Suite à la demande des autorités françaises le 27 novembre dernier, la Commission européenne a décidé d’allouer une première avance aux régions ultrapériphériques de Saint-Martin et de la Guadeloupe au titre du Fonds de Solidarité de l’UE.

La Commissaire à la politique régionale Corina Creţu a déclaré: “Avec cette première aide, l’Europe est aux côtés des habitants de Saint-Martin et de la Guadeloupe pour les aider à reconstruire et à se reconstruire. Nous nous tenons prêts à activer tous les mécanismes de soutien dans le long terme avec les fonds européens, comme le cofinancement exceptionnel de 95% en cas de catastrophe naturelle”
Ce sont ainsi de près de 5 millions d’euros qui ont d’ores et déjà été alloués aux deux territoires afin de contribuer à rétablir infrastructures et services publics et à couvrir les coûts des dépenses d’urgence et de nettoyage. A titre de comparaison, au titre du fonds de secours, 5 millions, c’est la somme dont avait bénéficié La Réunion en 2007 (cyclone Gamède) pour des dommages estimés à 211 M€ là où la Martinique avait été dotée de près de 13 M€ (Ouragan Dean) pour des dommages estimés à 509 M€.

S’agissant d’une avance, le montant de l’aide finale est en cours d’évaluation et sera annoncée prochainement dans le cadre du programme de coopération Interreg.

Et c’est sans doute là que la complexité administrative des fonds européens ne permet que peu de projeter le soutien qui sera accordé à notre territoire. En effet, d’un côté, la gestion de nos fonds structurels est sous autorité de la Guadeloupe pour laquelle la catastrophe naturelle a aussi été reconnue suite au passage de Maria et dont les besoins de reconstruction ne devraient laisser qu’une mince quote part à Saint Martin qui n’a jusqu’ici pas brillé sur la scène européenne quant à sa capacité à constituer des dossiers.

De l’autre, l’Europe et la France l’ont dit et répété, le financement de la reconstruction de Saint Martin ira de pair avec celui de Sint Maarten. Et là, sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, on ne peut s’empêcher de penser à l’arlésienne du projet conjoint de gestion des déchets dont la gestation a débuté des deux côtés de la frontière en 2008…

IR


L’Union européenne en soutien de toute la région 

Au lendemain du passage des ouragans Irma et Maria dans la région, l’Union européenne promettait une aide au développement substantielle d’un montant de 300 millions d’euros, en faveur de la région des Caraïbes. Ces fonds seront principalement consacrés aux efforts de reconstruction et de réhabilitation à moyen terme ainsi qu’à, à plus long terme, la préparation aux catastrophes et à l’adaptation au changement climatique, l’UE ayant placé la résilience au centre de sa politique de développement. Et c’est dans ce cadre que Sint Maarten sera dotée afin d’inscrire sa reconstruction dans la coopération avec Sint Maarten.

En outre, l’intervention de l’UE dans la région s’est également déclinée sur un mode immédiat au travers notamment d’un soutien logistique à l’aide humanitaire, d’une expertise en matière de protection civile et une aide en nature représentant 2,9 M€ à destination de la Dominique, Antigua-et-Barbuda, Saint-Christophe-et-Niévès, Cuba, République dominicaine, Haïti, Sint-Maarten et aux Îles Turks-et-Caïcos.

Enfin, l’UE a également apporté un soutien financier aux évaluations des dégâts (Post Disaster Needs Assessment, PDNA) à Antigua-et-Barbuda et à la Dominique. A cela il convient d’ajouter 7 M€ en faveur d’Anguilla et des Îles Turks-et-Caïcos et 3,5 millions d’euros pour la Dominique.

IR

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.