Temps de lecture estimé : 3 minutes

Malgré le confinement, la Société Nationale de Sauvetage en Mer reste opérationnelle au niveau national, sur mer comme sur terre. Et les sauveteurs bénévoles de la station de Saint-Martin restent mobilisables 24h./24 et 7j./7. Ils bénéficient pour cela d’une autorisation dérogatoire de déplacement pour activités professionnelles signée le 19 mars 2020 par le Directeur du CROSS-AG (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage des Antilles-Guyane), basé à Fort-de-France, en Martinique.

Le vendredi 10 avril vers 9h. du matin, le CROSS-AG demande à la station SNSM de Saint-Martin de sortir pour localiser une balise EPIRB (Emergency Position Indicating Radio Beacon) qui émet un signal de détresse au large de la baie de Grand-Case, dans le chenal d’Anguilla. Les garde-côtes de la partie hollandaise sont aussi alertés, ainsi que le tender d’un yacht au mouillage à Marigot.
Pour cette intervention, le choix se porte sur la vedette SNS 129, équipée d’une “gonio” permettant de localiser les signaux VHF et EPIRB, contrairement au semi-rigide « Rescue Star » qui n’en dispose pas à bord.
La vedette appareille à 9h.30 avec un patron et 4 équipiers à bord, en direction de la position GPS de la balise de détresse du « BLONDE DREAM”, un monocoque noir et bleu immatriculé aux USA. Mais, sur place, aucune trace d’embarcation ou de débris…
Le CROSS demande alors à la SNSM de rentrer dans la Baie de Grand Case pour voir si ce bateau est au mouillage ou s’il y en a un autre correspondant à son signalement ou disposant d’une balise EPIRB qui émet. Et de procéder à la même recherche en Baie de Marigot.
L’équipage de la SNSM relève le nom de chaque navire au mouillage dans ces deux baies et contrôle plus de 25 bateaux. Mais RAS : pas de BLONDE DREAM, ni de bateau correspondant au signalement, ni de balise EPIRB.
Le CROSS a aussi notifié le MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) de Miami, qui arrive finalement à prendre contact avec l’ancien propriétaire du Blonde Dream. Celui-ci confirme avoir vendu le bateau (depuis 2004 !) mais n’a pas d’information disponible quant au nouveau propriétaire…
À 11h07, après plus d’une heure et demi de recherches infructueuses, le CROSS donne liberté de manœuvre à la SNS 129 qui revient à son port d’attache, la Marina Fort Louis, à 11h40.
Cette sortie a toutefois permis de constater que la vedette SNS 129 était très limitée en vitesse. Rendez-vous est donc donné le mardi matin 14 avril, avec un patron, le responsable de Carib Diesel et le responsable de l’entretien et de la maintenance des deux moyens nautiques de la station, et deux autres équipiers, pour une analyse technique de ce problème. Et il est convenu de faire d’abord une vérification de l’état de la coque. Le surlendemain matin, 6 équipiers se réunissent à nouveau pour aller en mer, et plongent pour nettoyer la coque, les hélices et les arbres d’hélice, permettant ainsi à la vedette SNS 129 de retrouver une vitesse acceptable, en cas d’une nouvelle intervention.
Par ailleurs, comme après le cyclone Irma en septembre 2017, où la station avait mis gracieusement son local à la disposition du service sinistré des Affaires Maritimes, pendant plusieurs semaines, la S.N.S.M. de Saint-Martin a proposé à la Préfecture de renouveler sa collaboration, pour toute action ou service éventuel, notamment en ce qui concerne les gens de mer.
A noter toutefois que les locaux de la station SNSM sont fermés au public, dans le cadre des consignes actuelles de confinement.
La SNSM de Saint-Martin remercie aussi les association TILT et AFPS pour la mise à disposition de ses équipiers bénévoles d’une dizaine de visières de protection, pour toute mobilisation éventuelle.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.