Temps de lecture estimé : 3 minutes

Bien que de tailles différentes, ces 2 organisations vont désormais collaborer pour la défense et le respect de la citoyenneté de toutes les personnes en situation de handicap, et de la capacité de chacun à exercer de plein droit ses responsabilités dans la société.

Rose NICOLAS & Prosper TEBOUL

Rose Nicolas, la présidente de l’association Coralita et Prosper Téboul le directeur général de APF France Handicap se sont donc retrouvés en présence de la Préfète Sylvie Feucher, de la Députée Claire Javois Guion Firmin et de Fernand Semedo le directeur du SESSAD Coralita pour officialiser ce partenariat et pour faire le point sur la situation des personnes handicapées à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy.

Un manque de moyens flagrant 

Le dernier recensement indique la présence d’environ 500 personnes dont 200 jeunes en situation de handicap ; parmi eux, on compte 158 enfants scolarisés qui bénéficient d’un accompagnement par un assistant de vie scolaire, mais il faut également prendre en compte un certain nombre de non-déclarés comme le déplore Rose Nicolas, ainsi que trop d’enfants non scolarisés, trop d’adultes sans emploi et surtout trop d’endroits inaccessibles pour tous. Coralita est la seule association qui existe à Saint-Martin (avec Tournesol), mais comme toute structure de faible importance, elle ne dispose pas de moyens suffisants pour mener à bien toutes les missions et les projets qu’elle souhaiterait, c’est pourquoi ce rapprochement promet d’être enrichissant et de voir se développer des actions concrètes dans l’intérêt des personnes handicapées et de leurs familles.

Des projets ambitieux mais pas irréalisables 

Prosper Téboul s’est montré satisfait qu’une telle convention puisse être signée tout en rappelant que APF France Handicap gère plus de 500 établissements sur le territoire national à l’aide de 25.000 bénévoles et 14.000 salariés pour 30.000 usagers et 21.000 adhérents. APF France handicap porte des valeurs humanistes, militantes et sociales et un projet d’intérêt général, celui d’une société inclusive et solidaire. Les projets de Coralita sont ambitieux mais pas irréalisables : un pôle médico-social comprenant un centre d’action médico-sociale précoce, un service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés et un service d’accompagnement à la vie sociale, est la principale priorité ainsi que la mise en place d’un institut médico-éducatif et la réalisation d’une maison d’accueil spécialisée, même si on sait que tout ne se fera pas en un jour bien évidemment. Cet engagement passe par la valorisation et la promotion des valeurs de l’économie sociale et solidaire, seules garantes de la qualité et de la professionnalité des services dispensés aux personnes en situation de handicap et à leurs familles.


Le médico-social, un business qui attire !

De façon générale et depuis que le projet de création d’un pôle médico-social prend de la consistance, même si bridé par un manque de moyens chronique, le médico-social vit à Saint-Martin une période particulière.

Jusqu’alors, le secteur était entre autres animé par des associations locales à pied d’œuvre pour répondre aux besoins croissants en la matière, appuyés sur une très sérieuse connaissance du territoire et des individualités à l’engagement sans faille.

Le Projet de Pôle Médico-Social qui pèse quelques millions d’euros et vise à regrouper en un même lieu un important panel de services attire naturellement les compétences bien au-delà de nos courtes limites géographiques. Des structures de dimension nationale portent le regard sur Saint-Martin, structures hyper-professionnalisées dont il ne s’agirait pas qu’elles se substituent systématiquement aux compétences locales sur lesquelles il semble au contraire nécessaire en termes d’identité, d’emploi local et de cohérence culturelle de s’appuyer.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.