Temps de lecture estimé : 6 minutes

J + 43 depuis le début du confinement décidé à l’échelle nationale pour enrayer l’épidémie de Covid-19 dans l’hexagone comme en outremer… 43 jours coupés de certaines réalités, des interconnexions qui caractérisent tant la société saint-martinoise qui, si elle affiche un mille feuille qui en vaut d’autres à l’échelle nationale, ne peut distancier les feuilles qui le composent : l’accès aux élites et aux élus est naturel, personne n’est réellement inaccessible, tout se sait ou presque même si tout ne peut être dit ou écrit.

Après la sidération… le retour aux affaires…

Il aura fallu plusieurs semaines avant que les élus locaux issus de la majorité, enfin quelques-uns d’entre eux puisque seuls ceux du Conseil Exécutif semblent au front ou en tous cas occupent partiellement la scène médiatique résumée aux réseaux sociaux, ne sortent de la zone de confort qui consiste à se borner à user de la ritournelle éculée, celle qui permet de proclamer que la santé n’est pas de la compétence des collectivités locales et que la crise sanitaire relève de la compétence de l’Etat, mais le pli était pris bien avant ce nouvel évènement majeur.

Cette zone de confort a aussi été nourrie par un relais systématique ou presque des décisions nationales, des consignes : les gestes barrière, les règles du confinement… etc… Pas aux manettes, pas soumis, mais dans la ligne…

Puis la politique a su comme toujours faire son grand retour puisque l’expérience a su prouver que, la nature ayant horreur du vide, laisser l’espace politique et médiatique en friche n’est propice qu’à l’émergence de ceux qui sont convaincus d’avoir des idées porteuses d’avenir, forcément bien meilleures que toutes les autres, et ils sont bien là, nous y reviendrons.

Soudainement, plus de limite de compétence… on a su découvrir que la Collectivité avait des obligations, sociales notamment, et la 3ème Vice Présidente Annick Petrus, a pu se hisser sur le devant de la scène, grâce aux réseaux sociaux essentiellement, pour redonner à la Collectivité un peu de son lustre en termes d’initiatives, quitte à les emprunter aux associations qui œuvrent sur le terrain et tentent de s’organiser, car l’action sociale est certainement une des clefs durant cette crise qui met bien des populations en face de réelles difficultés.

Le Président Gibbs et la 1ère Vice Présidente Damaseau ne sont pas en reste puisque la page Facebook de la Collectivité leur est dédiée, entre messages sanitaires bilingues mais formels et point d’information hebdomadaire beaucoup plus politiques (chaque lundi à 16:00, le temps de la crise).

A la marge, et dans cet espace subtil qui n’est propre qu’aux choses complexes, il ne faudrait pas non plus pour nos leaders qu’Annick Petrus ne monopolise trop l’espace… sujet qui s’imposera naturellement au fur et à mesure du “déconfinement” avec le retour à une normalité politique qui pourrait être elle aussi bien différente d’avant.

Mais où sont les minorités opposantes ?

Rodés à leur existence dans l’ombre d’une majorité surpuissante depuis mars 2017, le fait est que cet épisode de confinement semble avoir eu raison de la parole dont ils avaient pourtant habitude de faire usage, que ce soit en Conseil Territorial au moment des questions diverses, ou par voie de presse ou à la Radio où les mots sont d’ailleurs plus durs et les critiques plus soutenues qu’en CT.

Louis Mussington et Bernadette Davis, Jules Charville, nous n’ajouterons pas à cette courte liste les noms de Marthe Ogoundélé ou de Ramona Connor qui sont pour la majorité le plus beau des cadeaux faits par l’opposition, semblent aphones et cela ne présage rien de bon pour la qualité du débat démocratique présent et futur.

Leur absence, mais aussi l’effritement du quitus populaire accordé à la majorité largement écorné par la gestion de la crise post-Irma entre autres, laissent un espace d’une rare ampleur qui, il faut bien l’avouer, était déjà travaillé de longue date par celles et ceux qui savent que pour exister, il faut qu’une brèche s’ouvre.

Le moins que l’on puisse en dire est que les membres du Conseil Territorial siégeant dans l’opposition ont largement contribué à cette ouverture… et qu’elle permet aujourd’hui à d’autres d’ambitionner et de travailler, rompus à l’exercice politique, superbement conseillés par “le meilleur d’entre tous” et perclus d’une fibre libérale qui dictera en cas d’accession au pouvoir au destin d’un territoire pourtant gangréné par les inégalités sociales.

En coulisse, pour exister, il faut aussi un espace médiatique…

Parce que “part of the game”, au St Martin’s Week, nous accordons systématiquement de l’espace aux femmes et hommes politiques crédibles qui en expriment le besoin et affichent leurs ambitions. Ils ne sont pas pléthore, si la classe existante ose avancer à masque découvert, la classe émergente elle préfère encore et toujours user d’artifices pour occuper la scène plutôt que de faire la vérité sur des trajectoires et des stratégies lisses et parfaitement visibles et généralement de longue date.

Parce que le silence des agneaux fait pousser les dents de loups, force est de constater que depuis quelques temps, un autre groupe que ceux qui s’affichent sur les fauteuils du Conseil Territorial prend de la voix, redouble d’initiatives, s’élargit, trouve adhérents et a même su s’imposer sur le canal de ZCL News, Interview Vidéo Facebook, de l’excellent Zandwonis par ailleurs à la tête du site d’informations CCN. Le média Guadeloupéen se découvre un nouvel axe d’analyse, Saint-Martin, à moins qu’il ne réponde en fait à une sollicitation groupée.

On a ainsi pu y suivre Angèle Dormoy-Isaac, Présidente de la CCI Saint-Martin depuis la démission de Jean Arnell le 23 Avril, suivi de Patrice Seguin, Président de l’AHSM le même jour, de Jeanne Rogers Vanterpool, Présidente de la FTPE de Saint Martin et Saint Barthélemy et M. Raymond Helligar, Président de l’Association Swalicab et N°1 de la CCI de l’antenne de la CCI de Guadeloupe à St Martin le 24 Avril, de Jean Arnell, Membre du CESC et de la CCI Saint-Martin et de Roméo Piper, lui aussi membre du CESC, le 25 Avril… D’autres suivront sans doute, n’en doutons pas.

Notons toutefois durant cette période de confinement, la porte du studio de ZCL News avait été ouverte le 14 Avril par Taï Ghzalale, Jeanne Rogers Vanterpool et Annick Petrus, 3ème Vice Présidente de la Collectivité, en porte-étendards de l’action de St Martin Unis au travers d’un relais des capsules vidéos réalisées par l’Association dans le cadre de leur investissement dans la lutte contre la pandémie et par Louis Mussington, leader du MJP.

ZCL News donc, un média qu’il faut nécessairement suivre à Saint-Martin, aujourd’hui plus qu’hier !

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.