Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dans sa série « Dire, ne pas dire«  destinée à « donner, depuis huit ans, le sentiment de l’Académie française sur les fautes, les tics de langage et les ridicules le plus fréquemment observés dans le français contemporain », l’Académie Française, gardienne de la langue, a tenu à rappeler quelques règles fondamentales qui semblent avoir échappé à la conscience collective et jusqu’au sommet de l’Etat, en ces temps de pandémie.

1/ On dit LA COVID…

Alors que depuis plus de six mois, la France s’est habituée à faire du nouveau coronavirus un nom masculin, les académiciens rappellent une règle de grammaire simple : pour un acronyme, c’est le genre du mot principal qui compte.

Selon les immortels, Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le C.I.O. (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency, « Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence.

Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus (“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie.

Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien.

2/ Gestes barrière ou Gestes barrières ?

Comment faire l’accord au pluriel d’un groupe composé de deux noms apposés ? Quand il y a identité entre les deux éléments, les deux prennent la marque du pluriel : on écrit ainsi des danseuses étoiles parce que ces danseuses sont des étoiles. Le contexte permet d’ailleurs bien souvent de dire simplement des étoiles. S’il n’y a pas identité, seul le premier élément prend la marque du pluriel, on écrit donc des films culte parce que ces films font l’objet d’un culte, mais n’en sont pas ; on ne dit jamais, parlant d’eux, des cultes.

S’agissant de geste barrière, on peut considérer que ces gestes forment une barrière et préférer le singulier, mais dans la mesure où l’on peut aussi dire que ces gestes sont des barrières, l’accord au pluriel semble le meilleur choix, et le plus simple. On écrira donc des gestes barrières.

3/ Distanciation sociale

En ce qui concerne l’expression qui caractérise notre nouveau mode de vie, l’Académie la trouve « assez peu heureuse » dans la mesure où à l’origine, elle désigne le refus de se mêler à d’autres classes sociales.

Supposant que ce n’est pas le sens que l’on veut donner aujourd’hui à ce terme, l’es Immortels regrettent que l’on ne parle pas plutôt de « respect des distances de sécurité », de « distance physique » ou de « mise en place de distances de sécurité », comme cela se fait dans d’autres domaines.

Quelques rappels et éclairages bienvenus en ces temps où « tout fout le camp », en attendant que l’Académie se prononce sur le mot « déconfinement » pourtant rejeté par tous les correcteurs automatiques…

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.