Temps de lecture estimé : 2 minutes

Part du Projet de Loi de Finance 2017, la Mission Outremer se défini comme suit pour le gouvernement :

“Dans le cadre de la programmation triennale 2015-2017, l’action du ministère des outre-mer s’inscrit au cœur des priorités du Gouvernement en faveur de la cohésion sociale, de l’emploi et de la croissance. La politique de l’État dans les outre-mer vise à réduire les écarts de niveaux de développement en matière économique, sociale et environnementale entre le territoire métropolitain et les outre-mer, en favorisant la création de richesses et d’emplois par le développement économique des territoires d’outre-mer et leur insertion régionale et en améliorant les conditions de vie et la cohésion sociale des populations qui y résident.”

La Cour des comptes est elle assez dubitative quant à la capacité qu’aura l’état à assumer le contenu de cette mission conformément au budget qui lui est alloué et notamment pour deux raisons :
“Un dépassement au titre des compensations des exonérations de charges patronales du programme 138 – Emploi outre-mer est vraisemblable à hauteur de 0,03 à 0,05 Md€. Par ailleurs, l’accord de Guyane du 21 avril 2017 (Protocole “Pou Lagwiyann dékolé”) devrait couter au plus 0,2 Md€ en 2017, mais sa mise en place devrait prendre plus de temps que prévu initialement. Au total, le dépassement prévisionnel sur la mission serait de l’ordre de 0,1 Md€.”

Les 500 frères ont-ils conservé leurs cagoules ?

Il ne s’agit naturellement pas pour la Cour de poser expressément sur le papier que le Plan Guyane est à revoir, on se doute des conséquence immédiates que cela pourrait engendrer sur un territoire qui sort d’une crise historique… toutefois, un recul du gouvernement Philippe sur les engagements de son prédécesseur aurait-il réellement un impact majeur là où les manifestations de 2017 ont surtout eu un impact fort dans ce qu’elles étaient concommittantes aux élections présidentielles, un levier forcément puissant ?

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.