Temps de lecture estimé : 3 minutes

La candidate LR/UD après avoir du essuyer cette semaine “l’affaire” du tête à tête avorté avec son adversaire, revient sur la nécessité de maintenir une cohérence locale et sur la nécessité d’une certaine éthique politique.

Je remercie une nouvelle fois les électeurs qui sont se déplacés pour voter et faire vivre la démocratie samedi dernier. Si dans l’Hexagone la lecture est différente, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy comme dans tous les outremers la « vague Macron » que l’on nous annonçait n’a pas eu lieu, preuve que le programme présidentiel n’a pas suffisamment pris en considération les enjeux qui sont ceux de nos territoires ultramarins. 

J’appelle celles et ceux qui, pour les raisons qui leur appartiennent, n’ont pas fait entendre leur choix, à se mobiliser plus en nombre ce samedi.

En réélisant ou en élisant Bruno Magras et Daniel Gibbes en mars dernier, nos électeurs ont en effet approuvé leur projet, il reste à le conforter au niveau législatif et je suis déterminée à être à la hauteur de la confiance que les deux présidents de nos Collectivités m’accordent une fois élue à l’Assemblée nationale. 

La pédagogie a été un axe fort de ma campagne pour expliquer le rôle réel de notre député pour nos collectivités. Bien entendu, un député participe au débat national. Mais je rappelle que notre situation est particulière puisque nous fixons les règles sur nos territoires dans de nombreux domaines qui relèvent de la loi. Autrement dit, l’Etat, donc l’Assemblée nationale interviennent à la marge sur nos territoires comparativement à un département de droit commun. Les lois qui nous concernent sont donc majoritairement les outils législatifs de mise en oeuvre des programmes de nos majorités locales. 

J’aurais aimé pouvoir débattre de ces questions avec Mme Bouchaut-Choisy à l’occasion du débat télévisé qui nous a été proposé par France Télévisions. Malheureusement, ses messages ont été contradictoires tout au long de cette campagne. Elle tient d’un côté, la promesse de travailler ensemble et de l’autre, elle et son entourage mènent une campagne de dénigrement, injurieuse même. Tout en se réclamant d’une nouvelle manière de faire de la politique, elle emploie les vieilles méthodes politiciennes dont les électeurs ne veulent plus ce qu’ils manifestent en boudant les urnes. Ceci m’amène à dire que Mme Bouchaut-Choisy m’a davantage défiée qu’elle ne m’a proposé un débat. Pour moi la politique est respectueuse de tous les candidats parce que je suis respectueuse des électeurs et cette condition minimale n’ayant pas été respectée, j’ai refusé le débat.

Je suis convaincu que Saint-Martin a besoin aujourd’hui de stabilité politique et d’apaisement. En m’apportant leurs soutiens, les électeurs de nos îles peuvent être convaincus qu’ils disposeront au Palais Bourbon d’une députée loyale, en phase avec leurs exécutifs locaux et qui sera en mesure de défendre leurs projets législatifs.

Claire JAVOIS 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.