Temps de lecture estimé : 2 minutes

Nous n’allons pas ici réécrire une histoire déjà si douloureuse pour les St Barth qui après en avoir reçu l’assurance ont découvert stupéfaits après leur choix statutaire qu’un seul député serait accordé aux Îles du Nord…

Dès lors, au regard de la pesée électorale et même si les électeurs saint-martinois sont les champions de l’abstentionnisme, les chances de voir un St Barth porter au cœur de l’appareil législatif les prérogatives de leur territoire sont bien minces.

On ne parlera que peu aussi de la promesse d’alternance faite durant la campagne de 2012 par le candidat favori, aucun homme politique sérieux n’y a décemment cru puisque l’électorat n’est pas la propriété de l’élu.

Par contre, cette année encore, nombreux sont les candidats en lice et saint-martinois pour l’essentiel (il faut bien essayer de drainer quelques voix à St Barth), à promettre de se vouer corps et âme à la cause du double député.

Et pourtant… et pourtant le Président Macron compte bien s’atteler rapidement au chantier “réduction du nombre de parlementaires” et il n’a d’autre choix que de le faire en urgence puisque le renouvellement de 50% des sénateurs se fera en septembre amenant le gouvernement à réfléchir à un report d’une année ne serait-ce que pour pouvoir pratiquement gérer le contexte de cette réduction de nos élus. Par écho, mais il a là plus de temps puisque nous élirons nos députés dans les 10 jours à venir, il serait surprenant que l’Assemblée ne soit pas elle aussi concernée par un “écrémage”.

Dès lors, est ce que la question qui se pose n’est pas de savoir si notre député unique ne sera pas concerné, surtout s’il est dans l’opposition, plutôt que de lutter pour un utopique doublement local d’effectifs ?

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.