Temps de lecture estimé : 3 minutes

Après 6 mois d’études et d’analyses des établissements hospitaliers de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les conclusions sont sans appel.

Rappelons pour mémoire que début Avril 2019, Valérie Denux la directrice générale de l’ARS (Agence Régionale de Santé) de Guadeloupe avait recruté Pascal Rio en tant qu’administrateur provisoire ainsi que le médecin Juliette Napol afin qu’ils établissent un diagnostic et qu’ils proposent des solutions adaptées pour redresser la situation générale et surtout financière des 2 hôpitaux.

Une dégradation financière depuis 2012 

Une fois la période post Irma passée et les premiers travaux de remise en état effectués, il a fallu trouver les meilleures options pour continuer à travailler malgré la dégradation financière qui n’a fait que s’accroître depuis 2012 d’autant plus qu’après le passage du cyclone, la gouvernance de l’époque n’avait pas le recul nécessaire pour réagir correctement. Selon Pascal Rio, il était urgent d’établir une véritable stratégie de territoire pour les établissements de Saint-Martin et Saint-Barthélemy confrontés à de réelles problématiques financières dues principalement à une mauvaise gestion. Le déficit structurel est actuellement de 6 millions d’euros, et la gestion quasi inexistante des équipes soignantes a conduit à une situation très inquiétante même si le personnel a continué de travailler coûte que coûte après le passage du cyclone avec une organisation approximative et un management inefficace. Il a été constaté par exemple qu’un travail important était à effectuer au niveau du bloc opératoire pour un meilleur fonctionnement et une meilleure prise en charge des demandes de la population.

La nécessité d’un projet médical 

Cette période d’administration provisoire a par ailleurs permis de s’interroger non seulement sur le présent mais aussi sur l’avenir, ainsi la nécessité de l’écriture d’un projet médical est apparue comme une évidence afin de mieux travailler avec les soignants, et en connexion avec le CHU de Guadeloupe dans certaines situations. Les problèmes de communication et d’organisation sont dès lors mis en avant et un vrai projet va être développé sur 5 ans qui comprendra un meilleur accompagnement des patients, la mise à disposition de soins de proximité comme l’orthopédie ou l’ophtalmologie, la prochaine mise en place d’un service de chimiothérapie et la volonté de privilégier davantage la chirurgie ambulatoire. Les filières mères/enfants, pathologies chroniques et santé mentales ne seront pas oubliées non plus, tout comme la télémédecine qui devrait prendre une importance capitale dans un avenir proche. Tout ceci devrait permettre à terme de voir surgir des retombées positives sur la situation des patients, mais aussi des soignants.

Une nouvelle équipe en 2020 

Le docteur Vangeenderhuysen, président de la CME (Commission Médicale d’Établissement) met en avant un élément essentiel : la certification des 2 hôpitaux sans laquelle il n’est possible d’envisager l’avenir avec sérénité. Le futur directeur devrait arriver au début de l’année prochaine, d’ailleurs quelques noms sont déjà en lice pour le poste ; la prospection est lancée pour les adjoints de direction et il est prévu que la nouvelle équipe soit au complet et opérationnelle dès les premières semaines de l’année 2020. Les objectifs fixés devront alors être atteints afin de générer des revenus et mettre ainsi fin aux nombreux problèmes qui pourrissent la situation depuis trop longtemps. Ce sera difficile mais un suivi régulier du respect de la feuille de route imposée au nouveau directeur devrait permettre d’espérer un retour à l’équilibre dans 3 ans.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.