Temps de lecture estimé : 5 minutes

Les 70 hommes du 33ème Régiment d’Infanterie de Marine acheminés à Saint-Martin par le Dumont d’Urville sont à pied d’œuvre depuis quelques jours déjà. Ce matin, c’est le stade Louis Vanterpool et l’hôpital Louis Constant Fleming qui voyaient le dispositif d’appui militaire de lutte contre la pandémie au Covid-19 se déployer un peu plus avec l’arrivée du Dixmude.

Caractéristiques – Longueur : 199 m, Largeur : 32 m, Déplacement : 21 500 tonnes, Vitesse : 19 nœuds, Équipage : 177 marins + état-major embarqué, Troupes : de 400 à 900 soldats
Le PHA Dixmude a été admis au service actif le 27 juillet 2012. Outil de commandement et de projection de forces, les PHA peuvent, depuis leur pont d’envol, déployer une force aéromobile complète constituée d’hélicoptères de combat, destinée à conduire des frappes ou des opé­rations de surveillance d’un territoire. Leur capacité am­phibie leur permet, grâce aux engins de débarquement rapides et chalands de transport de matériel, de projeter des troupes et véhicules de la mer vers la terre, mais aus­si de mener des opérations de secours aux populations (évacuation de ressortissants, assistance après un sinistre).
Leur modularité permet d’embarquer un état-major et de mettre en œuvre un poste de commandement de forces interarmées pour la conduite d’une opération nationale ou multinationale depuis la mer. Les PHA disposent d’un véritable hôpital embarqué permettant de faire face à une crise sanitaire de grande envergure (blocs opéra­toires, salle de traitement des grands brûlés…).
Merci à Christophe Giboz du Bistro Nu pour cette image !
Aménagement d’une rampe d’accès qui permettra l’évacuation des patients éventuels du local aménagé vers l’hélicoptère qui procèdera à l’évacuation sanitaire vers la Guadeloupe ou la Martinique.

D’abord, le stade Louis Vanterpool…

Il est devenu depuis ce matin un “héliport”, à la demande de la Préfecture et avec l’accord de la Collectivité, et permettra aux forces armées d’augmenter la capacité du territoire à procéder à des évacuations sanitaires vers la Guadeloupe et la Martinique SI BESOIN avec l’appui des hélicoptères de l’armée !

L’objectif est de ne pas mettre l’hôpital Louis Constant Fleming en situation de crise puisque nous savons que les moyens en réanimation sont limités surtout pour des séjours de durée assez longue comme le réclament l’intubation et le placement sous respirateur artificiel.

Le stade sera donc sécurisé par les militaires tant que l’opération “Résilience“ y tient quartiers.

Le local à l’entrée de “l’héliport” qui permettra de recevoir les patients “en transit” dans les meilleures conditions possible.

Les réseaux sociaux depuis le tout début de matinée traduisaient l’inquiétude de la population à voir ces hélicoptères tourner au dessus des différents quartiers de Saint-Martin : pas de panique SVP et pas de traduction hasardeuse de ces mouvements aériens, les militaires effectuent légitimement une reconnaissance du territoire sur lequel ils vont œuvrer pendant plusieurs semaines.

Les services techniques de la Collectivité ont procédé à l’aménagement d’une rampe d’accès qui permettra la circulation des brancards et à la mise à disposition d’un local à l’entrée du stade, local qui va être médicalisé pour permettre aux patients potentiels de disposer de conditions de “transit” optimales. avant l’évacuation par hélicoptère.

Hôpital Louis Constant Fleming : déploiement de la base médicale avancée

C’était le deuxième objectif de cette opération “Résilience” dans sa version saint-martinoise : le déploiement d’une base médicale avancée. Les tentes étaient en construction ce matin et permettront en cas de nécessité de soulager les capacités hospitalières en “nombre de lits”.

L’opération a été rondement menée et l’on ne peut qu’en remercier les militaires et les gradés pour l’efficacité dont ils ont su faire montre.

Naturellement, l’ensemble des opérations s’est déroulée sous l’œil attentif des personnels médical et administratif de l’hôpital confronté à une situation d’envergure assez exceptionnelle.

Dr Vincent Haegaert, chef de pôle, Dr Brice Daverton (Antenne de Saint-Martin de l’ARS Guadeloupe), Dr Charles Vangeenderhyusen (Président de la CME de l’hôpital Louis Constant Fleming), Mme Marie-Antoinette Lampis (Directrice de l’Hôpital LCF) et Jean-François Cayet (directeur adjoint de l’ARS Guadeloupe)

Les tentes seront équipées de lits protégés par des moustiquaires (Eh Oui !!!! Epidémie de dengue en cours !!!), les deux espaces seront naturellement médicalisés et climatisés.

Petit rappel concernant l’Hôpital Louis Constant Fleming…

Si l’établissement a du s’adapter à la pandémie, il est important que les patients intègrent que toutes les dispositions ont été prises pour que les fonctions habituelles de l’hôpital soient préservées. Ainsi, au-delà des infections au Covid-19, il est important que la population use de ces services quand le besoin est là car, comme partout ailleurs, il est constaté une baisse de fréquentation. Pour caricaturer, l’hôpital fonctionne sur deux axes différents qui sont isolés l’un de l’autre : celui dédié à la crise du Covid-19 et un autre qui prend en charge tous les actes habituels.

Il ne faudrait pas qu’au sortir de la crise du Covid-19, la situation de certains patients qui auraient justifié une hospitalisation plus rapide ne devienne un souci de gestion pour l’hôpital.

En attendant, le St Martin’s Week souhaitait ici remercier naturellement le corps médical pour sa mobilisation et les militaires qui assument, à la demande de la Préfecture, cet appui. Habituellement anonymes et éloignés de la vie civile, leur présence semble donner un peu de sens à la notion “d’archipel France” développée par le Président Macron…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.