Temps de lecture estimé : 9 minutes

Seul le prononcé fait foi

Madame la Préfète déléguée auprès du représentant de l’Etat dans les collectivités de St Barthélemy et Saint-Martin,

Your Excellency Governor Holiday,

Honorable President of the Parliament of Sint Maarten,

Madame la Députée de Saint-Martin et St Barthélemy,

Monsieur le Sénateur de Saint-Martin,

Honorable Prime Minister of Sint Maarten and Council of Ministers,

Chers vice-présidents et membres élus du conseil territorial de Saint-Martin,

Chers élus et représentants des organisations socio-professionnelles,

Chers représentants des Conseils de quartier, et présidents des associations de quartier,

Chers amis,

Chaque 11 novembre, jour de la Saint-Martin, est un temps de liesse et de partage pour tous les saint-martinois.

C’est l’occasion de nous rassembler pour célébrer les valeurs qui fondent notre identité commune et faire rayonner la richesse de notre culture et de nos traditions.

Notre fête patronale s’est construite sur les valeurs de solidarité et de partage initiées par notre saint patron, Saint-Martin de Tours.

L’acte de générosité de cet homme de foi qui s’est illustré, au 4e siècle, en offrant la doublure de son manteau à un sans-abri, est profondément ancré dans notre mémoire collective. Il définit qui nous sommes : un peuple solidaire, accueillant et généreux.

Notre unité autour des grands symboles d’égalité et de fraternité, nous la devons aussi au Traité de Concordia, signé en mars 1648.

Ce Traité de Concorde, qui a scellé notre amitié binationale, a aboli les frontières commerciales entre le nord et le sud et facilité nos échanges depuis 371 ans.

Une exceptionnelle longévité, qu’il faut souligner !

Mais bien au-delà des enjeux commerciaux, c’est bien un lien fraternel et familial que nous entretenons depuis près de 400 ans.

Une unité binationale qui fait la singularité et l’attractivité de Saint-Martin.

Alors qu’à l’échelle internationale, le monde entier est en proie à des mutations sociales sévères, notre île et nos sociétés ne sont pas épargnées.

À Saint-Martin, certaines des mutations les plus profondes sont consécutives au passage de l’ouragan Irma venu modifier le paysage social et économique.

Dans ce contexte, il me tient à cœur de vous transmettre un message de solidarité.

Je suis venu vous dire – avec toute la franchise que vous me connaissez – qu’il faut unir nos forces pour préserver l’unité chèrement acquise par nos ancêtres et qui compte toujours autant pour les Saint-Martinois.

Saint-Martin, terre d’accueil, terre d’ouverture, se trouve aujourd’hui menacée dans ses valeurs fondamentales.

Une menace qui touche aux principes les plus chers à nos cœurs :

la valeur de notre terre, notre culture, nos traditions séculaires…

Une triste réalité contre laquelle nous devons lutter au nom de l’histoire de notre île, au nom de l’unité saint-martinoise.

Le slogan « One island, One people » prend tout son sens, en ce 11 novembre 2019 !

Oui, il nous faut – ENSEMBLE – consolider nos acquis et insister sur les points de vigilance qui nous concernent tous.

La Politique de cohésion qui nous unit doit aller plus loin dans sa concrétisation car la coopération est un outil incontournable pour la croissance et le développement de nos deux territoires et de nos habitants.

Cette union au bénéfice de l’île tout entière doit prendre en compte les besoins de chacun, nos intérêts, la vision globale que nous avons pour cette île que nous chérissons.

Nous accusons, au nord comme au sud, des retards en infrastructures de base. Ces retards structurels hérités des décennies passées sont beaucoup plus visibles depuis le passage d’Irma.

Pour beaucoup, ce sont des chantiers sur lesquels nous devrions conjuguer nos forces.

Disons-le clairement : nous avons besoin les uns des autres car à bien des égards, notre île ne fait qu’un :

Un, lorsqu’il s’agit de sécuriser l’île et de protéger tous ses habitants

Un, lorsqu’il s’agit de promouvoir notre image à travers le monde

Un, lorsqu’il s’agit de prendre à bras-le-corps certains enjeux transversaux comme :

  • Le traitement des déchets,
  • L’assainissement,
  • Le transport urbain,
  • La prévention santé,
  • La protection de notre patrimoine,
  • La gestion des risques majeurs,

Et plus largement la protection de notre environnement, un bien collectif précieux pour notre avenir et celui des générations futures.

Dès lors, la question qui nous concerne tous est la suivante :

Que faire ?

Comment interagir pour protéger notre île et apporter des solutions concrètes aux problématiques que nous partageons ?

Chers amis, chers frères et sœurs,

La réussite de la coopération, entre  nous et avec nos Etats nations – la France et les Pays-Bas – est essentielle dans ce processus.

Et nous nous attachons à répondre à ce besoin de discussions multilatérales, à travers nos réunions quadripartites.

La mobilisation doit venir de nous Saint-Martinois. Nous avons besoin de mener des actions ensemble pour le bien des habitants de cette île.

Je reste convaincu que nous sommes les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour Saint-Martin.

Alors que nous célébrons l’unité saint-martinoise, je rappelle que la relation avec nos Etats respectifs doit s’inscrire dans l’écoute, le dialogue et la bienveillance.

