Temps de lecture estimé : 4 minutes

Depuis le 1er Août dernier, la grille tarifaire a été modifiée et certains usagers ont eu de bonnes surprises au moment de payer leur ticket, ou moins bonnes selon la durée de leur stationnement.

En effet, la loi Hamon adoptée en Mars 2014 a amené un changement de la tarification des stationnements en appliquant le prix maximum au quart d’heure afin de se rapprocher davantage de la réalité des pratiques. Avant cette réforme, les parkings facturaient la demi-heure ou l’heure de stationnement entamée au conducteur, ce nouveau système qui divise ce prix par quatre en faisant payer non plus à l’heure mais au quart d’heure est une mesure visant à rapprocher le coût à l’utilisation réelle des automobilistes. A Grand-Case, c’était même 2 heures qui étaient dues passée la 15ème minute.

PAIEMENT AU QUART D’HEURE

Au delà de cela, c’est également une solution de désencombrement des parcs de stationnement. En effet, les usagers ne resteront pas plus longtemps parce qu’ils auront payé l’heure complète, permettant ainsi une meilleure rotation des voitures. Pourtant, cela représente deux principaux risques pour les gestionnaires de parkings : une baisse du chiffre d’affaires, entraînant une hausse des prix forcément mal perçue par les clients. Payer le parking au quart d’heure est une mesure qui est entrée en vigueur le 1er Juillet 2015 et déjà en métropole certaines villes l’appliquaient depuis le 1er Janvier de la même année.

A Grand-Case, l’ancien système avait perduré jusqu’à maintenant facturant donc 2 heures de stationnement pour toute utilisation du parking supérieure à 15 minutes, le premier quart d’heure étant gratuit (et il l’est toujours aujourd’hui grâce à la formule Kiss & Ride). Contrairement au parc de stationnement de l’aéroport de Juliana où l’on paye dès la première minute, la dépose de voyageurs s’avérant particulièrement difficile à cause du zélé policier qui veille et ne laisse rien passer, tel Longtarin dans Gaston Lagaffe, “Ride or pay” semblant être sa devise définitive qui faute d’être respectée entraîne l’intervention immédiate du camion de remorquage pour libérer la voie des véhicules récalcitrants.

PLUS C’EST LONG, PLUS C’EST CHER… évidemment

En juin 2015, l’association UFC-Que Choisir avait pointé du doigt dans ce cadre un “dérapage des prix”, appelant les collectivités locales à faire barrage aux hausse subies par les consommateurs depuis 2013 : +5,3% sous les 20 minutes, + 3,7% à 30 Minutes et +6,8% pour une heure. Dans notre cas de figure, la hausse est de 362% !
Le prix du quart d’heure reste donc avantageux, mais au-delà des 60 minutes, la facture devient plus dérangeante dans certains cas car le gouvernement n’a prévu aucune mesure pour encadrer les tarifs pratiqués par les exploitants de parcs de stationnement.

A titre d’exemple, pour quelqu’un qui laisse son véhicule toute la journée à Grand-Case, cela lui coûte 10 euros pour 8 heures de stationnement contre 17 euros à Pôle Caraïbes en Guadeloupe (et jusqu’à 67 euros selon le parking choisi). A l’aéroport de Juliana, les mêmes 8 heures sont facturées 16 dollars (contre 12 $ à Grand-Case) par tranche de 30 minutes à 1 dollar sans les 15 premières minutes gratuites.

Pour les voyageurs qui partent un ou plusieurs jours, voici les tarifs longue durée pour les 3 aéroports qui nous intéressent sur une durée de 12 à 24 heures de stationnement :

  • Grand-Case : 15€ de l’heure (ou 17$) puis 7€ (ou 8$) par jour supplémentaire.
  • Pôle Caraïbes : de 10 à 30€ de l’heure puis de 5 à 60€ par jour supplémentaire.
  • Princess Juliana : 8$ de l’heure puis 24 $ par jour supplémentaire.

SUR LA ROUTE C’EST GRATUIT

Finalement grâce à ces nouveaux tarifs, le stationnement de courte durée reste avantageux, mais plus les heures passent moins cela se vérifie. C’est la raison pour laquelle il y aura sans doute encore longtemps d’interminables files de voitures plus ou moins bien garées à l’extérieur du site sur la route qui mène à l’aéroport, ainsi que sur la voie de dégagement du parking où le stationnement est monnaie courante malgré les panneaux d’interdiction et les interventions régulières des agents de sécurité dont tout le monde se moque puisque même les loueurs de voiture présents à Grand-Case optent sans vergogne pour cette solution sans être inquiétés outre-mesure… “Allo, Longtarin…”

JMC


Code de la consommation  – Article L113-7

Tout exploitant de parc de stationnement affecté à un usage public applique au consommateur, pour les stationnements d’une durée inférieure à douze heures et payés à la durée, une tarification par pas de quinze minutes au plus.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.