Temps de lecture estimé : 3 minutes

“Le recrutement de la première classe de militaires de la nouvelle force armée d’Haïti a pris fin ce mardi 25 juillet, après 4 jours de prolongation. Hervé Denis, le Ministre de la Défense, accompagné du Capitaine Dieudonné Louicin chargé du processus de recrutement a clôturé la période d’inscription ou plus de 2,200 postulants dont 200 filles, se sont inscrits.

Quelques pays qui ne possèdent pas d’armée Andorre dont la défense est assurée par la France ou l’Espagne Costa Rica : Le pays possède une force de sécurité de 8 000 hommes. La Dominique : La défense du pays est assurée par le système de sécurité régionale regroupant divers pays des Caraïbes Liechtenstein, mais en cas de forces majeures, capacité de mobilisation des citoyens majeurs et âgés de moins de 60 ans Iles Samoa protégées par la Nouvelle Zélande Nauru, 21 km² dont le sud est une prison à ciel ouvert pour les détenus et les immigrés renvoyés par l’Australie Le Vatican placé sous protection de la garde suisse pontificale Japon dont la constitution stipule que le pays renonce à la guerre, mais conserve le droit d’avoir des forces d’auto défense…
Les postulants vont devoir maintenant franchir toutes les autres étapes : examens médicaux et paracliniques, tests psychologiques, physiques, intellectuels, suivis d’une entrevue jusqu’à la sélection finale. De plus une enquête sera réalisée sur les candidats sélectionnés pour éviter que certains éléments intègrent la nouvelle force armée avec des antécédents judiciaires.”

A l’arrivée, il n’en restera que 500 pour des raisons budgétaires notamment puisque le prochain budget du ministère de la Défense n’a pas encore été défin. Autant dire qu’il y aura de nombreuses déceptions car la renaissance de l’armée haïtienne, plus de 20 ans après sa démobilisation, porte en elle non seulement la volonté de “reconquête de la souveraineté nationale” mais également un espoir d’avenir pour une jeunesse désoeuvrée et en mal d’issues.

La mesure fait polémique au regard de l’histoire militaire d’autant plus qu’aucune menace ne semble peser sur le pays. Mais, à l’heure du départ des Casques bleus des Nations Unies après treize ans de présence concomitant à l’arrivée de 900 militaires dominicains à la frontière en renfort de l’opération Bouclier, la nouvelle armée haïtienne reste localement très attendue. Ses missions devraient se concentrer sur la protection de la frontière, la lutte contre la contrebande et l’action autour des nombreuses catastrophes naturelles, mais au préalable, la priorité locale est indubitablement la constitution d’un état major.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.