Temps de lecture estimé : 5 minutes

Elle semble ne jamais vouloir s’arrêter, nous avons pourtant réussi à lui faire prendre une petite pause afin de faire plus ample connaissance.

Leyla Fazer est née à Saint-Martin il y a tout juste 30 ans, d’une maman institutrice et d’un papa agent EDF mais surtout connu pour être le fondateur de l’association Watt de 9 dont nous parlerons plus loin. 

Plus jeune, sa volonté de devenir avocat a vite été balayée par une irrésistible attirance pour le monde de l’entreprenariat plus en phase avec son désir d’être dans l’action et la création plutôt que dans les plaidoiries rédhibitoires. 

Un Bac ES en poche, la voilà prise d’une boulimie d’études qui va la conduire à obtenir des diplômes qui trônent en bonne place sur le mur de son bureau, et elle peut en être fière, jugez plutôt. 

Pour quelques diplômes de plus

Un Brevet de Technicien Supérieur en Management des Unités Commerciales, un Diplôme de Responsable en Marketing, Commercialisation et Gestion, un Diplôme de Gestion et de Commerce de la Martinique, un Titre de Bachelor in Business and Management de l’Association des Écoles de Gestion et de Commerce.

S’ajoutent à cela quelques certifications obtenues aux Etats-Unis à distance par le biais d’internet : une en “Digital Marketing” pour tout ce qui concerne les méthodes et les pratiques du commerce électronique et une autre en qualité de “Event Planner” pour l’organisation de projets événementiels qui constituent une de ses principales activités, car en effet la demoiselle a plusieurs cordes à son arc et donne même des cours d’éco-gestion et d’éco-droit à la cité scolaire.

Association à tout prix 

Mais revenons quelques années en arrière ou à peine âgée de 12 ans elle entre de plein pied dans le monde associatif en tant que membre fondatrice de Jeunesse Soualiga avec quelques membres de sa famille dont son cousin, l’actuel et très dynamique président Jean-Marc Gervais. Elle en devient rapidement la responsable de la communication, tout comme elle tiendra ce même rôle aux côtés de son papa lorsqu’il crée l’association Watt de 9 en 2008. 

Les études étant son moteur principal, Leyla Fazer va passer 5 ans en Martinique pour s’immerger complètement dans cette passion sans y être distraite par de quelconques activités familiales, et lorsqu’elle revient sur son île natale à la suite d’un stage international, elle présente son mémoire qui résume bien sa motivation et la voie qu’elle s’est tracée : La corrélation entre le tourisme et l’aménagement des marinas de Saint-Martin. 

La voilà fin prête pour affronter le monde du travail, mais sa soif d’agir va vite déchanter face aux refus systématiques des entreprises locales qui ne lui accordent aucune chance pour exercer un poste de gestion sous un prétexte qui n’est pas nouveau et malheureusement toujours en vigueur, le fameux manque d’expérience qu’on jette à la figure des jeunes postulants sans même leur donner l’occasion de faire leurs preuves.

Une course dans la nuit 

C’est ainsi que Leyla va se retrouver enseignante contractuelle au lycée, un poste qu’elle occupe toujours tout en exerçant son activité associative au sein de Watt de 9 avec pour objectif la promotion de la culture locale, des produits du terroir et du sport. 

L’organisation événementielle c’est vraiment son truc, alors elle se lance à corps perdu dans ce qui va devenir sa fierté : la Running Night qui est une course nocturne qui se déroule tous les ans avant Noël et qui après 11 ans d’existence, réunit plusieurs centaines de participants le temps d’une soirée où chacun court déguisé dans une ambiance vraiment festive et bon enfant oubliant un peu l’esprit de compétition pour privilégier la bonne humeur et la convivialité ;
la prochaine aura lieu le 13 Décembre prochain (renseignements et inscriptions : info@iloverunningnight.com).  

Apprendre à l’infini 

Au lendemain de Irma, Leyla crée “Cloud Com 97” pour apporter son savoir, son expertise et son expérience dans le domaine de l’informatique, du numérique et de la stratégie digitale à des associations locales de plus en plus nombreuses et demandeuses.

Elle agit également dans les domaines de l’éducation avec la mise en place d’un centre de formation aux métiers du numérique pour lequel elle met à contribution ses collègues du lycée. Un seul élève y est inscrit en 2018, et 2 ans après elle en compte beaucoup plus et les inscriptions ne cessent d’affluer.

Il faut dire que Leyla ne compte pas son temps et ne ménage pas sa peine pour que sa petite entreprise ne connaisse pas la crise, ses efforts ont d’ailleurs été récompensés puisqu’elle a obtenu que son centre de formation soit référencé à la DIECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi).

Leyla Fazer a-t-elle encore de nouveaux projets ? Sans aucun doute et elle ne s’en cache pas, mais elle n’en dira pas davantage, affichant haut et fort une devise dont le symbole se lit clairement sur le logo de son association : Apprendre à l’Infini.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.