Temps de lecture estimé : 2 minutes

Au lendemain de l’intervention solennelle du Président Macron au Congrès de Versailles, le premier ministre, Edouard Philippe, a engagé la responsabilité de son gouvernement  sur sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Les thèmes abordés à cette occasion résonnaient sans surprise avec les engagements électoraux du candidat En Marche, parmi lesquels :

  • l’augmentation du prix du paquet de cigarettes dans le cadre de la lutte contre le tabac (10€)
  • l’accès à des offres de soins sans aucun reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives
  • la revalorisation de l’allocation adulte handicapé et minimum vieillesse
  • des mesures améliorant le congé maternité et les solutions de garde d’enfant
  • l’ensemble des vaccins pour la petite enfance rendus obligatoires
  • la suppression du RSI qui sera adossé au régime général dès l’année prochaine
  • l’accès au très haut débit partout en France d’ici 2022 au travers d’un pacte pour les collectivités

Lors de l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement, le Premier ministre expose traditionnellement devant les députés son programme de gouvernement. Bien que l’engagement de responsabilité ne soit pas obligatoire, la plupart des gouvernements nouvellement nommés y ont recours.
En ce qui concerne plus particulièrement l’outre-mer, Edouard Philippe a confirmé la prochaine tenue d’assises afin “d’être à l’écoute des attentes de chaque territoire et de concevoir ensemble les plans de convergence prévus par la loi pour l’égalité réelle des outre-mer.” La ministre des Outre-mer précisera les contours de ces assises vendredi 7 juillet.

Sans surprise encore, les députés ont largement voté la confiance au gouvernement et à sa feuille de route (370 pour, 67 contre et 129 abstentions). Mais encore une fois, l’Outre-mer s’est inscrit dans des positions qui doivent laisser les états major parisiens quelque peu dubitatifs.

Ainsi, seuls 2 ultramarins (GDR et FI) parmi les députés réunionnais ont voté contre. Le député de Mayotte, Mansour Kamardine, a accordé sa confiance au gouvernement en opposition avec son groupe LR. La Guadeloupéenne Hélène Vainqueur-Christophe a été parmi les 3 élus Nouvelle Gauche à voter pour. Mais majoritairement, les élus ultramarins se sont abstenus à l’instar du Martiniquais Serge Letchimy (Nouvelle Gauche), de l’ex-ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts (Nouvelle Gauche) et… notre députée LR, Claire Javois.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.