La députée de Saint-Barthélemy et Saint-Martin interpellait ce matin le ministre de l’économie et des finances en séance publique à l’Assemblée nationale sur la question de l’outil statistique pour Saint-Martin, un sujet qui relève, pour Madame GUION-FIRMIN, à la fois d’ »une urgence et d’une nécessité » pour un territoire en pleine reconstruction.

La députée de Saint-Barthélemy et Saint-Martin souhaite que la Collectivité de Saint-Martin, sortie des périmètres de l’INSEE depuis le 1erjanvier 2008, puisse bénéficier dans les meilleurs délais d’une couverture statistique de qualité. « Des données essentielles telles que l’indice des prix, les chiffres du commerce extérieur, l’illettrisme, les taux de mortalité infantile ou de pauvreté… ne sont pas connues à Saint- Martin, et faute d’antenne INSEE, le territoire se trouve, depuis plus de dix ans, dans un “angle mort” des politiques publiques » déplore Madame GUION-FIRMIN, qui souligne également que cette absence de statistiques empêche la Collectivité de Saint-Martin, Région Ultrapériphérique de l’Union Européenne, de devenir autorité de gestion des fonds européens.

Ces carences en matière de statistiques pénalisent encore plus lourdement la Collectivité, en pleine reconstruction, en ce sens qu’elles « complexifient davantage l’analyse de l’évolution de la situation économique, démographique, sociale, environnementale et sanitaire de Saint-Martin ».

Madame GUION-FIRMIN demande donc au Gouvernement la création d’une antenne INSEE à Saint-Martin, « ou, a minima, le renforcement des effectifs de l’INSEE Guadeloupe, avec des missions fléchées et des agents dédiés à Saint-Martin ».

Le secrétaire d’Etat, porte-parole de Bercy pour la réponse à la députée de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, reconnaît que « des marges de progression » existent. « L’INSEE propose de conduire en priorité un travail d’expertise afin de déterminer si les sources d’informations mobilisables aujourd’hui permettraient une production annuelle et robuste d’un indice du PIB pour Saint-Martin » a notamment déclaré M. Mounir Mahjoubi, qui admet cependant que le « sujet est complexe car aujourd’hui, la faible quantité et la faible qualité des données ne permet pas de garantir cette capacité annuelle ». En outre, la création d’une antenne INSEE à Saint-Martin n’est pas envisagée par le Gouvernement, qui estime par ailleurs que la Direction interrégionale Antilles-Guyane de l’INSEE, qui aujourd’hui s’occupe de Saint-Martin, est suffisamment dotée. Une nouvelle fin de non-recevoir qui ne satisfait pas la députée de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, qui « poursuivra son travail sur ce sujet  crucial pour Saint-Martin ».

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.