Temps de lecture estimé : 24 minutes

lundi 11 mai 2020 

Merci de nous rejoindre pour notre point d’actualité hebdomadaire. 

Bonjour à ma première vice-Présidente, Valérie Damaseau avec qui nous vous présentons ce Point Com en français et en anglais.

Chers citoyens, Bonjour à tous,

Nous entrons, à compter d’aujourd’hui, dans une étape décisive de la crise de Covid19 qui affecte tout le territoire français depuis maintenant 2 mois. 

J’insiste sur l’aspect décisif, car la sortie progressive du confinement ne signifie pas que la crise est finie. 

La découverte d’un nouveau cas dépisté positif, ce week-end à Saint-Martin, vient confirmer l’impérieuse nécessité d’être vigilants et d’agir dans le respect des mesures barrières qui nous protègent tous, mutuellement.

Chacun d’entre vous doit avoir pleinement conscience de la situation sanitaire encore très fragile de notre territoire. Le virus circule certes faiblement, mais il n’a pas disparu.

La campagne de dépistage PCR mise en place par l’Hôpital en partenariat avec l’ARS, la collectivité, la préfecture et les associations partenaires, a été lancée, le 4 mai dernier. À l’issue de la première semaine, sur 80 tests réalisés dans les quartiers, sur des personnes symptomatiques volontaires, un seul est, pour l’instant, revenu positif. Le malade est pris en charge et l’ARS procède aux vérifications dans l’entourage.

C’est un résultat qui vient rappeler à l’ordre ceux qui songeraient à baisser la garde en sortie de confinement. Il reste encore une semaine de dépistage de proximité. Il convient donc d’attendre jusqu’au 18 mai, pour que ces résultats soient affinés et que l’ARS nous transmette un retour circonstancié.  

Nous invitons toutes les personnes ressentant des symptômes du COVID19 (fièvre, toux, maux de ventre) à profiter de la mise à disposition de ce dispositif de dépistage mobile. 

Les résultats sont anonymes et permettent au patient de bénéficier d’une prise en charge plus précoce, mieux adaptée, et aussi et surtout de protéger les personnes qui l’entourent. 

C’est aujourd’hui notre seul moyen de limiter la propagation de virus et de protéger ceux qui nous sont chers. 

Nous devons nous montrer extrêmement prudents. Un retour de l’épidémie est toujours possible – certains pays en ont fait la douloureuse expérience – c’est pourquoi, je vous demande de poursuivre vos efforts et de continuer à respecter les gestes barrières.

Ces gestes de protection sont d’autant plus déterminants que nous entrons dans la phase à la fois attendue et redoutée de déconfinement. 

Nous l’avons répété à chaque occasion : il y a un avant et un après Covid19, nos habitudes doivent impérativement changer et s’adapter. 

Pour réussir la sortie du confinement et permettre à l’économie saint-martinoise de renaître progressivement, nous devons agir en toute responsabilité dans l’espace public et respecter toutes les consignes de sécurité sanitaire recommandées par l’Agence régionale de santé. 

Le confinement a été une expérience inédite, marquante, pour chacune et chacun d’entre nous. 

Nous pouvons être fiers de la manière dont nous avons géré, tous ensemble, cette période de privation de liberté. Vous l’avez fait, en grande partie dans le respect des consignes et nous vous en remercions. 

Pendant deux mois, les commerces autorisés nous ont accompagnés dans notre quotidien de confinés, et nous ont permis de subvenir à nos besoins élémentaires : les magasins de courses alimentaires, les entreprises de réparations d’urgence, les entreprises du BTP, la restauration à emporter, les professions médicales et les pharmacies. 

Malgré les difficultés sanitaires et les problèmes d’organisation, ces chefs d’entreprise et leurs employés ont répondu présents pendant toute la période de confinement. 

Nous vous disons tout simplement MERCI. 

Parmi les initiatives privées solidaires qui se multiplient depuis deux mois au bénéfice de notre communauté, nous voudrions saluer, aujourd’hui, le geste de la société MOTORWORLD Saint-Martin/Sint Maarten, qui a fait un don de 2000 masques jetables à la Collectivité. 

Nous avons choisi de donner ces 2000 masques aux responsables des Conseils de quartier, pour qu’ils soient distribués sur le terrain. 

