Temps de lecture estimé : 4 minutes

La victoire du Mouvement En Marche s’inscrit dans la logique de nos analyses et de la réflexion souvent annoncée par le Saint Martin’s Week.

Le peuple, le citoyen, la démocratie ont besoin d’oxygène, de respiration… que cette nouvelle majorité s’inscrive dans l’esprit du renouveau et de l’ouverture et qu’elle ne devienne pas une assemblée de “godillots”.

Les partis traditionnels par leur acharnement mortifère ont réussi à transformer une victoire annoncée en échec ou débâcle sans comprendre les raisons et les mécanismes de cette défaite. Seront-ils capables demain d’être des partenaires, de porter une opposition constructive qui ne s’enfermera pas dans un clivage stérile ?
Il y a enfin un autre parti que l’on n’entend guère, pourtant majoritaire, c’est celui de l’abstention…

Inutile de se référer à la sociologie politique, les partis traditionnels n’arrivent plus à recruter ni à mobiliser. Ce phénomène date d’une vingtaine d’années et concerne l’ensemble de l’échiquier politique y compris les verts. C’est aussi le piège possible pour le mouvement En Marche dès lors qu’il s’inscrira  dans la chronique des lieux communs.

Notre circonscription Saint Barth & Saint Martin n’échappe pas à cette logique : abstention massive, multiplicité des candidatures sans légitimité dont certains se réclament du Mouvement présidentiel, à croire qu’ils ne connaissaient pas la cadence.

Un exemple parmi d’autres illustrant l’absence de maturité politique, Mme January au premier tour s’inscrivait dans la majorité présidentielle avec son suppléant pour au deuxième tour soutenir la candidate du parti Les républicains ! Au nom de quelle conception politique, au nom de quel opportunisme ? A moins que sa boussole politique s’arrête à une vision très personnelle et comptable de l’intérêt général…

Ce type de comportement décrédibilise fondamentalement et durablement le Politique et l’usage du politique. L’abstention massive que connaît notre circonscription résulte des comportements claniques et opportunistes. Plus que jamais, il nous appartient de reconstruire une démocratie locale avec des femmes et des hommes qui s’engagent dans la vie sociale, économique au-delà du miroir du pouvoir.

Il n’existe guère de structures politiques dans nos îles, sauf peut-être celle de Daniel Gibbes, organisé du point de vue logistique certes, mais dont on n’appréhende guère l’idéologie ou la philosophie politique. Les autres partis, PS, Les Républicains, etc. sont totalement absents du débat quotidien et des orientations stratégiques du territoire. Il importe de restaurer la réflexion politique en créant un mouvement citoyen qui rassemble les forces vives de notre société et qui deviendra force de proposition ou si nécessaire, force d’opposition.

Je m’emploierai à créer cette structure comme nous avons mis en route Alternatives Citoyennes qui nourrit toujours les programmes de différents candidats. L’objectif n’est pas la conquête du pouvoir ou le résultat électoral, l’idée se résume à alimenter le débat, la réflexion, l’action collective sur les thèmes de l’économie, de la société, du développement humain, etc. Par la création de cette structure, de ce nouveau débat, nous formerons et nous générerons une nouvelle classe politique.

Il restera certes un long chemin à parcourir et samedi prochain nous avons à faire un choix. La première mesure sera d’aller voter, mobiliser les électeurs. Si vous voulez faire entendre votre voix, ne restez pas assis à l’ombre des cocotiers, faites valoir et valorisez votre bulletin de vote.

Ne critiquez pas les élus et la classe politique si vous même vous désengagez de l’action citoyenne. Ensuite, faites un choix en âme et conscience pour une démocratie renouvelée et commencez à vous mettre en marche en effaçant les idéologies fossiles.

Revenez au pays des derniers derviches tourneurs et du grand Maître Rûmi qui nous a appris que la nuit est passée mais que notre histoire n’est pas arrivée à sa fin :
“Hier s’est enfui, l’histoire d’hier elle aussi est passée. Il convient aujourd’hui de conter une histoire nouvelle”

JPF

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.