Temps de lecture estimé : 3 minutes

S’il est un sujet de plus en plus prégnant dans notre quotidien depuis le passage d’Irma, c’est bien celui des assurances qui, entre les annonces officielles, les récits de chacun, les rumeurs, etc., nous font perdre notre frenglish…

Coût des catastrophes naturelles outre mer… jusqu’à ce jour… Selon le bilan 1982-2016 de la CCR sur les catastrophes naturelles en France, le coût des événements Outre-mer représente 3,3% du montant de la sinistralité du marché français pour seulement 1,7% des cotisations du régime (rappelons que l’Outre-mer n’a été intégré à celui-ci que depuis 1990). L’année 2007 est la plus sinistrée dans ces territoires (19% du montant de la sinistralité totale “autres périls”) avec le séisme du 29/11/2007 en Martinique (64 M€) et le cyclone Dean aux Antilles (242 M€). Les autres exercices sont marqués par les cyclones Maryline et Luis aux Antilles en 1995 (202 M€), le cyclone Lenny aux Antilles en 1999 (90 M€), le cyclone Dina à la Réunion en 2002 (140 M€) et le séisme des Saintes en Guadeloupe en 2004 (80 M€).
Même si la transparence ne semble pas de mise dans ce secteur d’activité, et on parvient presque à le comprendre, nous avons tenté de faire un point chiffré sur une partie du monde de l’assurance local.

Le premier assureur français représenté à Saint Martin et Saint Barthélémy est Allianz France qui, avec 12 000 assurés, détient 50% des parts de marché. A ce jour, Allianz France aurait d’ores et déjà réglé 160 M€ aux sinistrés et si vous vous demandez à qui… sachez que cette somme comprend également les indemnisations liées à Maria en Guadeloupe…

Le deuxième assureur concerné est GFA Caraïbes, au travers de ses 3 courtiers, qui revendique 3 600 contrats en automobile et 2 200 en multirisques habitation pour un chiffre d’affaires de 5M€ sur un total de 103M€.

Vient ensuite la Maif, qui a enregistré environ 2 200 déclarations de sinistres sur un portefeuille de 2 400 assurés pour un montant non dévoilé.

Last (de cette liste) but not least, la compagnie néerlandaise implantée à Saint Martin depuis plus de 30 ans, Nagico opère depuis 2010 avec un agrément de l’ACPR et procède, d’après nos sources, à des indemnisations rapides des sinistres bénéficiant d’une garantie incendie (puisque ses polices n’intègrent pas la garantie Cat Nat).

Pour mémoire, la Fédération française des assurances indiquait le mois dernier que la profession dans son ensemble avait enregistré 33 000 déclarations de sinistres pour un coût estimé à 910 M€.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.