Temps de lecture estimé : 8 minutes

(…) Mes propos ce matin seront brefs, je suis désolé je n’ai la tête ni à la fête, ni au long discours, c’est donc en ma qualité de 1ère vice-Présidente, en l’absence de notre Président Daniel Gibbs, qui s’excuse, qu’il revient l’honneur de m’adresser à vous aujourd’hui, au nom de la Collectivité de saint-Martin. 

August 15th, Assumption Day. Is a public holiday based on religious belief, according to the catholic tradition, on this the day, Mary, mother of Jesus Christ was taken bodily up into heaven.

I want to believe that sandy-ground is probably one of our most religious districts on the island as it is the day that is reserved to also celebrate this district and its people

While I continue to believe that we should never miss an opportunity to rejoice and mingle with each other, this year’s fete unfortunately has a bitter taste because of the ongoing battle around the PPRN and the fear that this brings to our people

Au travers de nos fêtes de quartiers qui se passent généralement dans le calme et l’amitié nous célébrons notre culture, nos traditions populaires, au cœur desquelles, la convivialité et le dialogue, tiennent une place prépondérante à Saint-Martin. 

Sandy-Ground est un quartier jeune, actif, créatif, où plusieurs communautés se côtoient dans l’harmonie.

Vous avez su insuffler une belle dynamique dans votre quartier, le monde associatif tient une place centrale, et je veux ce matin, saluer cet engagement au service des habitants.  

Donc espérons que malgré ce contexte lourd et tendu, que la fête soit belle et que ceux qui nous visitent profitent encore une fois des mets et animations qui sont mis à leurs dispositions.

Revenons au sujet qui nous préoccupe,

De notre appartenance à la France, la devise liberté, égalité, fraternité est le symbole même de la fierté que nous avons de nous revendiquer tous français, mais connaissons-nous vraiment la définition ou la valeur de chaque mot ?

Freedom, Equality, brotherhood, 3 words that are supposed to describe our identity, where we stand bold and proud to be French and yet our country daily cry is based on inequality, division and abuse of power. No matter how much time we repeat it, doesn’t mean we believe it.

Des trois principes qui forment notre devise, je souhaite m’attarder sur la liberté, lorsque l’on parle de liberté, certains pensent de suite à la liberté d’expression, cher à nos journalistes, nos penseurs, nos écrivains, d’autres pensent à la liberté de travailler ou de voter, tous deux acquis aux femmes bien après les hommes, ou encore à la liberté de se marier avec la personne de son choix (mariage pour tous), pour les Saint-martinois la première des liberté reste celle de donner, de léguer ainsi que la liberté d’entreprendre, c’est notre histoire, nous y sommes attaché, c’est ce qui a fait de nous qui nous sommes, 

Who, we are as a people is the price that we are paying today,

We the people of Saint Martin will always be rare in the eyes of others because our friendliness that goes beyond just our famous slogan.

Our ability to give everyone the benefit of the doubt without treating them like strangers, making them feel nothing less than family all this while they easily take everything from us is also what defines us.

The strange thing is if we were to do it all over again, we will because we can’t help who we are.

Don’t be fool because our kindness is not to be taking as a weakness. 

Just the other day I heard someone saying, if in a debate nobody is right, that means everybody is wrong.

My definition of being a politician is to be voice of the people,

The time is no longer to try to understand who truly is for or against or point out who is wrong or right but it is to focus on how to make it work all while we remain in our lane of competencies with one aim and one goal which is to give this island, Saint Martin a fair chance.

To do so, it is imperative that we understand why these changes are creating so much fear.

Owning a piece of land or being able to leave a house to a child is what allows us to determine if we were successful or not.

This has always been the way we envisioned our society and that has contributed in making us who we are.

This is something very common to us all, LAND is our gold.

The real question behind the PPRN now, is how do we express our originality within the law ?

Granting us the necessary time to write over the laws allows us to express ourselves on the new and redesign Saint Martin and more importantly to stay owners of our land permitting us to keep our riches and assets in our family. 

No government should ever have to ask its people to burry its identity because of a fear of a natural catastrophe or any other reason.

