A la suite de la rencontre, mardi 16 mai 2017, du Président Daniel Gibbes et de la vice-présidente Annick Pétrus Ferga avec les responsables de l’association Le Manteau de Saint-Martin, Mmes Micot Bride, présidente et Audrey Gil, directrice, un accord a été trouvé sur un certain nombre de points mais il reste encore beaucoup à faire.

La fermeture du Manteau a eu lieu dernièrement suite à de nombreuses incivilités de certains usagers qui s’en prenaient au personnel. Face à cette situation, ces salariés avaient donc exercé leur droit de retrait en demandant davantage de sécurité aux abords de la structure. En urgence, la pose d’un portail est déjà en cours et une étude est menée pour sécuriser les lieux à l’aide d’une enceinte grillagée. Toutefois, les responsables de l’association souhaitent aller plus loin avec notamment la mise à disposition d’un agent de sécurité ainsi que la mise aux normes des locaux car le personnel demande à pouvoir reprendre le travail le plus rapidement possible mais dans de bonnes conditions.

Le public accueilli au Manteau a différentes caractéristiques et certaines personnes sont psychologiquement instables, sans emploi, sans domicile fixe, en état de grande précarité ou soumis à différentes formes d’addiction ou de violences conjugales, ce sont des chômeurs longue durée, parfois sans couverture santé, des demandeurs d’asile et l’illettrisme est monnaie courante. Le public des SDF est particulier, souvent en détresse psychologique et en grande perte de repères. Vivre dans la rue est un monde à part et les usagers ont souvent des armes sur eux, ce qui met le personnel dans des situations particulières.

Dernièrement, un homme violent a fait preuve d’une grande agressivité à l’égard d’une salariée sans être inquiété mais il a tout de même été arrêté quelques jours après. Le Manteau est le seul centre de l’île qui accueille des femmes et leurs enfants avec 12 lits et c’est également un centre d’accueil de jour pour les personnes en difficulté et pour les femmes victimes de violences. A ce jour, il y a 450 inscrits qui se voient offrir des services d’utilité publique tels que : petits déjeuners (30 par jour sans compter les hébergées), déjeuner (50 par jour), douches-casiers-laverie, accompagnement administratif, dons de vêtements, service de courrier, aide aux devoirs pour les enfants, friperie, etc… Un atelier de réinsertion a été mis en place avec des activités diverses (informatique, crochet, esthétique, jardinage, théâtre et groupe de parole).

Toutefois, certains bénéficiaires manifestent leur mécontentement car disent-ils, la nourriture (offerte par des supermarchés locaux) est de piètre qualité et même parfois périmée, l’accueil manquerait selon eux de chaleur humaine et le peu de surface dédiée au public ne permet pas d’y accueillir tous les demandeurs (il n’est pas possible pour les hommes de dormir à l’intérieur). D’autres ne comprennent pas toujours que les vêtements de la friperie soient vendus plutôt que distribués gratuitement, alors l’on sait que le produit des ventes est justement utilisé pour améliorer leur quotidien.

Malgré tous ces aléas, l’association Le Manteau de Saint-Martin ne baisse pas les bras et assurera sa mission coûte que coûte en ouvrant à nouveau ses portes ce Lundi 22 Mai à partir de 7h jusqu’à 19h. En revanche, par manque de moyens humains, aucune ouverture n’est prévue le week-end dans l’immédiat.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.