Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le MJP exprime ses observations suite aux vœux du Président Gibbs dans les quartiers.

Il est intéressant de constater que le Président Gibbs a changé le format de la présentation de ses vœux à la population. Cette année, il a décidé d’aller à la rencontre des administrés au cœur des différents quartiers de l’île.  

Bien entendu, nous n’avons aucun jugement de valeur à porter sur son choix, de se rapprocher de la population.

Cependant, il y a lieu de s’interroger à juste titre sur le contenu de son discours prononcé dans les différents quartiers.  

La première observation que nous faisons et qui est d’une évidence incontestable, c’est que le président est en campagne et il tente de renouer le contact perdu avec la population. A cet effet, il a pris le soin d’annoncer un ensemble de mesures pour flatter l’oreille.  

Beaucoup de projets nouveaux sont montés en épingle. Quid des bâtiments administratifs qui ne sont pas encore réparés ? à savoir: l’ancien hôpital qui abritait le pôle développement durable, la médiathèque un édifice formidable, les bureaux de la police territoriale, l’atelier au niveau des services techniques, le L.P.O etc..

La deuxième observation, nous amène à nous questionner sur le financement de ces dits projets.  

Certes, il y a des urgences relatives à l’aménagement du territoire. Toutefois, notre préoccupation majeure est de savoir si le président dispose vraiment des moyens de ses ambitions ? A-t-il un budget d’investissement nécessaire à la réalisation des différents projets de construction ? La marge d’autofinancement sur l’exercice 2019, connaîtra-t-elle une augmentation suffisante afin de financer les projets annoncés ? A-t-il mis en place l’ingénierie et la technostructure nécessaire afin de réaliser ces derniers ?  

Il convient de rappeler que le budget de la Collectivité de 2018 était celui de la relance économique et de la première phase de la reconstruction. Si on cherche à savoir quel est le taux de consommation des crédits d’investissement sur l’exercice budgétaire 2018, nombreux seront ceux qui commenceront à déchanter. En tout état de cause, nous espérons connaître, lors de la prochaine réunion du conseil territorial sur les orientations budgétaires, les vraies priorités budgétaires de la collectivité et les stratégies qui seront déployées pour atteindre les objectifs affichés.

La troisième observation nous contraint à nous questionner sur plusieurs points relatifs à la vie de la cité, et qui malheureusement ne figurent pas sur la liste des urgences du Président. Il s’avère utile de souligner qu’aucune stratégie n’a été révélée pour traiter la fracture sociale qui se creuse davantage au cœur de la population.  

Faut-il évoquer le cas de centaines de familles qui sont dans la désespérance sociale ? Tout le monde s’accorde à reconnaître que le vote des crédits budgétaires, alloués à la réhabilitation des toitures dans les différents quartiers est un geste louable. Néanmoins, nous nous demandons que se passe-t-il concrètement sur le terrain à fin de soulager la souffrance des familles démunies Ou en est-on au niveau de ce dispositif de réhabilitation? La reconstruction du territoire bat de l’aile sans nul doute, mais force est de constater qu’on fait appel à la main-d’œuvre venue d’ailleurs et on ne donne pas un coup d’accélérateur aux différentes actions de formations annoncées, afin d’accroître l’employabilité de nos jeunes de manière significative. Nous disons haut et fort qu’ils doivent devenir des acteurs de la reconstruction et non des spectateurs.  

Sans transition, quelles dispositions compte t-il prendre pour améliorer la qualité du service rendu au public, sachant pertinemment que cette amélioration passera inévitablement par le renforcement des services en termes d’encadrement et de restructuration.  A ce stade, nous tenons à préciser que l’assistance technique que nous accueillons favorablement, ne doit pas se traduire en « take-over » de l’administration territoriale. La mission des agents de l’A.F.D doit être clairement définie. Apporter un savoir-faire à ceux qui sont en poste dans un souci d’améliorer l’efficience et l’efficacité de l’administration doit être la mission essentielle des agents.

Pour conclure, nous faisons remarquer qu’aucun accent n’a été mis sur le développement de l’éducation sur le territoire, à l’heure ou le rectorat envisage des mesures draconiennes qui vont irréfutablement à l’encontre de la réussite scolaire, du plus grand nombre.

Louis Mussington, leader du MJP

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.