Ce processus de concertation et de réalisation doit passer par un cadre juridique fiable, un cadre qui puisse nous permettre d’avancer concrètement.

Le United Congress French and Dutch, que j’appelle de mes vœux depuis bien longtemps, suite logique de nos relations géopolotiques historiques, peut combler ce vide opérationnel, et renforcer les liens de coopération qui nous unissent.

Oui chers amis, nous avons été l’Europe, avant l’Europe…

Nous avons toujours eu le soutien du gouvernement de Sint-Maarten sur ce projet et nous comptons désormais sur la France et la Hollande pour nous aider à le réaliser et le perenniser.

Dans ce contexte de rattrapage structurel et de nouvelles projections économiques pour nos deux territoires, cet organe institutionnel devient une impérieuse nécessité.

Il nous permettrait de considérer notre Friendy Island comme un tout à défendre et à promouvoir.

Nous le faisons déjà à travers certaines politiques publiques menées conjointement – je pense au Mémorandum of Understanding signé en 2018 pour la promotion de la destination touristique après Irma.

Et nous pouvons le faire dans d’autres domaines de compétences !

C’est pourquoi, j’en appelle à l’implication du futur gouvernement de Sint Maarten, en vue d’une coopération sereine, ouverte et intégrée dans la mise en place de nos politiques publiques mutuelles.

Des sujets urgents nous concernent :

Je pense en l’occurrence à l’élaboration du programme européen transfrontalier et aux trois projets que nous avons identifiés ensemble :

  • La construction de la station de traitement des eaux usées de Cay Bay
  • L’aménagement du Lagon de Simpson Bay où l’enlèvement des épaves de bateaux est une urgence avant la prochaine saison cyclonique, pour pouvoir aller plus loin
  • Le programme d’écoulement des eaux dans le secteur de Belle Plaine – Quartier d’Orléans pour lequel la collectivité et son établissement des Eaux viennent de lancer les premiers travaux d’aménagement sur la ravine Paradis.

Nous devons avancer ensemble avec la bienveillance de l’Etat qui est autorité de gestion, pour éviter de subir le dégagement d’office sur l’année 2019 et dépenser l’enveloppe de 10 millions qui nous a été octroyée, sur les trois années à venir.

Dans le cadre du programme de coopération régionale INTERREGCARAIBES, je veux évoquer avec vous, ce matin :

  • L’installation du radar météorologique à St Peters, projet majeur pour la protection de nos populations en cas de phénomène cyclonique.

Nous avons déjà lancé le marché de réalisation et nous devons maintenant signer ensemble une convention de partenariat

  • Le Hub d’Interconnexion géothermique et numérique des Leeward Islands dont le projet a été validé par le comité de sélection INTERREG, ce qui va nous permettre de mener à bien les études de préfaisabilités

Des accords importants doivent aussi être pérennisés :

  • Les arrangements maritimes prévus dans le cadre de nos réunions quadripartites
  • La signature du MOU pour la coopération entre nos fédérations de taxis French and Dutch.

A terme, cet accord permettra d’harmoniser la grille tarifaire des taxis professionnels sur les deux parties de l’île.

Chers amis,

Avant de conclure, je voudrais rappeler que le 11 novembre, outre la célébration de notre fête patronale, est une date majeure de l’histoire de France.

Nous commémorons l’Armistice de la Première guerre mondiale, signé le 11 novembre 1918 ; la « Grande Guerre », comme nous l’appelons, qui a engendré 18 millions de morts en Europe…

Un armistice qui a marqué la fin des combats et acté la victoire des alliés sur l’Allemagne.

Par souci de neutralité, les Pays-Bas sont restés en dehors des combats, mais toute l’Europe, y compris votre pays allié, a souffert des conséquences de cette guerre, qui nous prouve encore, s’il en était encore besoin, que le salut réside dans le dialogue, les échanges, la communication, la recherche de compréhension mutuelle.

Le rapport de force n’a jamais RIEN résolu…

En ce sens, Saint-Martin fait figure d’exemple et nous pouvons en être fiers !

Mais attention à ne pas fragiliser ce qui fait notre force et nous définit en tant que saint-martinois !

J’aime à le rappeler :c’est par nous-mêmes que nous parviendrons à écrire la nouvelle page de notre Histoire collective :

Avec les moyens qui nous sont impartis, avec notre énergie profonde et nos convictions, pour que Saint-Martin soit une île agréable à vivre pour ses habitants, une île accueillante et ouverte sur le monde, mais une île qui sait aussi se préserver et protéger ses valeurs et ses atouts naturels.

Pour citer le regretté Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU :

« La seule voie qui offre quelque espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité est celle de la coopération et du partenariat. »

 À notre niveau, je réaffirme ma volonté politique de travailler à l’unité territoriale !

Et je vous invite à rester vigilants et à garder en tête ce message de Martin Luther King dans La Force d’aimer : « Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr ensemble comme des imbéciles. » 

Continuons à avancer, ensemble, côte à côte, en frères, pour défendre notre Friendly Island et ses intérêts croisés.

Chers compatriotes, je suis convaincu que nous réussirons ce défi ensemble !

En ce jour de célébration de notre fête annuelle, j’adresse toute ma considération et ma sympathie aux saint-martinoises et aux saint-martinois.

Joyeuse Saint-Martin’s Day à tous !

Célébrons cette journée dans la joie, le partage et la bienveillance.

Je vous remercie.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.