Je voudrais aussi saluer le travail des couturières qui ont participé à la fabrication des masques en tissu lavables aux normes AFNOR. Ce dispositif est porté par la Préfecture et la Collectivité en partenariat avec la plateforme Initiative St Martin Active et la Fondation de France. 

Nous avons rendu visite, jeudi dernier, aux couturières de Quartier d’Orléans et de Rambaud. Toutes ensembles, elles ont fabriqué 10 000 masques en un temps record. 

Cet engagement mérite d’être souligné ici, car ces masques seront d’une grande utilité pour la population scolaire ces prochains jours et au mois de septembre. 

Je remercie aussi notre partenaire financier sur cette Opération, la Fondation de France et plus particulièrement Karine Meaux.

Nous savons votre impatience à recouvrer la liberté d’agir, mais nous vous demandons d’aborder le déconfinement avec méthode, sans prise de risques inutile, en prenant le temps de préparer ce retour à la vie en société, selon les modalités mises en place par le gouvernement. 

Nous savions aussi votre impatience – votre besoin même devrais-je dire pour certains – à vouloir profiter des bienfaits de la mer après deux mois confinés à la maison. 

A la veille du déconfinement, le 8 mai, nous avons jugé bon de lever l’arrêté territorial pris au début de la crise, pour vous permettre de pratiquer des sports individuels sur la plage et de profiter des bains de mer. 

Nous avons constaté une affluence raisonnable sur les plages, ce week-end, ce qui prouve qu’il y avait une réelle attente de ce côté-là. Mais attention, vous devez impérativement éviter les regroupements. 

Votre seule contrepartie est de respecter strictement les termes de l’arrêté, qui proscrit les barbecues, pique-niques et les rassemblements sur la plage jusqu’à nouvel ordre.

Je compte sur vous pour continuer à respecter ces consignes. J’ai d’ailleurs demandé à la police territoriale de surveiller la bonne exécution de cet arrêté. 

Voilà ce que je voulais vous dire en préambule, avant d’aborder la question des écoles.

Thème 1 : La réouverture des écoles

Nous avons annoncé, jeudi dernier, la réouverture des classes de CP, de CE1 et CM2, à partir de lundi prochain, le 18 mai. 

Rouvrir nos bâtiments scolaires pour ces trois niveaux d’enseignement, est une décision mûrement réfléchie. 

Car si la reprise de l’école est une exigence de l’Etat à partir du 11 mai, elle est placée sous la protection juridique et la responsabilité pénale des maires. Donc par conséquent des présidents de Collectivités. Notre appréhension à ouvrir massivement les écoles est, me semble-t-il, plus que légitime, puisqu’il en va de la santé des élèves notamment. 

C’est la raison pour laquelle, je me suis appuyé sur mes directeurs à qui nous avons demandé une analyse pointue de la situation de nos établissements au regard notamment des protocoles sanitaires de l’Etat.

Nous nous sommes montrés intransigeants sur les moyens déployés pour une sécurité optimale des élèves et des encadrants scolaires. 

Nous avons longuement échangé avec le Recteur Mostafa Fourar et la préfète Sylvie Feucher. 

Nous avons consulté les partenaires sociaux et les parents d’élèves. 

Nous avons travaillé en interne et nous avons choisi de porter nos efforts sur la réouverture de trois niveaux et seulement pour les classes de primaire.

J’ai été très sensible à l’appel du recteur qui m’a alerté sur l’enjeu pédagogique pour ces écoliers dont tous n’ont pas la chance d’avoir eu, à la maison, un suivi quotidien des apprentissages durant ces derniers mois. 

Or, ce sont des classes charnières en matière d’apprentissage de la lecture, pour les CP et CE1, et de la préparation à l’entrée en 6ème pour le CM2. 

Voilà les raisons qui nous ont poussé à répondre favorablement à la demande de l’éducation nationale, mais en limitant les classes concernées selon nos priorités et nos moyens.

Ce compromis nous a permis de travailler sur des modèles qui mobilisent un nombre réduit d’élèves au sein d’un même établissement, limitant ainsi les contacts et les risques, mais leur permettant de bénéficier d’un mois et demi d’apprentissage, ce qui est loin d’être négligeable, si la situation sanitaire de notre territoire continue de se stabiliser. 

