C’est en totale décontraction qu’Adrien Bourreau nous reçoit sur la terrasse du Mercure Hôtel. Sans veste ni cravate, le nouveau Directeur Général de Canal + Caraïbes semble bien à l’aise dans le décor encore quelque peu sinistré de la Baie Nettlé. On comprend bien vite pourquoi… avant d’être un spécialiste des médias propulsé aux Antilles, il est avant tout né à Saint Martin ayant grandi entre Quartier d’Orléans et la Savane à l’époque où Pinel n’était encore qu’une plage déserte. Il n’a pas vécu Irma mais a connu son digne père Luis et ses conséquences économiques intrinsèques… Et c’est avec un grand plaisir qu’il revient dans le secteur Caraïbes proche de cette “île très attachante” comme il la décrit.  Face au brouhaha technologique généralisé, il a accepté de répondre à nos questions. 

SMW : Combien Canal Plus compte-t-il d’abonnés aujourd’hui sur Saint Martin ? Ont-ils de nouveau accès à vos services depuis Irma ?

AB : Sur Saint Martin, nous avons 7000 abonnés TV et 4000 abonnés Internet. Notre avantage est de ne pas être dépendant d’infrastructures terrestres. Canal Plus fonctionne avec un signal satellitaire. C’est plus simple pour rétablir un signal de fonctionnement.

Aussi, quasiment tous les abonnés sont remis en service.  C’est difficile de vous donner un chiffre exact. 1500 personnes semblent avoir été impactées. Mais, nous ne pouvons avoir de données en temps réel, c’est le client qui nous précise ne plus avoir de signal et avec les personnes qui ont quitté l’île, nous ne pouvons pas être plus précis. Mais sur les 1500 clients recensés, nous avons mis les bouchées doubles pour rouvrir le signal au plus vite.

SMW : Quelles solutions techniques et quels moyens déployés sur Saint-Martin depuis le sinistre ?

AB : Nous avons pris le temps d’attendre que nos équipes sur Saint Martin puissent gérer leur situation personnelle mais nous avons ouvert la boutique le plus rapidement possible. Lors de la réouverture, nous avons mis des ressources supplémentaires, des commerciaux venant de Guadeloupe ou Martinique et des vigiles afin de gérer cette situation un peu difficile avec une forte demande, environ 200 à 300 personnes par jour.  On a aussi renforcé nos équipes d’antennistes passant de 3 en temps normal à 11 provenant de toute la Caraïbe et intervenant 7j/7. Avec nos 3 antennistes, le délai d’intervention était de 2 mois, ce qui n’était pas acceptable, aujourd’hui on a un délai de seulement 1 semaine.

SMW : Est-ce qu’Irma a eu un impact majeur sur votre panel d’abonnés ?

AB : Forcément, avec les opérateurs télécom qui ont mis du temps à rétablir le signal, nous avons eu des abonnés supplémentaires grâce à notre avantage technologie satellitaire. Mais ce n’est pas énorme, nous sommes déjà bien implantés sur Saint Martin avec 2/3 des foyers équipés Canal.

SMW : Comment expliquez-vous ce taux de pénétration ?

AB : Ce taux de pénétration est historiquement élevé. Le satellite est une technologie qui est arrivée beaucoup plus vite qu’internet; l’offre TNT qui a aussi mis du temps à arriver, est incomplète comparée à celle proposée en métropole. Il y a un attachement très fort au satellite qui reste le meilleur moyen d’avoir une télévision de qualité. Aussi cela fait 30 ans que Canal est présent sur l’île avec une offre plus complète et une bonne satisfaction client. Cette part de marché est aujourd’hui challengée par des opérateurs proposant des offres triple play et les nouveaux modes de consommation par internet tel que Netflix.

SMW : Plus globalement, Canal Plus perd des parts de marché de façon régulière depuis 2 ans. Quelle stratégie nationale et en Outremer pour inverser cette tendance ?

AB : On arrive à la contenir notamment en ayant pris la décision il y a 3 ans de racheter un opérateur internet, MediaServ, qui s’appelle désormais Canal Plus Télécom. Ceci nous permet de proposer des offres internet : Canalbox, un fournisseur internet propre à Canal Plus. Nous avons ainsi 2 activités : une activité télévision satellite et une activité télécom.  On est ici capable de proposer une offre complète internet + téléphone + télévision en associant les offres de nos 2 activités. C’est ce qui nous permet de ne pas vivre la même situation de perte de marché qu’en métropole.

SMW : Y a t-il une volonté de votre part de diriger les abonnés satellite vers l’offre Canal Box ? 

AB : Depuis Irma, il n’y pas eu de rétablissement de tous les réseaux avec une volonté de reconstruire sur de la fibre optique. On propose donc bien évidemment une offre internet complémentaire Canalbox à nos clients satellite.  Concernant l’offre télévision, ce que l’on propose en satellite ou par internet c’est quasiment les mêmes services, chaines et tarifs.

SMW : Canal Plus est contributeur très important à la production audiovisuelle et cinématographique. En ce sens, vos prédécesseurs soutenaient les productions locales. Comment vous positionnez-vous à ce sujet ? 

AB :J’envisage de le renforcer. J’arrive avec la conviction très forte que l’entreprise Canal Plus doit jouer un rôle encore plus important dans la vie de la société. J’ai défini 3 thématiques, 3 engagements sociétaux sur lesquels Canal Plus Caraïbe va s’investir : l’audiovisuel, le sport, l’éducation des jeunes. C’est en lien avec notre cœur de métier, on est légitime et capable d’apporter notre contribution.Ma conviction est qu’une entreprise privée doit être au côté du public pour accompagner et faire émerger ses talents.

SMW : On considère parfois Saint Martin comme l’oublié de la zone Guadeloupe par les gros groupes, on imagine qu’avec l’attachement que vous avez pour notre île cela ne sera pas le cas ? 

AB : C’est vrai, quand je suis arrivé aux Caraïbes, on parlait des “îles du Nord”, “Saint Martin, Saint Barth, c’est secondaire, c’est très peu d’abonnés”… Moi, j’avais à cœur de venir ici rapidement. Mes 2 priorités étaient de rencontrer les équipes et les élus pour bien expliquer nos ambitions, nos projets, les enjeux auxquels on fait face et comment on va réussir à y répondre. J’ai rencontré le sénateur Arnell et le Président Gibbs. Quant aux équipes j’ai pu les féliciter sur le travail formidable qu’elles ont pu réaliser.

Enfin, notre engagement de remonter les chaînes locales sur Saint Martin se fera avec IO TV afin de contribuer à l’essor de l’audiovisuel local. Nos abonnés, les habitants de Saint Martin ont envie de voir l’actualité de Saint Martin, la chaîne IO TV va faire partie du bouquet Canal Plus dans les prochains mois. Il n’y avait à ce jour aucune chaîne  locale et c’est une équipe motivée et performante.

BY

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.