Temps de lecture estimé : 4 minutes

Les visites protocolaires s’accompagnent toujours d’une obligation d’allocution officielle et encore plus celle du Premier ministre dont certains espéraient quelques annonces.

Mais ces discours sont parfois longs, fastidieux, peu accessibles et/ou hors de portée du quidam, d’ailleurs plus occupé en ce moment à restaurer son domicile ou son lieu de travail.

Aussi le SMW vous propose-t-il une petite sélection des mots prononcés lundi dernier par ceux qui nous gouvernent et que nous laissons à votre libre interprétation…

Les maux du Président

Daniel Gibbs se prête à un exercice délicat entre respect de son indéniable aspect républicain, lui qui a été député et membre de conseils nationaux partisans, et son engagement local posé sur un programme électoral qui résonne encore dans toutes les têtes. Il a dit :

  • “Malgré les difficultés, je suis convaincu que nous sommes devant une formidable opportunité de pouvoir redessiner notre avenir commun”… A condition de ne pas laisser le vide se substituer à l’urgence, la nature ayant horreur du premier (NDLR).
  • “Saint-Martin s’est vidée d’une partie de ses forces vives.”
  • “Si, dans quelques semaines, nous nous retrouvons avec 4 jeunes sur 5 sans emploi, le pire peut survenir !”
  • “nos socioprofessionnels (…) ont fait preuve, jusqu’à présent, d’une admirable retenue, y compris en matière d’exposition médiatique.”
  • “la Collectivité, faute d’activité économique et de recettes fiscales, n’aura pas les moyens de reconstruire”
  • “la réglementation et les lourdeurs administratives découragent bien souvent les volontés et les talents.”
  • “nous ne sommes pas des “mauvais élèves” ou un territoire de “voyous”, qui serait condamné à subir une tutelle, pas même bienveillante de surcroît !”

Les mots du Premier ministre

Edouard Philippe n’est pas le dernier des membres du Gouvernement à savoir manier tant la  diplomatie que la fermeté.

Ses réponses ici confirment qu’en plus de ne pas être assureur, il ne sera pas non plus notre sauveur…

  • l’Etat ne vous laisse pas seul devant cette feuille. Nous pouvons écrire l’avenir à quatre mains, nous pouvons apporter l’encre ou le stylo”
  • un partenariat (…) Etat et collectivité (…) respectueux des prérogatives et des responsabilités de chacun. C’est-à-dire de la large autonomie voulue par la population de Saint-Martin.”
  • “Je suis certain que nous aurons des désaccords, peut-être sur des permis de construire ou des décisions de reconstruction”
  • La mission d’évaluation des dommages que j’ai commandée rendra prochainement ses conclusions. Elles serviront tout d’abord à appuyer la demande de concours exceptionnel auprès de l’Union européenne”
  • “Certains s’étonnent qu’il n’y ait pas un plan de l’Etat de X milliards d’euros pour la reconstruction de Saint-Martin. Ce n’est pas ma manière de concevoir la politique ; ce n’est pas celle du Président de la République.”
  • “les seuls moyens mobilisés par les Armées ont représenté un coût pour l’Etat de 100 M€. Je ne le regrette pas, c’était notre devoir, mais je crois important de le mesurer”
  • “nous avons aussi décidé d’implanter à St Martin une unité territoriale de la direction de l’aménagement, de l’environnement et du logement” (Domaines de compétences de la Collectivité – NDLR)
  • “(…) le temps de la renaissance d’une île qui veut renouer avec l’avenir. Un avenir qui doit tenir compte des nouveaux risques auxquels la zone est confrontée”.

Je vous ai compris… mais

Autant dire qu’au delà de la compassion et de l’exceptionnelle solidarité exprimées après Irma, les moyens financiers de la reconstruction n’émaneront pas des poches d’un Etat qui tente depuis plusieurs années de réduire entre autres sa contribution auprès de toutes ses collectivités.

Autant dire aussi qu’il apparaît de plus en plus évident que Saint Martin n’échappera pas à un renforcement de la présence de l’Etat sur le territoire et dans la régulation de nos vies, ce qui ne manquera pas de donner raison au Président Gibbs lorsqu’il affirme que “D’autres talents risquent encore de nous quitter”

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.