La collectivité vient d’achever les travaux de plomberie et d’électricité dans les 8 écoles primaires concernées par la réouverture. Nous procédons cette semaine à la désinfection de toutes les salles de classe, pour permettre leur utilisation pour une ouverture pédagogique à compter du 18 mai. 

L’éducation Nationale a défini les horaires d’enseignement : Les enfants seront accueillis de 8h00 à 12h45 du lundi au vendredi, en journée continue, mercredi inclus. 

Un repas chaud sera servi à tous les élèves chaque jour par la CTOS, dans les réfectoires, selon les règles d’hygiène imposées. 

De manière exceptionnelle, et pour simplifier et sécuriser la logistique des prises de repas, j’ai décidé, avec notre collègue Pascale Laborde, présidente de la CTOS, d’offrir les repas aux élèves et aux enseignants, jusqu’à la fin de l’année scolaire. 

Nous avons considéré que c’était un coup de pouce pendant cette période de crise. 

Nous avons aussi considéré, avec mon exécutif, que les conditions n’étaient pas réunies pour rouvrir les classes de maternelles avant le mois de septembre. Le risque est trop grand pour cette tranche d’âge et les moyens n’étant pas tous garantis à ce stade, nous ne prendrons pas de risque et préférons prendre le temps de préparer une rentrée 2020 la mieux sécurisée possible pour les petits et tous les personnels qui en prennent soin.

A ce sujet, je suis convaincu que nous devons préparer la rentrée de septembre et mettre en place une vraie concertation avec les enseignants et les parents et dans chaque établissement, pour construire ensemble un nouveau modèle de scolarisation acceptable, qui articulera des cours en classe et un enseignement à distance pour tous les élèves. 

Je veux que nous soyons prêts à faire face à tous les cas de figure. 

Pour les classes de collège, les discussions sont en cours avec les acteurs de l’éducation et ne portent que sur les classes de 6e et 5epour lesquels le manque d’autonomie de certains nécessite encore de l’encadrement. Nous serons en mesure de donner une réponse ferme, la semaine prochaine mais le dispositif d’enseignement à distance est de toute façon maintenu pour tous les collégiens.

Pour les lycées, nous souhaitons que l’enseignement à distance soit privilégié, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Je rappelle que la Collectivité a déployé des moyens numériques pour accompagner certains élèves, qui ne disposaient pas de matériel. 

Nous sommes également sensibles à la situation des établissements privés hors cadre à Saint-Martin.

J’ai demandé au recteur Mostafa Fourar, de prendre en considération les enfants scolarisés dans des écoles privées non conventionnées du second degré, afin que ces écoles puissent fonctionner au même titre que les autres écoles dans le cadre des examens.

Je remercie vivement le recteur d’avoir pris cette problématique en considération, car il a obtenu du ministère de l’Education Nationale que ces écoles puissent intégrer le système de contrôle continu pour les élèves qui passent le Diplôme National du Brevet, le fameux brevet des collèges, et le BACCALAUREAT. 

Ce n’est pas dans la tradition, mais à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : l’égalité des chances doit être respectée. C’est ce qui nous importe avec mes élus. 

Les conditions d’hygiène et de sécurité étant réunies et les personnels suffisamment nombreux, les élèves de CP, CE1 et CM2 pourront reprendre le chemin de l’école, lundi prochain. 

Les parents ont le choix et les inscriptions doivent se faire directement auprès de la direction de l’école de votre enfant, qui vous expliquera les modalités de cette reprise. 

Pour ce qui concerne les inscriptions scolaires annuelles pour la rentrée de septembre :

Elles seront ouvertes, cette semaine, sur le site Internet de la Collectivité www.com-saint-martin.fr

La Collectivité vous proposera de remplir un formulaire à retourner avec les pièces justificatives, au service de l’éducation. 

Tant que les services de la Collectivité fonctionnent en mode dégradé, nous procèderons aux inscriptions par Internet. Les modalités et la liste des pièces à fournir vous seront communiquées par voie de presse cette semaine. 

Thème 2 : La réouverture des services publics

Cela nous amène à la reprise des services publics de la Collectivité. 