Comment vous expliquer qu’habiter dans un appartement ou louer un bien qui ne nous appartient pas est signe d’échec pour un Saint-Martinois.

La solution est-elle dans la récupération de la compétence environnement, bien qu’en sachant que comme en 2007, il va encore s’agir de récupérer une compétence qui sera transférée sans les moyens pour l’exercer, peut-être que nous allons devoir nous y résoudre.

Il semblerait qu’à ce stade nous sommes dans l’obligation de constater que seul le saint-martinois est à même d’exprimer et de défendre les spécificités qui lui sont propre, et le droit à la propriété et à l’utilisation de celle-ci même dans une zone à risque est un droit qui a un ancrage culturel fort et il n’est pas prêt à l’abandonner.

Comment expliquer qu’au travers de ce débat, le rôle de l’Etat qui était d’assister, de conseiller, d’accompagner, de défendre, de promouvoir est remplacé dans la conscience des gens par le sentiment sans cesse d’être réprimé, rabaissé, critiqué, comparé, attaqué, voir même arrêté et peut-être pour certain emprisonné ?

Comment expliquer que le plaisir de servir, d’aider qu’avaient les élus est aujourd’hui remplacé par la crainte de se tromper, d’expliquer, voire même tout simplement de faire ?

Notre défi aujourd’hui est d’apprendre à privilégier le pragmatisme à l’idéologie, c’est là le sens même de l’engagement d’un élu local.

Je finirai donc mon intervention d’aujourd’hui par cet adage célèbre qui dit que je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire.

Alors que notre friendly island est aux proies au doute, deux solutions s’offrent à nous :

Devons-nous continuer à sacrifier l’avenir des générations futures en restant chacun d’un côté de la table en espérant que l’un se taise parce que l’autre aura crié plus fort ?

Ou pouvons-nous reconnaitre que nous avons rendez-vous avec l’histoire en permettant d’écrire ensemble, une fois n’est pas coutume, les conditions dans lesquelles nous voulons vivre, accueillir et partager nos traditions avec les visiteurs d’un jour et les visiteurs de toujours.

Ce PPRN est ce premier rendez-vous qui doit nous permettre de mixer façon de vivre et prise en compte des risques.

Cela implique et nous l’avons bien compris, une nouvelle façon d’appréhender l’avenir, car en effet les menaces liées aux catastrophes naturelles sont de plus en plus présentes.

Bien qu’appartenant à la jeune génération de politiciens, j’ai bien conscience que nous avions l’habitude d’avoir un cyclone tous les 20 à 30 ans, nous devons nous préparer à en recevoir tous les 10 à 15 ans et ENCORE !

Je suis convaincu que les générations qui ont pu se vanter par le passé de n’avoir jamais vécu de catastrophe naturelle n’existeront plus, donc oui à plus de prudence, oui à plus de normes mais jamais au détriment de notre vivre ensemble et de notre prospérité.

Un morceau de terre, peu importe où il se situe, s’il a appartenu à nos ancêtres, à une grand-mère ou même à un frère, nous ne pouvons l’abandonner, c’est d’ailleurs le premier héritage que nous avons obtenu de nos années d’esclaves.

In closing, I will like to address myself to the representative of the district and it’s members, we hear and do share your grievances, please be reassure that Sandy ground remains at the top of our priorities. Action speaks louder than words, project we do have and they will unfold in due time.

In my capacity of vice president in charge of sports I am proud to announce that one of our projects in sandy ground is to transform this sports complex in an excellency center permitting us to give our future athletes a chance from a very tender age to engage in a sporting professional direction (FREESTYLE DETAILS ON PROJECT A FEW).

Now I turn to you the people of sandy ground and even Saint Martin at large, let us together remain focus, when they try to create doubts among us and build us up against one another, remember that we have always been our brother’s keeper. We have fallen numerous times and yet we rise.

We rise because we are not beggars, but we are hard workers.

We rise because we are a people of perseverance and determination. 

Nobody told us that the road will be easy, but I reassure you that with GOD’S grace and your show of trust we will make it.

Merci de votre attention, Thank you.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.