Temps de lecture estimé : 3 minutes

Alors que les orientations budgétaires 2020 annoncent 905 agents en activité au sein de la COM et des charges de personnel estimées à 42.4 M€, les récentes publications d’appels d’offres de la COM semblent faire apparaître une forme de carence dans la capacité de l’administration territoriale à remplir les missions qui devraient lui être dévolues.

Ainsi, la COM a décidé, par exemple, de faire appel à un prestataire pour l’aider à structurer sa commande publique, à savoir l’organisation du service, le suivi opérationnel et l’accompagnement dans l’exécution des marchés mais également la formation des agents, le CNFPT (centre national de la fonction publique territoriale en charge de la formation des agents des collectivités territoriales) ne semblant pouvoir répondre à ce besoin.

En termes de marchés publics, la COM a également lancé un appel d’offres pour des prestations d’assistance à maîtrise d’ouvrage relatives à la passation des marchés publics afin de l’aider dans la rédaction, la validation des pièces constitutives du dossier de consultation des entreprises ainsi que dans le suivi de la consultation, pour un montant estimé de 1 150 000 € HT.

Puisque la CTC notamment avait souligné de “graves irrégularités et des cas caractérisés de mauvaise pratique de la commande publique”, l’on ne peut que se féliciter de la volonté (ou obligation) d’encadrer, professionnaliser et sécuriser ce poste, dont les élus savent maintenant qu’il peut les emmener au tribunal.

Toutefois, lorsque l’on sait que la structuration des services de la COM et l’accompagnement dans la passation et le suivi des marchés publics en particulier sont des missions qui devaient bénéficier de l’expertise AFD, la redondance et les coûts induits interrogent…

Et que penser de l’avis d’appel public à la concurrence concernant l’organisation de la prochaine conférence des présidents de RUP du 6 au 8 février 2020, pour une valeur HT de 230 000 €uros ? Il s’agira pour le prestataire de coordonner l’accueil, la logistique et la communication évènementielle. La COM ne dispose-t-elle pas de services évènementiel, du protocole et de la communication, plutôt bien pourvus en termes d’effectifs ?

Quoiqu’il en soit, et même si ce recours de plus en plus récurrent à des prestataires externes permettra d’un côté de produire des factures et justifier de dépenses nouvelles à l’Etat, il n’est pas sûr qu’il n’engendre pas concomitamment un sentiment de dévalorisation et d’inutilité au sein du personnel territorial dont une part est d’ores et déjà particulièrement éprouvée, si l’on en croit les témoignages qui continuent de parvenir à notre rédaction…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.