Mesures relevées de H2S (Hydrogène sulfuré*)

Les points suivants sont classés à risques étant donné la proximité des habitats :

Baie de Cul de sac

  • À proximité des habitations : entre 0.2ppm et 0.3ppm
  • Face aux algues : entre 0.6ppm et 1.8ppm
  • Perception olfactive : oui.

Baie Orientale Nord

  • À proximité des habitations : entre 0.2ppm et 0.3ppm
  • Face aux algues : entre 0.2ppm et 0.5 ppm
  • Perception olfactive : oui.

Baie Lucas

  • À proximité des habitations : entre : 0.2ppm et 0.3ppm
  • Face aux algues : entre 0.5ppm et 1ppm
  • Perception olfactive : oui.

Lamigeot

  • À proximité des habitations : entre : 0.2ppm et 0.3ppm
  • Face aux algues : entre 0.2ppm et 0.5ppm
  • Perception olfactive : oui.

Remarque générale : Peu de variation des émanations de H2S par rapport à la semaine 30. Opération d’enlèvement des algues en cours.

* « Son odeur caractéristique d’oeuf pourri se détecte dès 0,2 à 0,3 ppm » (Avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) du 02 juillet 2015).


Référence relative aux effets sanitaires liés aux émanations d’H2S en fonction de la durée d’exposition des populations :

L’odeur caractéristique de l’hydrogène sulfuré est perçue à des niveaux très faibles, de l’ordre de 0.2 à 0.3 ppm.

A partir de 0.7 ppm en exposition sur plusieurs semaines, on peut s’attendre à observer des effets irritatifs, en particulier oculaires et respiratoires. Des signes tels que des nausées ou des maux de tête peuvent également apparaître chez certaines personnes.

A partir de 2ppm, sur plusieurs heures, les personnes présentant de l’asthme peuvent ressentir des difficultés respiratoires.

La valeur moyenne de 5 ppm sur 8 heures correspond à la valeur limite d’exposition professionnelle. Il s’agit d’un seuil de protection des travailleurs exposés plusieurs années, pour lequel il n’est pas prévu d’atteinte organique ou fonctionnelle, irréversible ou réversible.

A partir de 14 ppm en moyenne environ sur 8 heures ou 5 ppm en moyenne en continu sur plus de 24 heures, on considère que l’on atteint un seuil justifiant l’arrêt de l’exposition des personnes, pour garantir l’absence d’effets sensible.

A partir de 50 ppm, en exposition sur plusieurs minutes, on peut s’attendre à observer des effets plus graves, comme des lésions cornéennes, de la toux, de l’enrouement, de la conjonctivite, une photophobie.

Au-delà de 250 ppm en exposition courte, on peut s’attendre à observer des vertiges, une désorientation, des troubles du rythme cardiaque. Au-delà de 500 ppm, des effets graves et immédiats sont possibles, avec une perte de connaissance et un arrêt cardiaque à partir de 1000 ppm.

Référence : «Algues Sargasses – Suivi des niveaux d’hydrogène sulfuré (H2S) et effets possible sur la santé» – Document ARS Martinique

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here