Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dans le cadre de la journée mondiale contre l’obésité, l’association “Saint-Martin Santé” en collaboration avec l’hôpital de Saint-Martin a lancé une opération d’information et de prévention pour prévenir les risques de l’obésité chez les adultes mais aussi chez les enfants car le taux d’obésité infantile est très élevé sur l’île.

Un groupe de travail sous la direction de Chantale Thibault (directrice de Saint-Martin Santé) composé de Kildyne Berthelot et Virgine Heurtaux (diététiciennes), Marianne Melky (épatho-gastro-anthérologue) et du Docteur Jeffry a permis de mettre en place une campagne d’information accompagnée d’une action au sein d’une école maternelle afin de sensibiliser la population sur ce phénomène qui, contrairement aux idées reçues, est en régression aux Etats Unis mais continue de progresser chez nous car 10% des enfants saint-martinois sont touchés sans que pour autant les parents ne s’inquiètent de cela.

En effet, sous nos latitudes, il est plutôt de coutume de voir des enfants “bien portants” alors que souvent ceux-ci sont déjà en surpoids et cela est principalement dû à une mauvaise alimentation et des habitudes “culturelles” qui consistent à nourrir les enfants plus que de raison (sans parler de la malbouffe qui est un phénomène de société récurrent). L’impact sur la santé des plus petits est important et il est impératif d’agir sur les mentalités parentales avant que soit atteint l’âge de 6 ans, après quoi il sera beaucoup plus difficile d’intervenir efficacement. Des gestes simples sont préconisés comme le fait de cuisiner mieux avec de meilleurs produits ou tout au moins des produits différents et pas forcément plus coûteux malgré ce qu’on en pense.

Les fruits et les légumes sont la plupart du temps négligés au profit de féculents en trop grande quantité et/ou d’aliments contenant trop de sucre. L’activité physique est également un facteur déterminant pour la santé dès le plus jeune âge sans qu’il soit nécessaire pour autant de faire partie d’un quelconque club sportif ; des sorties régulières en marchant ou en vélo peuvent avoir une action bénéfique (et pour les parents aussi par la même occasion). L’école fait partie de ce parcours éducatif alimentaire et les intervenants de la santé déplorent que les menus servis dans les cantines scolaires de Saint-Martin ne reçoivent pas l’approbation d’un nutritionniste comme c’est désormais le cas sur tout le territoire national. Les médecins traitants ont également un rôle à jouer auprès des familles en les prévenant des risques encourus non seulement par les enfants mais aussi par les femmes enceintes sans oublier les risques post opératoires qui sont nombreux.

Les actions des professionnels de la santé sont limités mais ne demandent qu’à prouver leur efficacité, c’est pourquoi Mardi matin était organisé un petit déjeuner “type” au sein d’une classe de l’école maternelle Emilie Larmonie de Cul de Sac dirigée par Mme Pétrus, en présence des parents qui se sont prêtés au jeu. Une présentation suivie d’un échange entre parents, enseignants et membres de “Saint-Martin Santé” a d’abord eu lieu et l’on a pu constater que chacun agissait différemment pour ce qui concerne le traditionnel petit déjeuner qu’absorbent les enfants avant de se rendre en classe. Trop de sucre pour certains, biberon-télé pour d’autres ou même, pas de petit déjeuner du tout…

Après la distribution de petits livrets d’information, tous se sont dirigés vers le réfectoire où l’on a servi des plateaux équilibrés aux petits élèves dont certains découvraient qu’il était possible d’apprécier certains aliments pour le premier repas de la journée : une tranche de melon, un petit morceau de pain, un verre de jus d’orange et un bol de lait avec céréales ont été engloutis devant les yeux des parents dont certains n’ont pas caché leur étonnement de voir un tel menu et l’engouement qu’il suscitait auprès de leur chérubins (pourtant si difficiles à la maison). La leçon à tirer ce cette expérience est que l’on peut manger de tout mais en quantité raisonnable et surtout qu’il faut absolument faire goûter aux enfants la plus grande variété possible d’aliments sucrés ou salés, ils feront ensuite leur choix selon leurs préférences et étonneront sans doute plus d’une maman ou d’un papa… qui n’auront plus qu’à prendre exemple pour commencer la journée en pleine forme eux aussi.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.