Temps de lecture estimé : 2 minutes

Max Dubois, délégué national LREM pour les outre-mer a été en tous cas l’interface principale d’En Marche durant cette campagne des Législatives et a su conquérir plateaux et colonnes de la presse locale très rapidement.

Sa mission était, entre autres, d’accompagner les candidats investis sur les territoires ultramarins parmi lesquels Inès Bouchaut-Choisy dont la spécificité “saint-martinoise ayant réussi à Saint-Barth/ Saint-Barth ancrée à Saint-Martin” a requis des efforts et une présence prégnants de Max Dubois sur nos territoires, à tel point que la confusion entre l’homme et la candidate n’a pu, semble-t-il, être évitée durant la campagne.

Et c’est dans ce cadre que Max Dubois entend déposer une plainte contre Mme Claire Javois et M. Bruno Magras pour des propos qu’il juge diffamants, en particulier ceux le posant comme “un marionnettiste qui ne connaît rien aux îles et qui les méprise.”

Max Dubois, soutenu par de “nombreuses personnalités ultramarines” dont le maire de Pointe-à-Pitre, Jacques Bangou; le président des maires de Mayotte, Said Omar Oili; le président du FLNKS Nouvelle Calédonie, Rock Wamytan;  le député guyanais, Lenaïk Adam; le martiniquais Philippe Edmond-Mariette; souhaite que ces propos soient condamnés et que cette remise en cause de son attachement aux territoires d’outremer, matérialisé par son alliance avec une guadeloupéenne, soit démentie. L’histoire ne dit pas encore si la plainte sera déposée localement ou si elle le sera auprès de la XVIIème chambre du TGI de Paris compétent en matière de diffamation sur le WEB, mais l’on sait déjà que les dommages réclamés seront symboliques.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.