Nous avons tenu un comité technique, jeudi 7 mai, et il a été convenu de procéder à la désinfection de l’ensemble des bâtiments de la Collectivité, pour pouvoir, à nouveau, accueillir les personnels et le public. 

La désinfection est programmée cette semaine. 

Nous tiendrons un nouveau comité technique la semaine prochaine pour définir les modalités d’une reprise progressive des services à partir du 18 mai.  

Le plan de crise de continuité des services publics reste donc en vigueur jusqu’à nouvel ordre.  

Les permanences d’urgence demeurent ouvertes pour l’Etat civil, le Pôle social et les services techniques, afin de vous permettre d’effectuer les formalités d’urgence. 

Vous trouverez les horaires et les coordonnées de ces permanences sur cette page d’information. 

Toutes les délégations de la Collectivité sont mobilisées dans la gestion de cette crise, depuis le premier jour.

Il convient de saluer l’implication de nos agents territoriaux pleinement mobilisés au service des administrés, en particulier des plus démunis. 

Sur ce point précis, la Collectivité maintient son dispositif Pacte de Solidarité

Nous avons distribué, la semaine dernière, 22 repas de la CTOS et 318 colis alimentaires aux personnes âgées, handicapées ou en situation de précarité. 

Thème 3 : La réouverture des commerces

Venons-en maintenant au déconfinement économique, qui sera progressif durant le mois de mai. 

Cette semaine, plusieurs catégories de commerce sont autorisées à rouvrir leurs portes. 

Pour l’heure, seuls les bars et les restaurants doivent encore patienter.

Certains commerçants nous ont alertés sur la nécessité pour eux d’organiser une période de soldes plus longue afin de leur permettre de relancer leur activité. 

J’ai entendu cet appel de nos entreprises qui traversent des difficultés sans précédent et j’ai saisi le ministère de l’économie et des finances, monsieur le ministre Bruno Lemaire et madame la Préfète, pour que la période officielle des soldes soit instituée, à titre exceptionnel cette année, du 11 mai au 31 août, plutôt que du 11 au 24 mai 2020.

Cette mesure est de nature à donner une véritable chance aux commerçants de retrouver de la trésorerie pour payer leurs fournisseurs et pour qu’ils puissent redémarrer leur activité dans des conditions plus favorables.  

Pour le secteur du tourisme et de la restauration, nous souhaitons une réouverture la plus rapide possible pour ce secteur d’activité qui constitue une grande part du tissu économique local. 

Nous avons organisé des réunions de travail avec les services de l’Etat, mais aussi avec les acteurs concernés et les organismes socioprofessionnels, afin de discuter avec eux des modalités sanitaires de la reprise mais aussi des dispositifs d’aides que nous avons mis à disposition depuis quelques semaines.

Nous sommes en train de mettre en place un plan de déconfinement avec madame la Préfète. 

Ce plan comportera des modalités d’action et des recommandations, afin de permettre aux entreprises du tourisme de rouvrir leurs établissements, avant la fin du mois de mai, dans la mesure où les conditions sanitaires restent favorables. 

Le président de la République nous a donné son accord, à la condition de mettre en place des mesures sanitaires strictes et adaptées, permettant de protéger la clientèle et le personnel.

Nous y travaillons. Les restaurateurs ont fait des propositions. Nous serons en mesure de donner des indications claires ces prochains jours.

Thème 4 : Les restrictions aux frontières

L’économie saint-martinoise s’est construite historiquement en lien avec la partie hollandaise et vice versa. 

Les interactions familiales, culturelles et économiques entre le nord et le sud sont indissociables, les saint-martinois y tiennent car leur vie quotidienne est construite ainsi. 

Ces interactions sont basées sur le Traité de 1648 et le principe cher aux Saint-martinois de libre circulation des biens et des personnes. 

Notre économie, comme celle de Sint Maarten, fonctionne sur ces fondations historiques, ébranlées depuis la crise du Covid19.  

Le contrôle strict des frontières, qui – rappelons-le – est un dispositif exceptionnel qui répond aux urgences de la crise sanitaire, est une question sensible pour nous tous.

La Collectivité met toute son énergie pour que les autorités compétentes assouplissent le dispositif tout en restant vigilant, et permettent aux salariés et aux chefs d’entreprise, de circuler entre les deux parties de l’île. 

