Temps de lecture estimé : 2 minutes

Samedi dernier, un satellite américain de nouvelle génération a été mis en orbite par la NOAA – National Oceanic and Atmospheric Administration : Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique.

Premier d’une série de 4 satellites météorologiques, le Joint Polar Satellite System-1 aura pour mission de balayer la totalité du globe terrestre deux fois par jour afin de recueillir des données sur les températures à la surface des terres et des océans, mais aussi sur la végétation, les précipitations, la neige et la couverture de glace, la température atmosphérique, etc.

Le satellite présente des avancées technologiques et scientifiques ainsi qu’un degré de définition inédits. “Ces instruments sont tellement précis qu’ils peuvent mesurer les température avec une marge d’erreur de seulement un dixième de degré dans la totalité de l’atmosphère depuis la surface de la planète jusqu’à la frontière de l’espace” affirme ainsi Greg Mandt, directeur du programme JPSS à la NOAA.

Ces données permettront notamment de porter de trois à sept jours la période pour laquelle les prévisions météorologiques seront très fiables. Prédire et mieux étudier les événements météorologiques majeurs revêtent un intérêt qui résonne forcément dans nos esprits encore sinistrés. Mais JPSS-1 va encore plus loin puisqu’il pourra aussi surveiller l’état de la couche d’ozone, mesurer l’intensité des radiations de rayons ultraviolets, traquer la fumée et déterminer l’emplacement d’incendies de forêt, mesurera les émissions de monoxyde de carbone et de méthane…

Nous ne pouvons que lui souhaiter longue vie et réussite.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.