Temps de lecture estimé : 12 minutes

L’Association est née au lendemain d’Irma au milieu d’un désert de structures locales à même d’agir ou de réagir, faute de tout et qui aura su faire large espace aux grosses machines nationales, aux “professionnels de la catastrophe”.

Elle fut d’abord Présidée par Cédrick André, sollicité par Taï Ghzalale avec pour objectif de faire briller ce mot “Résilience” que l’on trouvait alors dans toutes les bouches de ceux qui, venus de France Hexagonale, arpentaient Saint-Martin en long, large et travers, territoire meurtri étudié sous toutes les coutures.

L’ASMU, c’était aussi sur le papier une volonté de voir réunis sous un même clocher des citoyens et des socio-professionnels, histoire de ramer dans le même sens… La Présidence accordée à Cédrick André en 2017 incarnait, au delà de la nécessaire identité qui légitimise, cette volonté d’unité et de transversalité et l’on retrouvait dans l’association Baki Arbia ou Philippe Seguin, tous deux hôteliers et acteurs socio-économiques majeurs.

L’association concourt à la défense des droits des milieux socioprofessionnels ainsi que pour les salariés du secteur public et privé à Saint-Martin. A cet effet, elle définit et organise pour ses adhérents, toutes manifestations ayant un lien avec son objet social, de près ou de loin. Elle recherche également toute aide ou subvention lui permettant de réaliser son objet social. Elle a pour vocation d’atteindre son objectif par gestion directe ou en passant des conventions et contrats.

Naturellement, lorsque le Gouvernement lance l’Opération Résilience pour faire face à la pandémie, au Coronavirus, l’Association qui depuis s’était quelque peu effacée avec le temps, reprend du collier pour se mettre à la disposition des publics les plus en difficulté, louable cause, au travers d’un nouveau projet intitulé “Tous en guerre contre le Covid-19”, parfait écho sémantique au discours du Président Macron du 16 Mars 2020, une garantie d’être de bon ton…

Lancée le 25 mars 2020, l’opération « Résilience » constitue la contribution des armées à l’engagement interministériel contre la propagation du COVID-19. Avec « Résilience », les armées s’engagent dans l’ensemble des secteurs où elles peuvent apporter un soutien aux autorités civiles, en adaptant leur action aux contextes locaux et dans le cadre d’un dialogue permanent avec les autorités civiles. « Résilience » est une opération militaire inédite, dédiée au soutien des services publics et des Français dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection, en métropole et outre-mer, tout en prenant en compte la nécessité de poursuivre les opérations au profit de la sécurité des Français, sur le territoire national, dans les airs, sur les mers, dans l’espace cyber, comme sur les théâtres extérieurs.

Pour porter un projet et pour lui donner de l’envergure, il faut des moyens !

Certains des membres de l’Association ont su abonder au trésor de l’Association, comme Taï Ghzalale, Angèle Dormoy ou encore Jean Arnell, mais le projet pèse quelques 152 381 euros. Coquette somme que l’Association compte bien lever via un appel aux dons “via les réseaux (Twitter, WhatsApp, Instagram, Facebook), auprès des entreprises et des banques locales, mais également ailleurs (Caraïbes, Métropole) …”

Le projet est assez consistant et se décline en 8 actions (voir fiche projet intégral en pied d’article qui attestera que “le messager” n’invente rien) :

  • Message de confinement à la population diffusé par haut-parleur en circulant dans les rues en voiture
  • Distribution alimentaire, distribution d’eau
  • Nettoyer les rues pour endiguer la dengue et le Covid19
  • Financement d’aides sociales et distribution de masque de protection
  • Tutos sanitaires :
    • « Comment confectionner un masque »
    • « comment utiliser son masque »
  • Financement de matériel médical au Centre Hospitalier de l’île et à la médecine de ville, dont masque FFP2 et autres matériels pour accueil de patients.
  • Remontée d’information risque social, échange et coordination avec association Trait d’Union, BPW, Pole social, Gendarmerie, …
  • Prendre part à l’aide apportée aux femmes victimes de violence conjugale (Paniers repas, Hébergement)

Un “kit” d’actions complet qui ne peut que séduire. Celles-ci ont d’ores et déjà débuté avec des maraudes, effectuées très régulièrement depuis plusieurs semaines, en voiture équipée d’un haut parleur pour diffuser au plus près de la population les messages liés au confinement, à son intérêt dans la lutte contre l’épidémie etc… Ces messages sont diffusés en français, en anglais, en espagnol mais aussi en chinois …

Tant d’altruisme valait bien un petit appel aux dons puisqu’il est bien connu que le citoyen sait porter la main au porte monnaie quand la communication est bien ficelée autour des “causes” affichées et/ou revendiquées.

