Temps de lecture estimé : 4 minutes

Les illuminations de Noël… voilà un moment qu’il ne faut en aucun cas manquer ou négliger dans une carrière politique surtout quand les fêtes de fin d’années ont été passablement tronquées en 2017 et à peine plus gaies en 2018, même si prises en charge par une société privée.

Le citoyen aime volontiers à ronchonner toute l’année, mais de belles illuminations, même sur un décor qui reste plus qu’imparfait, lui laissent à penser que l’année se termine en beauté et que celle à venir sera bonne. C’est aussi le moment de magnifier ces atouts uniques de la destination “Saint-Martin” en plein cœur d’une saison touristique supposée et donc supposément le pilier central de notre économie.

Il n’est pas besoin de longue analyse pour vous laisser imaginer la position des commerçants de Marigot qui sont entrés en résistance depuis plusieurs années et bien avant Irma, depuis que la parité des devises €/$ n’est plus, depuis que les très grandes enseignes ne s’affichent plus et que les touristes ont déserté les rues de “la capitale”. Irma n’a fait qu’accentuer le processus de paupérisation en les privant un peu plus encore de lumière ou d’infrastructures décentes…

Que la réhabilitation de la Marina Fort Louis se fasse avant celle de Port la Royale passait mal, que les rues ne reflètent pas l’esprit de Noël en pleine saison touristique, dont on notera qu’elle est de plus en plus courte, laisse un sentiment plus qu’amer.

Qu’à cela ne tienne, cette fin d’année 2019 ne verra pas les services publics illuminer les rues et nous laisser découvrir quel fut leur choix esthétique en termes de guirlandes et autres illuminations. 

Mais qu’est devenu le matériel utilisé en 2018 ?

Selon toute vraisemblance, ce matériel avait dû faire l’objet de nombreuses réparations pour pouvoir être utilisé l’année dernière… Pour autant, faute d’une politique de stockage et d’inventaire sérieuse, il semble difficile de savoir quelle part de ce matériel aurait pu être réutilisable, dans le doute… il suffit de considérer que tout est hors service.

Dès le mois de juillet, il y eut de bonnes âmes à la Collectivité pour s’inquiéter du sujet et solliciter qu’une commande soit faite rapidement pour que Saint-Martin puisse afficher les couleurs de Noël en cette année 2019.

Traditionnellement, la société prestataire en matériel électrique de la Collectivité répond à ces besoins dans le cadre d’un marché annuel dit “marché à bons de commande”.

Où sont les nouvelles décorations ?

Cette année, il semble que le plafond du marché ait été atteint et même explosé (400 000€ de marché… 600 000€ de factures…), interdisant par là la commande des illuminations de Noël, environ 200 000€ selon nos sources… Il aurait fallu passer un autre marché, mais la démarche est longue et les services débordés…

On vous dira “la Collectivité n’a pas cette année les moyens…”, une réponse devenue systématique et qui sert évidemment la ligne politique qui voudrait que la main de l’État soit à notre endroit trop ferme, néo-colonialiste ou whatever…

La réalité est quelque peu différente puisque la trésorerie de la Collectivité n’est actuellement pas en danger, que les fonds sont là, et que ce qui fait défaut encore, c’est notre capacité à consommer ces fonds et notamment via des marchés publics qui soient en phase avec le Code dédié …

On notera que si l’immense majorité des témoignages quant à l’absence d’illuminations blâme la Collectivité et nos élus, des illuminations neuves et trop ostentatoires auraient déclenché une levée de bouclier au titre des dépenses inconsidérées ou de priorités plus impérieuses.

Répondre aux impératifs de l’exercice budgétaire… soit…

Demain, lors du Conseil Territorial extraordinaire motivé dans le tempo par “l’obligation de signature” de l’avenant aux protocoles post-Irma de 2017 pour pouvoir caresser l’espoir d’une dotation de 16.1 Millions d’euros de l’état, les élus auront aussi à se prononcer quant aux orientations budgétaires 2020…

Il ne fait aucun doute qu’ils sauront le faire à la lumière du fait que nous affichons encore pour le budget 2019 qui tire à sa fin des taux d’exécution dramatiquement bas et que notre capacité à assumer notre quote-part des investissements est terriblement courte. La question de la sincérité budgétaire s’impose.

Pendant ce temps…

Le côté hollandais, qui vient de conclure son prêt avec la Banque européenne d’investissement pour la reconstruction de l’aéroport, se prépare à accueillir plus d’une vingtaine de bateaux de croisière entre le 18 et le 26 décembre, tandis que l’office de tourisme de Sint Maarten attend de nombreux visiteurs au village de Noël installé devant ses bureaux…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.