Entre les mois d’avril et d’octobre, la Guadeloupe est régulièrement touchée par des épisodes de « brumes de sable » en provenance des déserts d’Afrique conduisant à des alertes à la pollution atmosphérique. Ces épisodes se répètent plusieurs fois dans l’année et peuvent durer plusieurs jours consécutifs.

En Guadeloupe, les concentrations en particules croissent progressivement depuis ce dimanche 21 mai 2017. GWAD’AIR ne prévoit aucune amélioration pour les jours prochains qui devraient également être caractérisés par le dépassement du seuil d’alerte de 80 microgrammes par mètre cube relatif au PM10.

De ce fait, la préfecture de Guadeloupe maintient le niveau ROUGE  d’alerte sur l’ensemble de l’archipel de la Guadeloupe.

Il est donc recommandé aux catégories de la population particulièrement vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, asthmatiques) et sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou s’accroissent lors des pics) de :

  • Éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe.
  • Éviter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur.
  • Reporter les activités qui demandent plus d’effort.
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations…) :
  • Prenez conseil auprès de votre pharmacien ou consultez votre médecin
  • Privilégiez les sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.

Afin de réduire la pollution, il est recommandé de réduire la vitesse, privilégier le covoiturage, le transport en commun et les modes de déplacement non polluants, arrêter l’utilisation de barbecue et respecter l’interdiction du brûlage des déchets verts à l’air libre.

D’autres mesures pourraient être ultérieurement préconisées par le Préfet

NDLR : Saint-Martin ne dispose pas de son institut de mesure propre mais toutes les personnes sensibles savent que notre île n’est jamais épargnée par les épisodes identifiés en Guadeloupe.

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here