L’association Saint Martin Uni a été à l’initiative d’une réunion auxquels ont assisté plusieurs membres de la société civile : Jeanne Rogers-Vanterpool, Angèle Dormoy, Georges Richardson, Antero Santos, Lucien Gamiette, Annick Pétrus, et d’autres personnes. Le constat était que le confinement ne fonctionnait pas parfaitement partout sur l’île et entre autre à Sandy Ground. Lors de cette réunion, nous avons décidé d’un certain nombre d’actions à mettre en œuvre pour aider à l’effort conjoint de l’État, de la Collectivité et également des forces de l’ordre, pour gérer cette crise. Notre idée était de porter notre aide à cet édifice : L’ensemble de personnes citées ci-dessus et moi-même Taï Ghzalale en temps que président de l’association Saint Martin Uni avons décidé de mettre en place des actions de communication, de soutien et d’aide à la population. Nous rendons compte régulièrement de ces actions à Madame la Préfète et également aux élus de la Collectivité.Page Facebook de l'Association

Si l’on en croit Taï Ghzalale joint par téléphone, l’association œuvre en soutien logistique auprès de la Croix Rouge, du Manteau de Saint-Martin mais aussi auprès de la Délégation Solidarité Famille de la Collectivité, véritable point d’entrée vis à vis de la majorité en place par l’intermédiaire d’Annick Petrus, 3ème Vice-Présidente.

“Tous en guerre contre le Covid-19”… sans oublier de préparer l’après !

Ne soyons pas naïf : si l’initiative est louable tant l’inertie des premières semaines de confinement a été époustouflante, amenant même l’un des membres, médecin, récemment conquis à nous confier “qu’au royaume des aveugles, les borgnes sont rois… au moins cette association fait quelque chose.”, on ne peut qu’écarquiller les yeux quand on établit la liste des personnalités qui soutiennent l’initiative ou la portent selon le document officiel de l’ASMU :

  • Taï Ghzalale, business man éclairé et à large spectre, conseiller technique de la CCI Saint-Martin,
  • Frantz Acramel, qui depuis 15 ans aura su conseiller tout ou presque tout ce que le paysage politique saint-martinois compte de personnalités,
  • Antero Santos, ex-élu de la Collectivité sur la liste d’Alain Richardson, Président de l’Association des Dominicains de Saint-Martin,
  • Georges Richardson, ex-représentant du Conseil de Quartier de Sandy Ground (2 mandats) à qui a succédé Cédrick André et Président historique de Sandy Ground On the Move puis de Sandy Ground On The Move Insertion
  • Léonie Lharmonie, représentante de Conseil de Quartier
  • Georges Gumbs, ex-Président du Conseil Economique Social et Culturel de Saint-Martin, 2 mandats et ex-élu sous Albert Fleming
  • Raymond Helligar, Président de l’association des “taxiteurs” Awallicab, ancien président de l’antenne de la CCI de Guadeloupe à Saint-Martin, ancien Conseiller Régional et élu local,
  • Annick Petrus, 3ème Vice Présidente en charge de la Délégation Solidarité Famille de la Collectivité,
  • Angèle Dormoy, Présidente de la CCI Saint-Martin,
  • Jean Arnell, Vice-Président du CESC, membre de la CCI Saint-Martin et ex-Président de cette dernière,
  • Jeanne Vanterpool, Présidente de la Fédération des Très Petites entreprises de Saint-Martin, ex-Présidente de l’Office de Tourisme sous la Présidence d’Alain Richardson/Aline Hanson,
  • Marie Antoinette Lampis, nouvelle directrice de l’Hôpital Louis Constant Fleming,
  • Dr Marc Thibault, Président de l’association des Médecins de ville et ex-candidat aux élections territoriales de 2007 avec la liste Alliance,
  • Commandant Stéphane Basso, qui pilote la gendarmerie de Saint-Martin,
  • Michael Doré, secrétaire général de la Préfecture,
  • Sylvie Feucher, Préfète de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin,
  • Daniel Gibbs, Président de la Collectivité…

Si l’on exclut l’obligation sur le papier d’associer à l’opération, ou de vouloir associer, les services de l’état, ne serait ce que pour pouvoir disposer des autorisations de circulation et se coordonner avec la cellule de crise de la Préfecture, si l’on exclut aussi le Président Gibbs qui d’ailleurs dans son discours du lundi 13 Mars n’a pas cité l’ASMU dans la liste des associations qui justifient ses remerciements… il y a là un formidable et puissant groupement de personnalités que d’aucuns voient déjà comme un “nouveau” mouvement politique !

