À la suite de la visite du représentant de la Fédération des industries nautiques (FIN), Guillaume Arnauld des Lions, du 2 au 4 octobre 2017, Métimer a resserré ses liens avec cette fédération, solidaire de la filière nautique de Saint-Martin dès le lendemain du cyclone Irma.

D’après la mission d’évaluation menée par la FIN, les conséquences d’Irma sur la filière, ce sont : 70% des bateaux et des infrastructures complètement sinistrés 68 entreprises dans le nautisme et la plaisance concernées 1000 bateaux touchés dont près de moitié sont désormais des épaves.
Cette solidarité se concrétise aujourd’hui avec la décision de la FIN, organisatrice du salon nautique de Paris – le Nautic – de dédier cet événement en 2017 à Saint-Martin. La FIN a également décidé de lancer un financement participatif auprès du public du salon par le biais de la plateforme okasea.com, dédiée au monde maritime et à l’écologie. La FIN met également et gracieusement un stand à la disposition de Métimer, du 2 au 10 décembre 2017, pour toute la durée du salon. Bulent Gulay, le président, sera accompagné de Manu Demanez (Wind Adventures), Brigitte Delaître (Turquoise), Laurence et Jean Vallette (JLV) et Alexina Paya, la coordinatrice de l’association.

L’équipe a créé un flyer destiné à informer les 300 000 visiteurs de la situation à Saint-Martin et à les sensibiliser à la nécessité d’aider financièrement toute la filière nautique de l’île. Ce dépliant proposera un jeu concours donnant la possibilité au gagnant de venir passer une semaine de vacances à Saint-Martin à l’occasion de la Fête de la Mer 2018. Ce déplacement va permettre à Métimer de montrer son plus beau sourire auprès des ministres en visite au Nautic, ainsi qu’à la presse nationale, traditionnellement très présente sur le salon nautique, afin de les inviter à nous soutenir pour la reconstruction du nautisme à Saint-Martin.

La participation aux dons est possible depuis le 31 octobre et la totalité des sommes collectées sur Ekosea pendant le salon sera remise à Métimer à l’issue du Nautic, sous la forme d’un chèque. Métimer prévoit de répartir ces aides entre les opérateurs désireux de continuer leur activité et qui ont besoin de trésorerie pour s’équipe.

Première plateforme de crowdfunding dédiée au nautisme et à l’environnement, Ekosea a été créée et lancée officiellement lors du Nautic 2015. L’idée de faire cette campagne sur Ekosea s’est donc imposée naturellement à la FIN.

L’ensemble des fonds collectés permettra de financer plusieurs actions, destinées à aider directement les professionnels :

  • Aide au remplacement d’outillages et équipements légers (outillage électroportatif, compresseurs …)
  • Aide à la remise en état d’infrastructures légères : ponton flottant d’accueil, plancher de voilerie, équipement de plage pour les acteurs des sports de glisse et de pleine nature
  • Participation aux coûts de déconstruction restant à la charge des entreprises (épaves, déchets de bâtiments et équipements détruits…)
  • Aide au financement des franchises et aux coûts non pris en charge par les assurances

La FIN tient à appeler, par cette action, à la solidarité des gens de mer et espère un engagement fort du secteur et de la communauté nautique.

B.D./I.R.


Rappelons que la FIN a demandé l’ouverture d’un crédit exceptionnel de 10 millions d’euros au bénéfice de la filière nautique, dans le cadre du Projet de Loi de Finances (PLF) actuellement débattu au Parlement. Cette enveloppe exceptionnelle permettra de pallier les besoins les plus urgents et devra être accompagnée par des dispositifs permettant de maintenir dans l’emploi les salariés formés depuis plusieurs années et expérimentés, de favoriser le redémarrage des activités, de soutenir la trésorerie des entreprises (moratoire, report de charges, etc.). Un autre projet important de la FIN concerne la mise en place d’une filière de déconstruction des épaves à Saint-Martin, projet soutenu par Métimer et qui a déjà commencé à l’Anse Marcel et à Oyster Pond.

La Fédération des Industries Nautiques (FIN) a pour vocation des défendre, représenter et promouvoir les métiers de la filière nautique française, en France et à l’international.

Elle compte près de 600 adhérents, regroupés en 11 métiers de l’industrie et des services nautiques, représentant plus de 80% du chiffre d’affaires de la profession constructeurs, équipementiers, motoristes, loueurs fluviaux, loueurs maritimes, négoce, maintenance, services, grande plaisance, sports de glisse, sports de pleine nature.

Interlocuteur privilégié des pouvoirs publics au plan régional, national et européen, la Fédération assiste et conseille les entreprises dans les domaines juridique, social, économique et technique. Elle a un rôle d’information auprès du grand public et des médias, notamment pour ce qui concerne l’évolution des tendances du marché.

Au niveau international, la Fédération participe activement à l’évolution de la filière nautique. Elle est membre fondateur de la Fédération européenne des industries nautiques -European Boating Industry- qui a pour rôle principal de représenter et de défendre les intérêts des industries nautiques européennes. La FIN est également membre de l’ICOMIA (International Council of Marine Industry Associations), le groupement international des fédérations nationales des industries nautiques.

La Fédération est propriétaire du Nautic, Salon nautique de Paris, et du Yachting Festival de Cannes. Elle patronne le Grand Pavois de La Rochelle et mène des actions coordonnées, en partenariat avec Business France, afin de faciliter la présence de ses membres dans les salons nautiques internationaux de référence ou en plein essor. Elle est à l’origine de manifestations telles que la Fête du Nautisme et contribue ainsi au développement de la pratique nautique aux côtés des fédérations sportives.

Pleinement engagée dans le développement durable de la plaisance, la Fédération agit au quotidien pour intégrer les enjeux environnementaux tout au long du cycle de vie du bateau, notamment à travers son Programme Bateau bleu.

En 2009, elle a créé l’Association pour la plaisance éco responsable (APER), qui organise et anime la mise en place de la filière française de déconstruction des bateaux de plaisance hors d’usage, ainsi que la filière de collecte et traitement des produits pyrotechniques périmés. Enfin, la Fédération des Industries Nautiques œuvre au quotidien pour promouvoir la pratique d’une plaisance respectueuse de l’environnement.

La FIN est membre fondateur de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance qui regroupe les forces vives de la communauté nautique. La Confédération souhaite faire entendre sa voix dans les domaines qui intéressent plus particulièrement le partage, les usages, la gestion et la mise en valeur des espaces marins, lacustres et fluviaux.

Commenter avec Facebook
- Publicité -

Réagir à l'article

Please enter your comment!
Please enter your name here