Afin qu’elles ne s’échouent plus sur nos côtes provoquant les effets néfastes que l’on sait, une des solutions pour éliminer les sargasses consisterait à les récolter en mer avant qu’elles n’atteignent le rivage. C’est du moins ce que pense le Dr Brian Lapointe qui a conçu un bateau spécialement adapté à cette récolte.

Approuvé par la Florida Atlantic University, le Sargaboat est pour le moment à l’état de projet mais il présente toutes les qualités requises pour venir à bout de sa mission. D’une largeur de 3 mètres, extensibles jusqu’à 4,40 mètres grâce à ses bras latéraux, il peut collecter jusqu’à 14m3 d’algues en une seule fois. Une fois ramassées, les algues sont ensuite stockées dans une remorque amarrée au bateau, puis déchargées et traitées à terre. La possibilité de tracter plusieurs remorques permet d’économiser du temps (et de l’argent) pour une meilleure efficacité associée à une rentabilité satisfaisante puisque tous les déchets flottants seront ainsi éliminés de la surface de la mer.

Équipé spécialement pour travailler 24h/24, le Sargaboat atteindra 100% de ses objectifs s’il est couplé avec une barrière flottante spéciale qui permet de bloquer les algues tout en laissant passer les tortues et autres espèces marines, son maillage étant spécialement étudié pour ne pas attraper de poissons. De type catamaran avec 2 moteurs hors-bord, le système absorbe les déchets flottants qui passent entre les 2 coques pour arriver sur un tapis roulant placé sur la partie centrale du navire permettant une collecte optimale des débris flottants et des algues qui sont stockés sur la remorque à l’arrière. Une fois que celle-ci est pleine, elle est aussitôt remplacée par une remorque vide n’interrompant la récolte que pendant très peu de temps. On est loin des entassements d’algues et de sable qui fleurissent sur nos plages depuis l’invasion, et qui non contents de gâcher l’harmonie des lieux, n’apportent aucune solution au problème.

Brian Lapointe a une grande expérience dans la recherche sur la qualité de l’eau dans le sud de la Floride et dans la région des Caraïbes. En tant que scientifique en chef dans de nombreuses expéditions de recherche sur les Caraïbes et l’Océan Atlantique de l’Ouest, il a acquis une connaissance  du terrain précieuse dans l’évaluation des relations entre la qualité de l’eau et la santé des îles et des récifs coralliens. Son travail dans l’archipel des  Keys au sud de la Floride, a entraîné une interdiction des phosphates et de nouvelles réglementations mises en place par l’État plus particulièrement pour le comté de Monroe, obligeant à une plus grande élimination des éléments nutritifs des effluents d’eaux usées. Il a été le premier à démontrer l’importance que l’azote agricole des sources continentales a sur le développement des proliférations d’algues. Il a créé le premier un programme de surveillance de la qualité de l’eau qui a été adopté par les aires marines protégées dans la région des Caraïbes notamment.

Même si cette solution peut paraître dérisoire face à l’ampleur du phénomène, le Sargaboat est un projet innovant qui mérite qu’on s’y intéresse. Le Dr Lapointe lance un appel participatif pour que ce nettoyeur de l’océan voit le jour au plus vite. Une fois traitées, les sargasses peuvent être utilisées pour produire du biocarburant pour faire fonctionner un générateur produisant de l’électricité par exemple, ou d’autres moteurs. Dans une prochaine édition nous reviendrons sur ces structures nouvelles qui traitent les algues de façon utile. JMC

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here