Temps de lecture estimé : 2 minutes

La maintenant présidentielle notion du “en même temps”… Il ne faudrait pas l’oublier, alors que les Vanuatu voient s’approcher Harold, cyclone de Catégorie 5, Saint-Martin et ses consœurs des caraïbes se doivent aussi de penser à la saison cyclonique 2020 qui approche à grand pas : deadline selon l’Organisation météorologique mondiale le 1er juin.

Les prévisionnistes sont à pied d’œuvre sur tous les territoires potentiellement concernés et en premier lieu aux USA. L’Université du Colorado est en première ligne et l’équipe de recherche emmenée par le Pr Klotzbach a publié ses premières prévisions pour le bassin Atlantique il y a quelques jours, immédiatement relayées et analysées par ceux que l’on ne présentent plus localement : SXM Cyclone naturellement, et Olivier Tisserant pour la page Facebook “Météo Tropicale”.

Il est à noter que sur les 3 années précédentes cette prévision d'avril s'est avérée être un peu en dessous de la réalité. Il n'y a pas forcément de conclusion à en tirer pour la saison à venir mais juste à comprendre que malgré l'évolution des modèles et des capacités d'analyse, le changement climatique rend chaque année cette prévision de plus en plus complexe et difficile.Olivier Tisserant pour “Météo Tropicale”, 02 Avril 2020

Si l’on se réfère aux moyennes établies entre 1981 et 2010, les prévisions pour cette année 2020 sont un peu supérieures comme elles le sont aussi vis à vis de celles établies à la même période en 2019.

Prévision et moyenne entre 1981 et 2010 (entre parenthèses)Date de prévision : 02 Avril 2020
Evènements nommés (12,1)16
Nombre de jours de tempête durant les évènements nommés (59,4)80
Nombre de cyclones (6,4)8
Nombre de jours en conditions “cyclone” (24,2)35
Cyclones majeurs (2,7)4
Nombre de jours en conditions “cyclone majeur” (6,2)9
Energie cyclonique accumulée (106)150
Activité cyclonique nette (116%)160
Prévisions du Department of Atmospheric Science Colorado State University
Fort Collins, CO 80523

Ces prévisions seront naturellement affinées dans le temps et notamment en fonction de la réalité des développement ou non des phénomènes El Nińo et El Nińa.

Quoiqu’il en soit et parce que la Loi de Murphy existe, la crise actuelle vécue par la population saint-martinoise sur fond de trauma post-Irma ne pourra exonérer les pouvoirs publics d’une prise en considération réelle et profonde de ce risque récurrent… la saison cyclonique approche.


Le rapport d’analyse du Department of Atmospheric Science Colorado State University est à votre disposition ci-dessous.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.