Le temps des élections et des promesses se termine et intervient la réalité de la gouvernance et de l’action. L’équipe de la “Team Gibbs” n’a pas encore totalement pris la mesure de la désorganisation territoriale que le Saint Martin’s Week a pointé à plusieurs reprises : laxisme budgétaire, inflation fiscale, etc. dans un cadre économique déliquescent.

Pour la nouvelle gouvernance, l’heure est au changement annoncé et le Week’s vous propose d’évoquer certaines parties, que nous appellerons les Sept travaux d’Hercule. Il pourrait y en avoir Douze mais comme une mandature ne dure que cinq années…

Le premier chantier, qui sera incontestablement le plus difficile eu égard au contexte national et au regard de l’Administration sur notre territoire, est de rouvrir le dossier du changement statutaire et celui de la dotation de compensation des charges transférées.

Il est maintenant avéré que le transfert s’est effectué au détriment de notre territoire, en l’absence de préparation et d’expertise. Si notre île soeur, Saint Barth s’est attachée de compétences reconnues, Saint-Martin a recouru à des associations ou des universitaires sans réelle connaissance de la gestion publique. Ces éléments se traduisent par les différents rapports d’inspection, généralement non publiés, mais aussi par l’analyse de la Chambre territoriale des comptes.

La perte sèche pour le territoire s’élève à environ 10 – 12 millions d’euros par année, auxquels il faut rajouter les 10 millions d’octroi de mer; soit un écart budgétaire de 20 millions dès la création. Chiffre conforme aux prévisions du groupe qui avait appelé à ne pas évoluer vers un statut sans garantie préalable. La compensation de cette perte s’est faite par une croissance modérée de la fiscalité.

Il convient donc de poser aux nouveaux Président et Gouvernement la question du rattrapage et de la compensation. Saint Martin est l’avant dernier territoire en matière de dotation par habitant, derrière Saint Barth et très loin des autres régions ou territoires d’outre mer. La Collectivité a-t-elle aujourd’hui la possibilité d’ouvrir le débat ?

Le Saint Martin’s Week a rencontré le candidat Macron au mois de Décembre 2016 en Guadeloupe. Il ne connaissait visiblement pas la situation particulière du territoire et de ses spécificités. Je pense aujourd’hui que le Mouvement Citoyen qui est en cours de constitution doit inscrire dans sa réflexion en priorité cette question en concertation avec l’ensemble des forces vives de Saint-Martin. Dans ce contexte, il nous semble nécessaire d’élaborer un dossier complet sur les forces et les faiblesses de notre communauté et de rouvrir le débat sur le plan de rattrapage, la dotation de compensation et l’amélioration des dispositions statutaires.

Cette tâche, ce travail devront être initiés par la nouvelle présidence avec l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, sans frontière politique. Il faut que Saint-Martin fasse connaître sa volonté, sa détermination et se mobilise pour doter le territoire des moyens nécessaires à son développement et sa croissance.

JPF

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here