“The #GoodMorning Chronicles: 30 Days of Divine Enlightenment on Love, Inspiration and Growth”, tel est le titre de son livre (et ne surtout pas oublier le #). Nous avons voulu en savoir davantage, et c’est en utilisant un moteur de recherche sur le web que nous avons trouvé une première description plutôt intrigante de son ouvrage sur un site de vente en ligne.

Il fallait que nous rencontrions Aya pour que tout cela soit plus clair

Elle nous accueille avec un large sourire et des yeux rieurs. Saint-martinoise pure souche, elle est née en 1986, ses parents sont entrepreneurs et rien ne la prédestinait à devenir celle qu’elle est aujourd’hui. En effet, après avoir effectué sans problème ses études secondaires, elle part en métropole, devient infirmière et travaille quelques temps à Paris. Mais Saint-Martin lui manque et elle décide de revenir 9 ans plus tard pour exercer son métier au centre hospitalier de Marigot.

Se consacrant corps et âme à sa vie professionnelle, elle ressent quelque chose qui peu à peu devient une évidence : soigner les patients, soulager leurs douleurs et prendre soin de leur corps est une chose, mais au delà des soins traditionnels Aya constate que bien peu de temps est accordé au mental des malades et elle a la conviction profonde que tout part de là : si l’esprit ne se sent pas bien, le corps non plus. Mais voilà, les cadences du milieu hospitalier ne permettent pas trop de s’attarder sur de telles considérations et la jeune femme est de plus en plus embarrassée par cet état de fait qui lui convient de moins en moins.

Facebook, premier RDV de son succès

Petit Clin d’Oeil à Jean-Sébastien Hamlet, Conseiller Territorial, pour son soutien à l’auteure et à l’excellente Axelle Kaulanjan, révélée localement dans l’ombre de la TG2017 et artisan de la victoire, qui au travers de son blog féministe “Caribbean Boss Lady”, et de son interface sur instagram, a permis à celles qui la suivent de gagner quelques exemplaires du livre d’Aya au travers d’un jeu très “pensée positive” organisé du 09 au 14 juillet dernier.
The #GoodMorning Chronicles est en vente sur Amazon au prix de $13.99

Comme chaque personne de sa génération, Aya Milagros est une grande adepte des réseaux sociaux, et comme un échappatoire, elle se laisse aller  chaque jour à écrire ses pensées et ses réflexions sur la vie, l’amour, les sentiments et les leçons qu’elle tire de chaque expérience quotidienne. Comme chacun sait, lorsque l’on s’expose ainsi, les réactions ne se font pas attendre, elles sont chaque jour plus nombreuses et encouragent Aya à continuer de creuser le sillon qu’elle cultive dans un seul but : aider chacun à son développement personnel avec des mots simples et une approche tout aussi directe qu’elle est différente. Dans le même temps, elle se plonge dans les livres avec toujours la même idée en tête : trouver la bonne voie pour elle même et pour les autres aussi, une démarche spirituelle mais précise-t-elle, pas religieuse car elle est croyante mais n’adhère à aucune église. Finalement après 2 ans d’intense réflexion, elle prend une grande décision : sans en parler à personne elle obtient un congé sabbatique avec la ferme intention d’utiliser son temps pour écrire un livre sur la base des pensées avec lesquelles elle alimentait chaque jour jusqu’ici sa page Facebook.

Du réseau social au papier

Pourquoi maintenant ? Pourquoi ne pas continuer d’écrire ses petites leçons de vie tranquillement en recevant quotidiennement ou presque des témoignages de reconnaissance de la part d’internautes qui l’encouragent à continuer sur cette voie ? La réponse est simple : Aya a l’impression d’avoir atteint son but, elle peut écrire ce qu’elle ressent, ce qu’elle a vécu aussi et elle veut désormais partager avec tous, cette sérénité tant désirée. Alors, il lui apparaît comme une évidence que le journal de bord qu’elle tient sur internet n’est pas suffisant et trop éphémère pour marquer efficacement les esprits. Elle reprend donc ses “archives” et constate qu’il n’est nul besoin de les modifier ou si peu pour qu’elles soient en accord avec ses pensées. Seul son style d’écriture a quelque peu évolué mais l’essentiel est là et elle va pouvoir regrouper tout cela dans un élan littéraire.

Un cas d’écriture automatique ?

Poussée par une force “divine”, sa main retranscrit alors ses mots d’une manière si fluide parfois que Aya se surprend à ne pas contrôler sa prose, aussi étrange que cela puisse paraître. Un an de métamorphose intellectuelle associée également à un profond changement personnel : elle cesse de fumer et de sortir pour réaliser que la chose la plus importante pour elle c’est désormais de s’intéresser aux gens en leur fournissant un “mode d’emploi” pour leur propre développement grâce à cette inspiration qui ne la quitte plus et qui mêle l’amour à l’évolution des sentiments et de la personne humaine.

Bientôt en français !

Écrit tout d’abord en anglais parce qu’il est plus facile de toucher ainsi le marché international, “The #GoodMorning Chronicles: 30 Days of Divine Enlightenment on Love, Inspiration and Growth” verra bientôt le jour dans sa version française car le succès est au rendez-vous et les demandes sont telles que le premier stock est déjà épuisé. Pour un premier essai, c’est un coup de maître et Aya Milagros nous avoue que sa tête fourmille d’autres projets dans la même lignée, mais elle n’en dira pas plus et pour le moment elle se satisfait de savoir que chaque matin, ses lecteurs s’imprègnent de la leçon de vie du jour en ouvrant son livre un peu au hasard car il est conçu de sorte que chaque chronique et même chaque page sont indépendantes l’une de l’autre et peuvent être consultées à l’infini. En effet, selon elle, le travail sur soi n’est jamais terminé et il faut sans cesse se remettre en question pour atteindre la sérénité.

Aide toi et le ciel t’aidera

Avant de nous quitter, Aya Milagros conclut de façon on ne peut plus simple : “Il faut croire en soi-même” et le périple de 30 jours dans lequel nous emmènent ses chroniques pourrait bien durer toute une vie.

JMC

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire