Temps de lecture estimé : 7 minutes

WEEK-END DES 4 ET 5 JANVIER

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. La cérémonie du feu d’artifice du jour de l’an ayant été fixée au 3 Janvier, plusieurs centaines de personnes s’étaient donné rendez-vous sur le front de mer de Marigot Vendredi soir bien avant 21h afin d’assister enfin au spectacle tant attendu, mais à la suite de problèmes techniques la première fusée a éclaté dans le ciel étoilé avec plus de 2 heures de retard. Après avoir patienté 3 jours, la foule présente a montré quelques signes d’énervement à tel point que certains spectateurs ont quitté les lieux bien avant le compte à rebours, lassés par tant d’approximation dans l’organisation des festivités. Au moment où nous mettons sous presse, nous n’avons aucune information sur le feu d’artifice qui célébrera la Fête Nationale le 17 ou 18 Juillet prochain (?)  

LUNDI 6 JANVIER

Les résultats du dernier recensement ont été publiés par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques). Le 1er Janvier 2017 on comptait 390 253 habitants en Guadeloupe, soit 13 060 de moins qu’en 2012. Contrairement à la population française qui est en augmentation continue depuis 5 ans (+0,4 % en moyenne chaque année), la Guadeloupe décroît régulièrement depuis 2012 et la Martinique perd plus encore avec -0,8 % en moyenne chaque année entre 2012 et 2017. Depuis 2007, le déficit des entrées-sorties s’est accentué car il y a plus de personnes qui quittent l‘archipel que de gens qui viennent s’y installer ; s’ajoute à cela le départ des jeunes vers la Métropole pour poursuivre leurs études ou trouver du travail. 

A Saint-Martin, la population a baissé de 412 habitants en un an avec 35.334 habitants déclarés au Journal officiel le 31 décembre 2019. Entre 1999 et 2009, la population avait augmenté avec 5.971 habitants supplémentaires soit 20% de plus mais ces 10 dernières années ont perdus 591 habitants ce qui ramène pratiquement leur nombre à celui de 2009. Le record avait été atteint fin 2012 avec environ 37.000 habitants, mais dès 2014 la décroissance s’est amorcée et nous restons sous le seuil des 36 000 habitants depuis bientôt 5 ans. En revanche, le nombre d’habitants n’a pas baissé en 2018 après le passage d’Irma contrairement aux idées reçues.  

MARDI 7 JANVIER

La pêche aux oursins blancs est rouverte jusqu’au 15 Janvier à la demande du comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de la Guadeloupe. Elle avait été fermée le 19 Décembre dernier, car les prélèvements montraient une faible quantité de gonades dans les échinodermes pêchés. Les nouveaux prélèvements qui ont été réalisés dernièrement montrent que le taux de maturité est désormais suffisant pour ne pas mettre l’espèce en péril, mais la pêche aux oursins blancs est exclusivement réservée aux marins-pêcheurs professionnels qui doivent détenir une autorisation annuelle de pêche délivrée par la direction de la mer et respecter la taille minimale de capture fixée à 10 cm. Les marins sont tenus d’appliquer la réglementation sanitaire, et les conditions de travail et doivent être en mesure de produire les justificatifs attendus lors des contrôles afin de préserver l’activité et de garantir la sécurité alimentaire des consommateurs. 

MERCREDI 8 JANVIER

A Saint-Barthélemy, la période de recouvrement de la taxe automobile a débuté officiellement depuis le 1er Janvier 2020 et se terminera le 31 Mars. En effet, tous les véhicules circulant sur le territoire de la collectivité sont soumis à cette taxe annuelle. Le paiement s’effectue directement au Bureau des Immatriculations dans les locaux administratifs de Lorient (en espèces, par chèque ou par carte bancaire) ou en ligne sur site internet de la collectivité de Saint-Barthélemy : www.comstbarth.fr. Pour connaître le montant de la taxe à payer selon le véhicule, il suffit de consulter son certificat d’immatriculation à la zone Z1. Tous renseignements complémentaires sont donnés au Bureau des Immatriculations. 