Il en va de la suivie d’entreprises et donc, de notre économie. 

Les discussions sont en cours et nous avons fait, dans le cadre des réunions tripartites, un certain nombre de propositions à la partie hollandaise. 

Les frontières sont restreintes pour des raisons sanitaires, mais à l’heure du déconfinement et de la stabilisation de la situation sanitaire chez nos voisins, cette question doit trouver rapidement une réponse. 

Thème 5 : La fiscalité

De nombreux contribuables nous interrogent sur la déclaration des revenus de 2019 et c’est tout à leur honneur ! 

La campagne a débuté la semaine dernière, les déclarations commencent à arriver dans les boîtes aux lettres. 

Les formulaires de déclaration et les notices correspondantes, sont en ligne sur le site Internet de la Collectivité. 

Une fois remplies, les déclarations d’impôt des professionnels et des particuliers pourront être déposées dans la boîte aux lettres située à l’entrée du pôle fiscal ou de la trésorerie. 

La date limite de déclaration est fixée au 31 mai 2020. Le Conseil exécutif pourra prolonger cette date en cas de besoin. 

Sur le volet 1 du fonds de solidarité-Covid19, le Centre des finances publiques de Saint-Martin nous indique avoir traité 250 dossiers sur 826 demandes. De nombreux chefs d’entreprise attendent cette aide financière, pour le mois de mars et pour le mois d’avril.

Nous avons demandé aux services de la Direction générale des finances publiques, la DGFIP, de mettre tout en œuvre pour accélérer le traitement des dossiers déposés par les entreprises de Saint-Martin. 

Rappelons également que le Centre des finances publiques de Saint-Martin traite les reports de paiement de taxes et impôts que nous avons mis en place pour soutenir les entreprises, dans le cadre de cette crise.

Pour pouvoir bénéficier des reports de paiement de la TGCA et de l‘impôts sur les sociétés jusqu’au 31 décembre 2020 et de la patente commerciale jusqu’au 31 mars 2021, les chefs d’entreprise sont invités à télécharger le formulaire prévu à cet effet, sur le site internet de la Collectivité, puis à le retourner à la DGFIP.

Thème 6 : Le Cadre de Vie

Pour ce qui concerne les travaux en cours, la délégation Cadre de Vie, présidée par notre collègue vice-président Steven Patrick, poursuit ses actions de service public.

La dernière tranche du chantier d’enfouissement des réseaux électriques et fibrés pour le secteur de Cripple Gate/Saint-Louis, est quasiment achevée. 

Le prestataire redouble d’efforts pour clôturer le chantier aujourd’hui. 

Les services techniques poursuivent les travaux de plomberie, d’électricité et de marquage au sol dans les établissements scolaires du 1er degré. 

A ce jour, les 12 écoles primaires ont bénéficié de ces travaux. Le chantier sera étendu aux établissements du second degré. 

La Délégation Cadre de Vie a planifié une réunion de travail, mardi 12 mai, avec le maître d’ouvrage pour fixer la date de reprise du chantier du pont de Sandy Ground. 10 jours de travaux sont nécessaires pour remettre le pont en service. 

Une dernière phase de travaux d’une période de 21 jours, sera ensuite programmée durant les grandes vacances. 

Nous aurons alors achevé la réhabilitation complète du pont de Sandy Ground, pour un investissement global de 1.6 Million d’euros. 

Voilà chers amis, le message de l’exécutif, en ce lundi 11 mai 2020. Journée charnière dans cette crise, puisque nous sortons progressivement de deux mois de confinement. 

Nous vous renouvelons nos recommandations de prudence.

Le déconfinement doit être appréhendé avec la plus grande vigilance et nous comptons sur votre bon sens pour préserver les résultats des efforts consentis ces deux derniers mois. 

PREMIERE QUESTION DU JOURNAL 97150

Pour relancer l’économie, la Collectivité de Saint-Martin souhaite que les bars et les restaurants puissent rouvrir dans un terme plus proche que dans l’hexagone où le gouvernement envisage une réouverture courant juin. Le Président Macron s’est dit favorable à votre souhait. Toutefois, faut-t-il attendre un décret du gouvernement permettant ces réouvertures prématurées sur notre territoire ?  

