Temps de lecture estimé : 3 minutes

Depuis son accession à l’Elysée, Emmanuel Macron continue de marcher sur la voie de l’optimisme et de l’ouverture, insufflant un vent d’espoir, une sorte de “tout est possible”, même voir Donald Trump changer d’avis sur l’accord de Paris.

Pas de raison pour autant de sombrer dans quelque béatitude ingénue puisque, même si les médias en parlent de moins en moins, le monde – en dehors de l’Elysée et de Matignon, demeure le théâtre d’inquiétantes horreurs :

  • Le Ku Klux Klan nous a récemment rappelé qu’il était encore actif dans 33 états américains
  • Le président de la république du Caucase affirme devoir se débarrasser des gays pour purifier le sang tchétchène
  • En Turquie, le président Erdogan a promis “d’arracher la tête des traites” et a lancé des purges draconiennes après l’échec de la tentative de coup d’état
  • A Hambourg, en marge du G20, des magasins ont été pillés, des journalistes agressés, les policiers pris à partie… le tout généreusement relayé sur les réseaux sociaux
  • La Corée du Nord poursuit ses essais de tirs de missile ciblant ouvertement ces “salauds d’Américains”
  • Donald Trump cherche une riposte mais surtout continue à tweeter du contenu qui conduit certains à s’interroger sur sa santé mentale
  • Les journalistes continuent à tomber au Mexique dans la plus grande indifférence de la guerre de succession débutée il y a plus d’un an
  • Winnie l’Ourson est censuré en tant que “contenu illégal” en Chine à cause de sa ressemblance avec le président Xi Jinping
  • Une étude publiée lundi 10 juillet conclut à une alarmante “extinction de masse des espèces vertébrées sur Terre,” à “un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années”, comme une course effrénée vers “l’anéantissement biologique”…

La liste est encore longue mais ces quelques faits devraient suffire à rassurer les plus pessimistes : Le Président Macron a encore du chemin à faire avant de repeindre le monde en rose… même s’il semble ne manquer aucune des occasions qui lui sont données sur la scène internationale pour prendre des positions bien souvent attendues de longue date par certains et avec un sens de la ligne droite affirmé : “Je le redis ici: c’est bien la France qui organisa la rafle, puis la déportation, et donc, pour presque tous, la mort, des 13 152 personnes de confession juive. (…) Je récuse les accommodements et les subtilités de ceux qui prétendent que Vichy ce n’était pas la France. Car Vichy, ce n’était certes pas tous les Français, mais c’était le gouvernement et l’administration de la France. Les 16 et 17 juillet 1942 furent l’œuvre de la police française, obéissant aux ordres du gouvernement de Pierre Laval (…). Pas un seul Allemand n’y prêta la main.” a déclaré Le Président de la République en présence du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la commémoration de la Raffle du Vélodrome d’Hiver survenue le 16 juillet 1942.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.