conseillé le juge.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.