Prescillia Gazon est devenue le 27 novembre dernier la première ISG à œuvrer sur notre territoire… ISG pour Intervenante Sociale en Gendarmerie.

Les missions des intervenants sociaux en police et gendarmerie ont été définies par une circulaire du 21 décembre 2006 instaurant un “cadre de référence des intervenants sociaux dans les commissariats de police et unités de gendarmerie”, et visant à fixer leur champ d’intervention.

Les principales missions dévolues aux ISG selon la circulaire en question sont “d’évaluer la nature des besoins sociaux qui se révèlent à l’occasion de l’activité policière ; de réaliser l’intervention de proximité, dans l’urgence si nécessaire :
actes éducatifs ou de médiation sociale, assistance technique, action de soutien, d’information et d’orientation ;
de faciliter l’accès de la personne aux services sociaux et de droit commun concernés”.

Un poste d’intervenant social important

La création de ce poste à Saint-Martin s’inscrit dans le cadre du Contrat de Ville 2015-2020.

Ces missions, Prescilla Gazon les doit à une convention expérimentale qui a été signée entre l’Etat, la Collectivité, le Commandement de la Gendarmerie et l’association “Les liaisons dangereuses” qui se sont engagés à financer le poste pour une durée de douze mois.

Si la circulaire propose un cadre, la convention vient le préciser et Prescilla Gazon sera en charge de

  • l’accueil des victimes et/ou des personnes en situation de détresse sociale repérées lors d’une intervention ou à l’occasion du service de la Gendarmerie ;
  • l’orientation et conseil ;
  • un rôle de relais entre la Gendarmerie, les autorités judiciaires et les institutions ou administrations à caractère social

Une vraie interface entre un public méconnu et les services sociaux

Basée dans les locaux de la gendarmerie et sous autorité de son commandant, la jeune femme n’aura pour autant pas à prendre part aux enquêtes judiciaires.

L’association “Les Liaisons Dangereuses” assume pour sa part la gestion du poste en liaison avec la gendarmerie.

Tout l’intérêt du dispositif repose sur la présence de l’intervenant social au sein du groupement de gendarmerie, à l’interface entre l’action policière et la prise en charge sociale. Ce positionnement permet de détecter des situations méconnues et des problématiques qui ne font pas encore l’objet d’un accompagnement social mais nécessitent une prise en charge dans l’urgence. Leur intervention permet aux services sociaux de secteur d’avoir connaissance d’un public non encore identifié et qui échappe aux services de l’action sociale.

“Mettre de l’huile dans les rouages”

Par son intervention de premier niveau, le rôle de Prescilla Gazon consistera donc à opérer une orientation et un passage de relais rapides vers les partenaires locaux, qu’il s’agisse des services sociaux, des associations ou des structures d’hébergement d’urgence, etc. Elle viendra donc “mettre de l’huile dans les rouages” d’un champ social déjà lourd et que les conditions actuelles ne risquent pas d’alléger rapidement.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire