Temps de lecture estimé : 3 minutes

Depuis samedi dernier, la médiasphère nationale semble focalisée sur un sujet unique qui semble occulter tout le reste  : la martyrisation de Jérôme Rodrigues, figure (si l’on peut employer ce terme…) des Gilets jaunes, blessé à l’oeil lors de l’acte XI à Paris.

Des milliers de victimes… à l’oeil 

Au-delà des antécédents personnels de l’homme (2 infractions inscrites au Traitement d’antécédents judiciaires (TAJ) : un transport de stupéfiants et un vol simple, licenciement pour faute grave :
vol et escroquerie en flagrant délit) qui commencent aussi à faire polémique, le fait est grave : un homme risque de perdre son oeil touché par ce qui semble être, de l’avis général et sans attendre les conclusions des enquêtes judiciaire et de l’IGPN, le lanceur de balles de défense (LBD) d’un policier.

L’accident a bien entendu été filmé et les images de l’homme calme et posé avant de s’écrouler, ensanglanté, semblent faire oublier que la blessure fait partie du “risque à manifester” pour tous, gilets jaunes ou pas, dont doivent être conscients tous ceux qui ont déjà assisté à une manifestations et encore plus aux 10 premiers actes qui ont su prouver certains débordements violents.

Elles font aussi oublier que depuis le début du mouvement, le bilan lorsque non circonscrit aux seules figures des gilets jaunes est déjà trop lourd : selon le ministère de l’intérieur mi-janvier, 1000 blessés chez les forces de l’ordre depuis le 17 novembre contre 1700 chez les manifestants et 11 morts, sans même parler des victimes commerciales dont certains ne pourront rouvrir leur établissement, faute de moyens et de clients.

Et surtout, ces images décalent le débat. Il n’est plus question des problématiques des Français, des revendications du mouvement et encore moins de sa réponse institutionnelle, le Grand débat national… Il s’agit aujourd’hui de savoir si, face à ces chiffres, il ne faudrait pas interdire l’usage des LBD. On ne peut raisonnablement désarmer les forces de l’ordre, alors… peut-être pourrait-on simplement les munir de lanceurs d’étrons ?

Pendant ce temps…

Le président des Etats-Unis confirme que “son” mur à la frontière mexicaine sortirait de terre “d’une façon ou d’une autre”, quitte à déclarer le pays en état d’urgence, mesure extraordinaire qui lui permettrait de contourner le Congrès pour en obtenir le financement.

Au Venezuela, président élu, Nicolas Maduro, contre président autoproclamé, Juan Guaido, installent le pays dans un climat de violences et d’instabilité et mettent la communauté internationale dans l’embarras, même si les eurodéputés ont jeudi adopté une résolution reconnaissant Guaido « comme président par intérim légitime de la République bolivarienne du Venezuela » et appelant tous les pays de l’UE à faire de même en adoptant une « position ferme et unifiée ».

A Paris, une “Agora pour la justice climatique” était organisée dimanche 27 janvier pour dénoncer l’inaction du gouvernement sur le changement climatique et proposer des espaces d’échanges et de réflexions autour des enjeux environnementaux et climatiques. Le rassemblement aura mobilisé 8500 personnes… contre 69 000 “gilets jaunes” et quelques 10 500 “foulards rouges.”

Plus proche de nous, Lucette Michaux Chevry, à force de puissants coups de boutoirs, a décidé de mettre fin à l’ensemble de ses mandats sans attendre inéligibilité à laquelle elle est promise…

De quoi laisser songeur quant à la priorisation des préoccupations des Français, à moins que ce ne soit celle des médias pourtant censés contribuer à élever la conscience…  

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.