Temps de lecture estimé : 2 minutes

Engagement phare du programme présidentiel d’Emmanuel Macron, la réforme du chômage a été mise en oeuvre au cours de cette année 2019 et certaines mesures sont entrées en vigueur le 1er novembre :

– minimum de 5 ans d’ancienneté pour bénéficier de l’assurance chômage en cas de démission pour réaliser un projet professionnel

– période de travail minimum pour accéder à l’assurance chômage ramenée à 6 mois sur les 24 derniers mois au lieu de 4 mois sur 28

– seuil minimum pour le rechargement des droits au chômage porté à 6 mois à compter du 1er novembre 2019, au lieu de un mois

– dégressivité de l’indemnisation instaurée au début du 7ème mois pour les salaires supérieurs à 4 500 euros bruts mensuels

– travailleurs indépendants peuvent bénéficier de l’assurance chômage, sans cotisation supplémentaire

En outre, les contrôles et sanctions se durcissent également. Ainsi, les équipes chargées de contrôler les chômeurs seront ainsi renforcées. Leurs effectifs, dont le nombre était évalué à environ 200 en 2018, passent à 600 en 2019 et à 1000 en 2020. les demandeurs d’emploi qui ne respectent pas leurs obligations risquent désormais la suppression pure et simple de leur allocation (et non plus une simple réduction) pour une durée qui varie en fonction du nombre de manquements constatés.

Enfin, c’est la date de fin du contrat de travail qui fait foi pour déterminer si le cas étudié est soumis aux anciennes ou aux nouvelles règles.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.