JEUDI 9 JANVIER

Le sort des salariés du groupe France-Antilles devrait être scellé le 14 Janvier prochain et rien ne laisse présager de bonnes nouvelles car pour le moment, un seul repreneur s’est positionné sur le dossier qui prévoit 162 licenciements sur les 240 salariés que compte le groupe. Tentant le tout pour le tout, le personnel a mis en place une plateforme de collecte de fonds pour tenter d’obtenir 1 million d’euros avant la date fatidique de la prochaine audience. Pour mémoire, en Octobre 2019, le gouvernement avait déclaré s’être mobilisé pour l’avenir de la presse en Outre-mer, c’est du moins ce qu’avait affirmé Annick Girardin, la Ministre des Outre-mer, alors que le groupe de presse France-Antilles était en grande difficulté économique. Le gouvernement attendait des propositions de l’IGAC (Inspection Générale des Affaires Culturelles) avant la fin de 2019 au sujet du groupe de presse France-Antilles. Celui-ci, propriétaire des principaux quotidiens de Martinique, Guadeloupe et Guyane, a été placé en redressement judiciaire le 25 Juin, mettant ainsi en péril 285 emplois. La Ministre avait également assuré que le gouvernement avait décidé d’échelonner dans le temps les dettes sociales et fiscales pour certains organismes en déclarant : «Il faut que le comité interministériel de restructuration industrielle puisse agir sur ce sujet, le Premier Ministre l’a acté et validé. Le dynamisme d’une presse régionale est fondamental dans nos territoires d’outre-mer comme partout», a ajouté Annick Girardin «C’est le droit à l’information, c’est bien sûr aussi la vie démocratique qu’il nous faut défendre». 

LA SEMAINE PROCHAINE (ET MÊME APRÈS) 

Il va falloir désormais s’habituer à ne plus utiliser les cotons tiges en plastique ainsi que gobelets et assiettes à usage unique qui sont interdits à la vente comme l’indique le premier volet de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire entré en vigueur le 1er Janvier. Les produits en plastique à usage unique sont responsables à 70 % de la pollution plastique des océans, et cela représente une nouvelle étape dans la guerre qui leur est déclarée même si une fois encore, le Sénat a obtenu un report d’un an pour l’interdiction d’autres ustensiles comme les couverts, les pailles et les bâtonnets mélangeurs. Toutefois l’interdiction totale des plastiques à usage unique devrait être atteint à l’horizon 2040. Il faudra attendre environ 6 mois avant que les premiers effets se fassent sentir car les produits interdits bénéficient en effet d’un délai d’écoulement des stocks de 6 mois à compter du 1er Janvier. A ce propos, nous avons une pensée toute particulière pour Sunita Mittal (Mystraw Company) et Pierre-Antoine Guibout (Sargasse Project) qui ont su anticiper et proposer des solutions alternatives. 

Pour info, il faut savoir que 100 milliards de produits jetables en plastiques sont mis sur le marché français chaque année dont 5 milliards de gobelets. 180.000 tonnes d’emballages sont produites uniquement par la restauration rapide sur le territoire national et 25 millions de tonnes de déchets plastiques ne font l’objet de recyclage pour seulement un tiers d’entre eux à l’échelle européenne. Dès l’année prochaine en France, l’interdiction concernera donc les couverts, les pailles et les bâtonnets mélangeurs mais également les bouteilles et emballages en polystyrène expansé ainsi que les emballages en plastique pour les fruits et légumes de moins de 1,5 kilos. En 2022 ce seront les jouets en plastiques gratuits des fast-food et les sachets de thé qui seront interdits suivis en 2023 par la vaisselle jetable des mêmes fast-food.

Petit conseil pratique: pour les oreilles comme pour les burgers, il vous restera toujours vos doigts. 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.