Temps de lecture estimé : 5 minutes

Sélectionnée parmi les candidats du concours “Faces of Saint-Martin III”, elle est surprise et satisfaite de s’être classée à la quatrième place. 

Alors que les feux des projecteurs se sont naturellement tournés vers la gagnante, Lauralie Peterson à qui nous offrons notre UNE du jour, les lauréats numéros 2 et 3 ayant pour activité principale et/ou professionnelle la photographie, c’est en toute logique que le St Martin’s Week s’est intéressé à la quatrième lauréate, d’autant plus méritante que c’est une amatrice au sens propre du terme.

Née en Martinique il y a 29 ans, Danitza Bosqui a toujours vécu à Saint-Martin, elle y a fait toutes ses études sans histoire, si ce n’est une certaine tendance au bavardage qui ne l’a jamais quittée depuis, comme en témoigne la conversation que nous avons tenue avec elle au sein de la bibliothèque de l’école Emile Choisy à Marigot où nous l’avons rencontrée pendant son heure de pause. 

Elle travaille ici depuis six ans maintenant et elle s’émerveille chaque jour de pouvoir exercer son métier au milieu des enfants qu’elle adore.

Toute jeune déjà, elle ne se voyait pas faire autre chose, alors après avoir obtenu un BEP sanitaire et social, puis un CAP petite enfance, elle passe le BAFA et finit par être embauchée dans cette école où elle était élève quelques années plus tôt. A ce parcours de vie idéal, s’ajoute une grande passion pour les voyages qu’elle assouvit dès qu’elle en a la possibilité ; et qui dit voyages dit forcément photos, c’est donc comme ça qu’elle a commencé à se faire la main sur les paysages qui s’offraient à ses yeux. 

Un message dans chaque image 

Mais ce qui l’intéresse, ce sont davantage les gens et elle se dirige rapidement vers les prises de vue de portraits au hasard de ses rencontres, car ce qu’elle affectionne particulièrement ce sont les images qui provoquent une émotion ou qui expriment une idée ou un message de la part de l’observateur. 

Au contraire de la plupart des photographes qui passent rarement de l’autre côté de l’objectif, Danitza avoue éprouver un certain plaisir à se faire photographier, reconnaissant sans fausse modestie qu’elle est assez photogénique, alors pourquoi s’en priver ? D’autant plus qu’elle appréhende ainsi les techniques qui lui permettent de mieux comprendre le ressenti de ses modèles. 

Lorsqu’en 2017 est lancée la première édition de “Faces of Saint-Martin”, elle n’y prête pas trop attention car la photographie reste pour elle un agréable passe-temps mais rien de plus, en 2018 le sujet proposé ne l’inspire pas trop mais lorsqu’elle apprend que le thème de cette année sera “The Elders” (les Anciens), elle a alors une idée derrière la tête : mettre à l’honneur sa grand-mère âgée de 91 ans qu’elle adore et qui est encore bon pied bon œil. Il faut saisir l’occasion pendant qu’il est encore temps, se dit-elle. 

“Polo”, un modèle unique 

Poussée par sa maman qui l’encourage à s’inscrire, elle finit par se décider et prend connaissance du règlement. Les critères de sélection ne lui semblent pas insurmontables : mise en scène de l’image, qualité du rendu, force visuelle, cadrage, créativité et originalité pour chacun des quinze clichés présentés. 

Son but étant d’honorer son aïeule par le biais de ce concours, de montrer son dynamisme et sa joie de vivre, elle se lance dans ce challenge en osant présenter seulement des photos de sa grand-mère qui sera donc son modèle unique et exclusif car elle en a décidé ainsi, estimant par ce biais, rendre hommage à tous les aînés qui, selon elle, sont souvent oubliés. 

Elle est heureuse de relever le défi et y parvient sans peine après en avoir convaincu celle que tout le monde appelle “Polo” à Sandy Ground. Dans sa cuisine, cousant à la machine où puisant l’eau de sa citerne, ce sont de véritables tranches de vie que Danitza couche sur papier glacé immortalisant ainsi l’ainée des Bosqui.

Depuis quelques jours, ses portraits s’affichent sur les murs publics de Saint-Martin offrant un peu plus de notoriété à ce personnage déjà incontournable de l’île, et voilà que Lundi, les résultats tombent : Danitza reçoit son diplôme qui atteste que son talent est désormais reconnu par le jury du concours et par le public qui admire ses clichés exposés au hasard des rues. 

Une perspective différente sur le 3ème âge 

Au vu des portraits pris par les autres candidats, Danitza regrette un peu que le critère d’originalité n’est pas été davantage respecté, mais peu importe, elle garde la tête froide et ne sait même pas si elle participera à Faces of Saint-Martin IV l’année prochaine car elle considère qu’elle a accompli sa mission : valoriser les personnes âgées et créer des échanges pour promouvoir la dignité, l’espoir et le respect, changer nos regards envers eux en montrant une perspective différente sur le troisième âge et ouvrir un dialogue entre les générations en prenant simplement quelques instants pour capturer ces moments qui reflètent la richesse que nous apportent nos aînés. 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.