Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dimanche matin 09h55, la CCI Saint-Martin diffuse une vidéo, par ailleurs très bien faite, intitulée “(DECONFINEMENT) La CCISM est à votre service. Les commerçants sont prêts à vous accueillir. Avec les gestes barrières, consommez local”.

Pendant 30 secondes montre-en-main, on y voit des commerçants masqués jusqu’aux yeux (avec en tête, le dynamique président de l’AEC) qui déclarent avec un éclat d’espoir dans le regard qu’ils nous attendent dès Lundi 11 Mai en toute confiance avec les gestes barrières, tout en nous incitant à consommer près de chez nous pour sauver le commerce et l’emploi local …

C’est plutôt une bonne nouvelle et nous sommes déjà impatients d’être au lendemain pour pouvoir à nouveau dépenser l’argent qu’on a pas tous gagné depuis 2 mois, puisque nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne entre fonctionnaires, salariés en activité partielle ou entrepreneurs, et participer ainsi à la survie de l’économie de l’île.

Petit flash back : le 8 Mai à 19h00

Le même et toujours aussi dynamique Président de l’Association rappelait sur IoTV que pour pouvoir ouvrir sereinement le 11 Mai, il faudra respecter les mesures barrières, proposer du gel hydro-alcoolique à l’entrée de chaque commerce et la possibilité de proposer un masque aux clients qui n’en auraient pas à l’entrée du magasin. Il conclut par ces mots : “Il faut que tout le monde joue le jeu et qu’on puisse tous faire marcher les uns et les autres”.

Nous sommes bien d’accord et convaincus que chacun y mettra du sien pour aller dans ce sens !

Bonne nouvelle, rien n’a été laissé au hasard pour la sortie du déconfinement

A la première heure Lundi matin nous tentons une première, une sortie, pris d’une irrésistible envie d’achats compulsifs, direction un magasin d’ameublement et de décorations de Hope Estate afin d’y acquérir quelques objets non indispensables mais qui nous ont gravement manqué depuis 2 mois (à moins que ce ne soit l’acte d’achat en lui-même…).

A peine franchi le seuil de la boutique, nous y recevons un accueil chaleureux, la fiole de gel est bien en évidence et nous constatons qu’une boite de masques est mise gracieusement à la disposition des étourdis qui auraient oublié le leur. Soulagés de nous être délestés de quelques euros, nous nous promettons de renouveler l’expérience dès le lendemain.

Mardi après-midi, même scénario à quelques différences près

Cette fois-ci nous jetons notre dévolu sur une boutique de vêtements située sur la Marina Royale de Marigot. Là aussi fort heureusement, le gel hydro-alcoolique est de rigueur mais à la suite d’un moment d’égarement sans doute dû à la frénésie du retour à la consommation, nous nous apercevons que notre masque est resté à la maison.

Quelle n’est pas alors notre surprise lorsque l’on nous propose d’en acheter un pour la modique somme de 1,30 euros (!) faute de quoi l’entrée du magasin nous sera strictement interdite. Une démarche qui se comprend, un tarif qui lui est moins acceptable.


Selon les directives gouvernementales et depuis le 01 Mai 2020, le prix maximum de vente aux consommateurs des masgues à usage unigue est fixé à 0,95 centimes d’euros toutes taxes comprises. (source : économie.gouv.fr)


Ne faisant ni une ni deux, nous effectuons aussitôt un demi-tour pour nous diriger vers une autre échoppe privant ainsi le tenancier de la friperie d’une belle marge sur les masques qu’il n’offre pas à ses clients, et par là même d’un de ceux-ci qu’il a eu un peu trop tendance à confondre avec un animal de la famille des colombidés, plus couramment appelé “pigeons”.

Il faut que tout le monde joue le jeu

Dixit le président de l’AEC … ça commence plutôt mal, non ? En fait de gestes barrières, ce sont plutôt des barrières (virtuelles) tout court qui ont été installées à la porte de certains commerces locaux.

Notre expérience rondement menée laisse à penser que ce cas n’est certainement pas isolé, et que dans
quelques mois certains commerçants de l’île n’auront pas d’autre solution que de baisser définitivement leur rideau les yeux cette fois-ci emplis de larmes pour avoir voulu le beurre et l’argent du beurre… et cela quel que soit le type de crémerie (la citation complète de ce dicton populaire ne correspondant pas aux règles de la bienséance, nous nous abstiendrons de la reproduire intégralement dans nos colonnes).

Après vérification, force est de constater que la plupart des commerces visités ce jour là n’a pas adopté la même attitude offrant généreusement les masques à leurs clients ou le leur proposant en respectant la tarification encadrée à l’échelle nationale.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.