Nous avons effectivement demandé au Président de la République l’autorisation de redémarrer au plus vite ce pan de notre économie. Il constitue une part importante du tissu économique local et il est urgent que ces entreprises, qui ont déjà subi la tripple sanction avec Irma et les mouvements sociaux de décembre, et maintenant le confinement COVID19, puissent reprendre leur activité.

Nous n’avons pas besoin d’un décret mais les mesures de déconfinement et les dates de réouverture doivent recevoir l’aval du Gouvernement et notamment du ministère de la Santé. 

C’est la raison pour laquelle, nous travaillons avec les services de la Préfecture et les organisations socioprofessionnelles, sur un plan de déconfinement spécifique à ce secteur d’activités. 

Sous réserve d’une situation sanitaire stable, la réouverture devrait pouvoir être effective dans le courant du mois de mai. 

QUESTION DU SOUALIGA POST

Pourquoi avoir choisi de rouvrir uniquement les classes de CP, CE1 et CM2 ? Que manque-t-il pour rouvrir les autres niveaux ? 

C’est une question importante car de nombreux parents se la posent et il est normal que nous réexpliquions ce choix. 

Le recteur Mostafa Fourar et ses services nous ont alerté sur l’enjeu pédagogique pour les écoliers de ces trois niveaux en particulier, car ce sont des classes charnières en matière d’apprentissage de la lecture, pour les CP et CE1, et de la préparation à l’entrée en 6ème pour le CM2. 

Malgré la réelle difficulté à rouvrir les établissements selon des protocoles sanitaires très stricts qui demandent un déploiement de moyens importants, nous avons entendu cette urgence. 

Nous avons donc décidé de répondre favorablement à la demande de l’éducation nationale, mais en limitant les classes concernées selon nos priorités et nos moyens.

Les conditions ne sont pas réunies pour rouvrir les classes de maternelles avant le mois de septembre. Le risque est trop grand pour cette tranche d’âge et les moyens ne sont pas tous garantis à ce stade. 

Pour les collèges, nous discutons de la possibilité de rouvrir les classes de 6ème et 5ème

QUESTION DU 97150

Sur la réouverture des écoles, la préfète Sylvie Feucher a préalablement annoncé qu’elle ne délivrerait pas d’autorisation de franchir la frontière aux élèves qui habitent en partie hollandaise et qui sont scolarisés en partie française. Est-ce que le lien de la scolarité avec ces élèves sera préservé ? 

Je pense que cette question, qui relève strictement de l’enseignement, devrait s’adresser aux services de l’Etat. 

Toutefois, et nous y sommes attentifs afin d’assurer l’égalité des chances, le lien de la scolarité doit être préservé dans la mesure où ces élèves bénéficient de l’enseignement à distance depuis la mi-mars. 

Les élèves concernés doivent pouvoir poursuivre les cours à distance dispensés par leur établissement, comme de nombreux élèves y sont assujettis depuis deux mois maintenant. 

QUESTION DU 97150

Le « filtrage » officiel de la frontière depuis plus d’un mois ne risque-t-il pas de créer un précédent inédit dans l’histoire de l’île ? 

Oui, c’est une situation totalement inédite dans l’histoire de Saint-Martin, si l’on met de côté l’épisode post-Irma. Pour la première fois depuis la signature du Traité de Concorde entre le nord et le sud en 1648, la libre circulation des biens et des personnes est remise en cause sur notre île binationale. 

Cette décision est exceptionnelle et à la mesure de la crise que nous traversons. Nous pouvons tous en comprendre le principe. Néanmoins, nous devons trouver une issue favorable pour celles et ceux qui ont besoin de circuler entre les deux parties de l’île. 

Nous sommes tous très concernés par cette question qui fera d’ailleurs l’objet d’un débat demain en commission générale avec la totalité des conseillers territoriaux.

QUESTION DU PELICAN

Le déconfinement est lancé, la baignade est maintenant autorisée. Pouvez-vous statuer sur les activités de plaisance et les sports nautiques, dans le respect des règles et des gestes barrières?

Sur ce point, les responsabilités sont partagées. La Collectivité a la responsabilité des plages. Nous avons décidé donc de levée une partie des restrictions, le 8 mai dernier, en autorisant la promenade sur la plage et la baignade. 

