Temps de lecture estimé : 3 minutes

La nuit de Mercredi à Jeudi a été particulièrement longue pour les passagers du vol TX 515 d’Air Caraïbes qui devait décoller de Fort-de-France Mercredi en fin d’après-midi pour rejoindre Paris. 

Suite à un mouvement de grève des avitailleurs martiniquais du GPAF (Groupement Pétrolier Avitaillement de Fort-de-France), l’appareil a tout d’abord été contraint de se rendre en Guadeloupe pour faire le plein de carburant, ce qui a engendré un premier retard.

PAS ASSEZ DE PLACES À L’HÔTEL

De retour vers 23 heures sur le tarmac de l’aéroport Aimé Césaire, c’est une panne technique qui cette fois-ci l’a contraint à une immobilisation totale, l’empêchant définitivement de décoller. Les 350 passagers embarqués à son bord se sont vus offrir un repas en cabine avant d’être débarqués. Ensuite, plus de la moitié d’entre eux a eu la chance d’être dirigée vers un hôtel pour y passer le reste de la nuit, mais par manque de place (ou d’organisation), 167 autres n’ont pas été pris en charge et ils ont dû se contenter des sièges peu confortables des salles d’embarquement de l’aéroport pour tenter de s’endormir tant bien que mal.

LA GRÈVE CONTINUE

Selon la direction de l’aéroport, la nuit se serait déroulée sans incident et le lendemain matin, on les a conduit dans un hôtel pour prendre un petit-déjeuner. Les passagers n’ayant pas d’autre choix que de subir et d’attendre se seraient montrés plutôt calmes et particulièrement compréhensifs, dit-on.

Avec 24 heures de retard, leur vol est parti en fin d’après-midi mais de nouvelles perturbations sont à prévoir car le mouvement de grève à l’origine de cet incident n’est pas terminé en Martinique. Les négociations avec la direction sont au point mort et on murmure que le mouvement pourrait s’étendre à la Guadeloupe dans les prochains jours.

AIR CARAÏBES COMMUNIQUE

Vendredi Air Caraïbes a diffusé un communiqué dans lequel elle estimait que cette grève ne permettait pas de réunir les conditions d’exploitation acceptables dans l’intérêt des passagers. Aussi, afin que soient assurés les vols TX 511 et TX 515 au départ de Fort-de-France à destination de la métropole, la compagnie s’est vue contrainte d’effectuer une escale à Pointe-à-Pitre pour ravitailler ses appareils, une solution provisoire qui est loin d’être satisfaisante .

La compagnie Air Caraïbes a par ailleurs alerté les pouvoirs publics et de l’aéroport Aimé Césaire afin que “soient prises des mesures nécessaires à la régularité des vols essentiels à la desserte de continuité territoriale vers et depuis les départements de l’outre-mer.”

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.