A la marge, l’association Saint-Martin Uni s’est aussi portée acquéreuse il y a peu d’un bœuf, qui aura été découpé par Arnell Daniel, boucher et ex-élu en 2007. Ce bœuf a été ensuite vendu par caissettes… Un détail mais qui montre à quel point tous les leviers permettant de revendiquer l’aide aux plus démunis ont été utilisés, jusqu’à celui qui ouvre la porte des église en y distribuant de l’eau… Des méthodes qui relèvent de l’action politique de terrain “à l’ancienne”, celles qui visent à inféoder l’électorat à celles et ceux qui tendent supposément la main via une aide matérielle ponctuelle, plus qu’à de l’altruisme …

Sur la question, Taï Ghazale est clair à dire que l’ASMU vit une profonde refonte et que l’Assemblée Générale en posera les nouvelles fondations. Si la crise du Covid-19 et l’Opération Résilience donnent un second souffle à Saint-Martin Uni, et il reconnait volontiers que l’Association est là pour durer et “qu’au sens grec du mot, la politique fait partie de son ADN” (NDLR : politikè, science des affaires de la Cité). Si l’on ne considère que la présence au sein du groupe de Frantz Acramel, le doute n’est déjà plus permis quant à l’ADN de l’association, puisque ce dernier fait partie du cercle très fermé des “spin doctors” œuvrant à Saint-Martin depuis une vingtaine d’années.

D’ailleurs un Think Tank devrait prochainement émerger et permettre à ‘toutes les têtes bien faites”, et que nous supposons volontaires, de participer à une réflexion large sur le thème : quelle société saint-martinoise demain ? Tout un “programme” qui ne pourra que faire le bonheur de candidats éventuels proches ou très proches de l’ASMU aux sénatoriales, aux territoriales et même aux législatives.

Si le confinement effectif depuis le 17 Mars et au moins jusqu’au 11 mai a pu déstabiliser la vie de beaucoup, d’autres ont visiblement su s’organiser rapidement, surfer sur la vague épidémique et sur les difficultés sociales pour faire émerger un groupe aux très larges ambitions politiques ou économiques, mélange de genres qui fait parfois grincer des dents et notamment sur certains groupes WhatsApp lorsque qu’il devient évident que certains membres de l’ASMU n’oublient pas de monétariser ce moment de crise sanitaire, grincements qui auront en guise de réponse reçu ces mots de la Présidente de la CCI Saint-Martin : “Je crois bien que c’est pour cela que nous sommes des chefs d’entreprises et non des rmistes”.

Le monde de demain, celui de l’après pandémie pourrait bien effectivement être différent de celui d’hier mais pas forcément synonyme de lutte contre les inégalités et de réduction du libéralisme forcené.

Dernier cheval de bataille de l’Association, se faire le porte voix de la lutte menée par la FTPE, dont la Présidente est Jeanne Rogers Vanterpool, et qui prône auprès des pouvoirs publics un abandon pur et simple des impôts et taxes pour les entreprises en 2020.

Quand on vous disait “Annick Petrus, électron libre de la Team Gibbs” !

Nous l’écrivons régulièrement, l’élue à la tête de la Délégation Solidarité et Famille de la Collectivité est certainement celle qui fait preuve du plus d’autonomie depuis le début de cette mandature et elle est aussi celle qui aura très rapidement mis les pieds dans le plat de dysfonctionnements qu’elle considérait alors trop nombreux.

Au bilan donc, Annick Petrus, dont le Pôle est certainement l’un des plus sollicités actuellement, trouve un espace de fait sur la scène médiatique et semble vouloir en faire un bon usage politique, ce qui ne manquera pas d’apparaître à la majorité et au Président Gibbs comme une volonté d’émancipation du groupe dont elle est issue. Rappelons nous qu’Annick Petrus fut aussi proche de Louis Mussington dans le cadre d’élections antérieures à celle de 2017 et qu’elle n’a pas moins de raisons que d’autres à envisager la suite de sa carrière politique dès maintenant… au rythme où vont les choses.

Le déconfinement de nos politiques et le retour à un fonctionnement démocratique plus ouvert saura confirmer ou infirmer que la 3ème Vice Présidente est en distanciation du groupe de la majorité sur fond de dossiers juridiques en suspens qui lient intimement pourtant nos trois élus, ceux des marchés publics suspectés d’irrégularités par la justice et qui auraient dû conduire trois élus devant le juge le 26 Mars dernier (Daniel Gibbs, Valérie Damaseau, Annick Petrus).

Pendant que vous vivez confinés, abreuvés de messages “covid-compatibles”, que vous espérez revoir le jour et constater que votre monde d’avant n’a pas trop changé, beaucoup de choses se sont en fait passées. Le microcosme politique saint-martinois a vécu une accélération dans son agitation : point de grande unité et de cap partagé, point de trêve… bien au contraire. Les yeux sont déjà rivés vers les sénatoriales à venir, vers 2022, les territoriales et les législatives. Au milieu de cela, le Président Gibbs, l’homme à abattre, va devoir se frayer un espace, lui dont la carrière est la politique. Pour exister et relier ces échanges, il lui faudra quelques victoires (face à l’Etat bien évidemment qui reste le meilleur ennemi) et quelques épouvantails… le sujet PPRn ne devrait pas tarder ) ressortir du bois dans lequel il était confiné.


fiche-projet-Covid19_LL

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.