Pour lever l’interdiction de la pratique commerciale des sports nautiques, nous devrons en discuter au préalable avec les services de l’Etat, ce qui est le cas actuellement. C’est une décision conjointe. 

Pour ce qui est des activités nautiques individuelles non motorisées et non commerciales, après discussion ce week-end avec la Préfète sur le phasage du déconfinement, la collectivité modifiera son arrêté afin d’autoriser la pratique dans les tous prochains jours.

Quant à la navigation, c’est une compétence de l’Etat. Elle relève d’une décision du préfet de zone de défense, pour nous, le préfet de la Martinique. 

QUESTION DU WEEK

Nous avons constaté depuis une semaine un large relâchement vis à vis des mesures de confinement, avant même la date du 11 mai. 

Quelles conséquences pourraient découler de l’apparition, avérée depuis samedi, de nouveaux cas identifiés grâce aux tests PCR pratiqués dans les quartiers ?

Le gouvernement a été clair sur ce point, et nous le sommes aussi localement : le retour d’un trop grand nombre de cas positifs sur le territoire pourrait conduire à un nouveau confinement. C’est la raison pour laquelle, nous martelons un message de prudence à l’égard de nos concitoyens. 

Le déconfinement ne signifie pas la fin de cette crise sanitaire, loin de là ! Le COVID19 n’a pas disparu, il est toujours présent à Saint-Martin. La découverte d’un cas positif il y a tout juste deux jours, révèle ô combien notre situation reste fragile. 

Vous comprenez maintenant pourquoi nous avons insisté pour obtenir ces tests PCR à Saint-Martin. La Collectivité s’est fortement mobilisée car ce n’est que par cette méthode que nous pourrons avoir une idée plus précise du nombre de cas réels à Saint-Martin. Ces tests sont un moyen d’isoler les personnes malades mais aussi d’identifier les personnes contacts et de les tester. 

Dans cette crise sanitaire en particulier, la prudence est la mère de toutes les vertus. Soyons prudents, restons vigilants car, je le répète, rien n’est joué. 

QUESTION DU WEEK

Est-ce que les positions parfois discordantes et les limites entre les compétences de l’Etat et de la Collectivité ne mettent pas en valeur les imperfections de notre Loi Organique et l’urgence à la voir toilettée après 13 années de gouvernance, pour pouvoir trouver une nouvelle articulation COM/Etat, Etat/COM ?

En tant de crise de manière générale, la loi organique en tant que telle n’est pas remise en cause. 

Ce qui est en jeu est bien le respect du domaine de compétence de chacun et la nécessaire concertation entre chaque autorité dans la prise de décisions. 

La question de la révision de notre loi organique reste pour autant à l’ordre du jour. Elle doit être mieux adaptée à nos réalités de « petit pays ».

QUESTION DU PELICAN

Le dépistage à l’attention de la population dans les quartiers s’est déroulé la semaine dernière, un seul test s’est révélé positif. La réouverture des bars et restaurants peut-elle être envisagée à court terme dans ce contexte ?

Nous savons maintenant, que sur les 80 tests PCR réalisés dans le cadre du dépistage mobile, depuis le début de la campagne le 4 mai dernier, 1 cas positif a été relevé samedi. L’ARS procède actuellement à l’étude des cas contacts autour de cette personne qui est confinée à domicile.

Ce n’est qu’à la fin de la campagne, le 18 mai prochain, que nous pourrons avoir une idée plus précise de notre situation sanitaire réelle. 

A partir de ces résultats, l’Etat et la Collectivité pourrons alors définir conjointement une date précise, pour la réouverture des entreprises évoluant dans ce secteur. Il faut être prudent et attendre la fin de cette semaine. 

CONCLUSION PRESIDENT

Nous avons épuisé les questions des journalistes, cette session est maintenant terminée. 

Merci d’avoir été attentifs au Point d’actualité hebdomadaire de la Collectivité.

Nous vous retrouverons lundi prochain même lieu même heure et d’ici là, nous vous invitons à respecter les mesures de déconfinement et à vous tenir informés de l’évolution de la situation sanitaire. C’est une semaine décisive, restons attentifs et ne lâchons rien !  

Merci à tous.  

A la semaine prochaine. 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.