Temps de lecture estimé : 5 minutes

Les fées existent vraiment, nous en avons croisé une qui flottait dans l’air entre Saint-Martin et le pays imaginaire.

Son nom, c’est  Isabelle-Agnès mais on peut tout aussi bien l’appeler Princesse “ialake” ou “Fée-ial” car comme toutes les créatures mystiques elle a plusieurs vies et plusieurs peaux.

Elle est née à Saint-Martin voici maintenant 30 ans ou 300 ans ou même 3000, quelle importance ? Le temps n’a pas d’emprise sur elle tant sa jeunesse semble éternelle comme celle de l’oiseau tombé du nid. Avec un papa architecte et une maman mère de famille, la petite fille a papillonné toute son enfance entre Cul-de-Sac, Friar’s Bay et Pointe Blanche en rêvant qu’un jour elle serait une créature sortie tout droit des histoires qu’elle dévore dans les livres de contes. Afin de mieux s’affirmer, elle s’amuse à en écrire elle aussi, sous le regard amusé de ses parents, mais à l’adolescence elle prend un virage à 180° et se passionne pour la criminologie au point d’entamer des études en la matière qui vont la conduire à s’intéresser de près à la psychologie, car selon elle pour comprendre l’attitude des grands criminels il faut d’abord étudier ce qui se passe dans leur tête. Ce n’est pas une découverte pour elle mais plutôt une mission qu’il lui faut mener à bien.

Rêveries fantastiques et poussière d’étoiles

Crédit photo : Wesley Holder (@vibesxm)

Une fois ses études terminées en Martinique, Isabelle devient mannequin-photo, elle exprime ses sentiments sur papier glacé et de moins en moins avec la parole, s’enfermant peu à peu dans sa bulle pour se préserver du monde extérieur où elle a très peu d’amis. Après la crimino, la psycho et un peu de droit, elle se lance dans des études audiovisuelles pour enfin peut-être un jour mettre en images ses rêveries fantastiques. La voilà qui s’embarque pour Marseille où elle apprend les rudiments de la prise de vue, de la mise en scène et de l’écriture aussi car c’est une cérébrale Isabelle, il faut qu’elle cogite sans cesse sinon son cerveau ne suit pas la cadence de son esprit fantaisiste. Bon, c’est pas le tout, mais il faut quand même manger car les fées ne se nourrissent pas exclusivement de poussières d’étoiles, alors elle est tour à tour vendeuse, hôtesse, réceptionniste et prof’ d’anglais tout en continuant de poursuivre son rêve.

Puis elle passe à l’action et réalise une série de photos pour une campagne de détection du cancer du sein à Aix-en-Provence, elle revient à Saint-Martin et monte un projet de création de sa propre marque de serviettes hygiéniques naturelles “Hello Bella” auquel personne ne croit mais ce n’est pas grave, elle en distribuera à plus de 200 femmes avec l’aide d’une association au lendemain d’Irma, car Isabelle-Agnès ouvre son cœur à qui lui fait sentir qu’il a besoin d’aide, elle ne se sent pas capable de rester seule dans son cocon quand d’autres souffrent à l’extérieur.

Une lionne au grand cœur avec beaucoup d’amour

Elle vit de multiples expériences qui l’aident à comprendre comment fonctionne ce monde et qui lui apprennent à prendre le temps, à avoir du respect pour les autres et du sang-froid pour agir, à s’engager pour les causes pas forcément perdues afin d’être en accord avec les normes de la terre, c’est la moindre des choses. Elle reconnaît qu’elle a un sale caractère mais qu’au fond elle est une lionne au grand cœur qui donne beaucoup d’amour et qui écoute plus qu’elle ne parle. Cette année, le jour de son anniversaire elle s’est réveillée en se demandant : “Est-ce que tu es vraiment heureuse dans cette vie ? Qu’as-tu accompli ? Tu n’es ni mariée, ni maman d’un seul enfant et tu passes ton temps à créer et écrire des histoires qui s’envolent sur des feuilles dans le vent…” et la réponse ne s’est pas faite attendre : “Oui, mais je suis libre de tous vices et estime ne pas avoir été mise sur Terre pour me poser, me plier et m’effacer, mais pour explorer, tomber, souffrir puis sourire, partager puis voler”. En attendant d’atteindre le firmament elle présente quelques sujets sur IOTV puis s’évanouit à nouveau dans la nature pour écrire encore et toujours, elle réalise plusieurs courts-métrages entre mangrove et bayou dans une atmosphère que ne renierait pas Lewis Carroll.

“The Finger Fairy”, une fée dans sa bulle (@helloial)

Sa prochaine étape, c’est sans doute Paris pour tenter d’y produire son propre talk-show, afin d’y trouver quelques appuis pour enfin lancer sa gamme de produits féminins tout en continuant d’alimenter son blog d’auteur avant de devenir best-seller ou mannequin de classe internationale, qui sait ? Joli programme pour ce petit brin de fille qui possède tous les atouts pour réussir à commencer par son sourire irrésistible et sa voix charmeuse qui envoûterait plus d’un chevalier errant. Tous les jours, Isabelle-Agnès feuillette le livre de contes de sa vie dont elle découvre chaque nouvelle page avec émerveillement et qui porte un titre évocateur et mystérieux “The Finger Fairy”. Le mot de la fin est provisoire mais nous lui laissons le soin de l’inscrire ici avant d’ouvrir la fenêtre pour la laisser s’échapper encore une fois : “Et maintenant ? Je dois conquérir le monde avec mon art, dire à tous mes démons qu’ils peuvent trouver un autre foyer, et mettre le plus de gens possible dans ma bulle, car après tout, je suis une fée”.

Nous n’en n’avons pas douté une seconde, c’est vraiment magique les fées.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.